2017-11. Nous attendons nous aussi que la divine Providence redonne à notre royaume orphelin le père que nous ne méritons plus.

Lundi 30 janvier 2017,
Fête de Sainte Bathilde, reine des Francs et moniale (cf. > ici),
Mémoire de Sainte Martine, vierge et martyre.

Anniversaire du rappel à Dieu de Monseigneur le Prince Alphonse de Bourbon,
duc de Cadix et duc d’Anjou, de jure Sa Majesté le Roi Alphonse II (cf. > ici).

frise lys deuil

Terminons en ce 30 janvier nos publications immédiatement relatives aux célébrations anniversaires de l’assassinat de Sa Majesté le Roi Louis XVI, avec le texte de l’homélie prononcée par notre ami le Révérend Père Jean-François Thomas (que nous avons déjà cité cf. > ici et ici, et que nous remercions pour l’autorisation qu’il nous en a donnée), le 21 janvier dernier, à l’occasion de la Messe de Requiem célébrée en l’église Saint-Germain l’Auxerrois à Paris, en présence de Monseigneur le duc d’Orléans, « comte de Paris » (ce qui ne manque pas de sel, si j’ose dire, puisque le Révérend Père Thomas ne se cache pas d’être un légitimiste et d’être membre de la Confrérie Royale).

Rd Père Thomas 21 janvier 2017 - St-Germain l'Auxerrois

Le Révérend Père Jean-François Thomas sj.
prêchant à Saint-Germain l’Auxerrois ce 21 janvier 2017.

frise lys deuil

« Nous attendons nous aussi que la divine Providence redonne à notre royaume orphelin le père que nous ne méritons plus. »

* * * * *
Monseigneur, Madame, mes chers Frères,
                                  
Si le Roi des rois a connu une telle déréliction et une telle solitude lors de son passage parmi nous, il ne faut point être surpris qu’un roi terrestre digne de sa mission doive connaître une souffrance identique par imitation du Maître. Les succès humains sont toujours entachés d’une certaine prosternation devant les règles du monde et ceux qui les inspirent. Un fils de saint Louis, par son sacre, plie la nuque sous les insignes royaux et devient un serviteur du Christ, et donc de ses frères, se condamnant à ne pas être compris ou aimé s’il demeure fidèle.
                                   Le 11 juin 1775, dans la cathédrale Notre-Dame de Reims, Louis XVI reçoit les deux sceptres : la main de justice, symbole de vertu et d’équité, ornée de la dextre divine bénissant, aide le roi à guider les égarés, à relever ceux qui sont tombés, à récompenser l’humilité et à confondre l’orgueil ; le sceptre royal, marque de puissance, rappelle au Roi ses devoirs de mener une vie droite, de lutter contre le mal pour le bien de son peuple chrétien et d’aider chacun à demeurer sur un chemin de justice. Le Roi était pieux et il comprit la symbolique de tous les rites de son couronnement, désirant restaurer l’élan religieux brisé dans le royaume par la décadence et l’immoralité du siècle des Lumières. Il accepta le poids de la couronne et avec elle les épines qui le rendraient de plus en plus conforme à Celui qui l’avait revêtu de son autorité. Il entra ainsi, seul, dans sa fonction, entouré par la médiocrité tintamarresque de son époque. Dieu allait permettre que ce Roi, le plus vertueux de tous depuis bien des règnes, connût l’abjection la plus complète, le dénuement, la trahison, la mort ignominieuse.
                                   Cette solitude vécue par le Roi, il ne la subit pas mais il l’embrassa, chaque jour davantage, alors qu’il avançait vers le sacrifice et vers le martyre. C’est là que réside son héroïsme et, osons le dire, sa sainteté. Un parcours identique fut suivi, cent trente ans plus tard, par Nicolas II et sa famille. Seulement la Russie moderne, de nouveau orthodoxe, a eu l’humilité de reconnaître son crime et de canoniser ces victimes de la violence diabolique. La France, elle, n’a pas eu le courage de confesser son péché, de courber la tête et l’Eglise catholique se désintéresse des vertus de ce Roi. La solitude consentie du Roi nous renvoie à la solitude qui est la nôtre depuis que nous l’avons assassiné en commettant ce parricide. Ce qui surgit du bain de sang de la révolution, et qui nous poursuit comme un spectre, est l’homme que nous sommes, dans toute sa faible nature, se condamnant à errer seul dans le monde par orgueil car il repousse désormais toute dépendance et toute servitude vis-à-vis du transcendant. De tout temps, cet homme a aimé la rhétorique, qu’elle tombât de la tribune ou de la chaire, du comptoir de bar ou d’un fauteuil d’académie. Cependant, la rhétorique révolutionnaire, mijotée par les soins pernicieux des philosophes de ce siècle enténébré, poussa l’homme dans un gouffre dont il ne remonta jamais. Les rhéteurs et les orateurs de Quatre-vingt-treize ont tous été engloutis par leur propre fureur, laissant l’homme, c’est-à-dire nous, leurs fils hélas, tout pantelants et pataugeant dans notre bourbier, ceci jusqu’à ce jour, puisque nous avons refusé de crier notre solitude de damnés et d’implorer le pardon.
Léon Bloy écrit dans La Chevalière de la Mort :

« Une rhétorique telle qu’on n’en avait  jamais vu chez aucun peuple, apparut en ces temps, comme un météore prodigieux, annonciateur désorbité de la débâcle universelle. (…) Sous le masque sanglant d’une rhétorique transcendante poussée jusqu’à l’égorgement et jusqu’à la terreur suprême, l’homme immuable, le misérable Homme de la Chute, suait et haletait dans son éternelle lamentation. ».

                                   Louis XVI fut privé de tous les dictames humains à partir de 1789 et il ne mit plus son espérance que dans les consolations spirituelles. Le 11 mars 1791, il écrivait dans une lettre adressée à un des précepteurs du Dauphin :

« Parlez-lui et toujours avec respect de Dieu, de ses attributs et de son culte : prouvez-lui que l’autorité des rois vient de Dieu ; et que s’il ne croit pas à la puissance du Maître des rois, il sera bientôt la victime de ces hommes qui ne croient rien, méprisent l’autorité, et s’imaginent être les égaux des rois. Qu’il apprenne dès à présent, que la religion est digne de tous ses hommages ; que l’incrédulité et la fausse philosophie minent sourdement les trônes, et que l’autel est le rempart des rois religieux. Méfiez-vous de tous ces principes erronés, enfants perdus de la nouveauté, de l’esprit du siècle, et du poison de l’incrédulité. Loin de lui tous les ouvrages où la philosophie prétend juger Dieu, son culte, son église et sa loi divine. »

                                   Au fur et à mesure qu’ il perdit de son pouvoir, il gagna en autorité naturelle car il s’en remit sans crainte entre les mains du Créateur. Ce que Bossuet souligna dans son oraison funèbre du grand Condé, pourrait s’appliquer à Louis XVI : « Lorsque Dieu forma le cœur et les entrailles de l’homme, il y mit premièrement la bonté comme le premier caractère de la nature divine, et pour être comme la marque de cette main bienfaisante dont nous sortons. » Cette bonté du Roi est éclatante dans les pires jours de son asservissement, de son emprisonnement, de son accusation, de sa condamnation. Il écrit du Temple, à Monsieur de Malesherbes, un de ses avocats :

« Je ne me fais pas illusion sur mon sort ; les ingrats qui m’ont détrôné ne s’arrêteront pas au milieu de leur carrière ; ils auraient trop à rougir de voir sans cesse, sous leurs yeux, leurs victimes. Je subirai le sort de Charles Ier, et mon sang coulera pour me punir de n’en avoir jamais versé. » 

Et à Monsieur, son frère, il avoue dans une missive du 28 avril 1792 :

« Lorsque la tempête brise le vaisseau, il ne reste au passager que le courage de la résignation ; c’est à peu-près ma position. Les périls qu’on me fait appréhender, n’altéreront jamais ce que je me dois comme Roi, et comme chef d’une des premières nations du monde. » 

Le 11 août 1792, n’ayant plus d’illusion sur l’issue de son sort, il lui demande :

« Mon frère, bientôt je ne serai plus, songez à venger ma mémoire, en publiant combien j’aimais ce peuple ingrat. Un jour rappelez-lui ses torts, et dites-lui que je lui ai pardonné. »

                                   Extraordinaire vengeance que celle qui avoue son amour et qui répond à l’offense par le pardon ! Il s’agit là de la solitude et de l’horreur de la Croix. L’imitation est parfaite, et ceci sans ostentation et sans faux-semblant car il ne s’agit pas d’une de ces déclarations grandiloquentes, ne prêtant pas à conséquence, dont sont familières les personnalités civiles et religieuses de notre époque. Nous connaissons trop, depuis deux siècles, ce qu’est la miséricorde républicaine qui écrase sans pitié ses ennemis comme lors de l’épuration de la Libération ou les événements de 1962, ou la mansuétude religieuse des autorités qui n’hésitent pas à rejeter ou à persécuter ceux qui n’ont pas l’heur de leur plaire. La déclaration d’amour et de pardon de Louis XVI n’est pas sournoise ou politique. Elle jaillit du cœur car elle y était enracinée depuis longtemps. Louis XVI est devenu grand dans cette solitude, dépassant la gloire de François Ier ou de Louis XIV. Le chaos révolutionnaire a fait émerger, malgré lui, ce que la monarchie de droit divin possédait de plus précieux, et que nul autre régime ne pourra jamais atteindre : une communion profonde et inaltérable avec Dieu duquel toute autorité légitime découle. Les révolutionnaires, dans leur cruauté satanique, ont rendu l’exemple de Louis XVI immortel et inégalé.
                                   Notre pays, plus que jamais, devrait méditer sur la fructueuse infortune solitaire du Roi qu’il a décapité. Tous les candidats possibles pour occuper la plus haute charge dans notre terre ancestrale ne seront jamais capables d’atteindre une telle altitude car leur ambition ne repose pas sur cet amour et ce pardon uniquement reçus dans le sacre par le souverain. Dieu ne permettra de restaurer le trône qu’à un homme habité par cette passion pour son peuple, ceci jusqu’à accepter de verser son sang malgré l’ingratitude.
                                   Ecoutons ces vers profonds du grand poète catholique oublié, Armand Godoy, dans Ite Missa est :                                                                                                         
« Ce n’est pas pour moi que je demande ta miséricorde.
Ce n’est pas pour moi : c’est pour les autres, pour mes pauvres frères.
J’attends à genoux que ta clémence, Agneau de Dieu, m’accorde
La fin de tous leurs désespoirs et de toutes leurs colères.                                                         
J’attends à genoux que le souffle infernal de la Discorde
Devienne azuré baiser de violettes printanières
Et que l’Angoisse aux voix multiples et l’Ennui monocorde
S
e taisent à jamais sous le chant lumineux des rosaires.                                                                            
J’attends à genoux que la sinistre et ténébreuse horde
Des crimes soit le clair essaim des caresses tutélaires.
J’attends à genoux que ta clémence, Agneau de Dieu, m’accorde                                                              
La fin de tous les tourments, la fin de toutes les misères.
Ce n’est pas pour moi que je demande ta miséricorde.
Ce n’est pas pour moi : c’est pour les autres, pour mes pauvres frères. »                                 
Nous attendons nous aussi que la divine Providence redonne à notre royaume orphelin le père que nous ne méritons plus. Des pages douloureuses de notre histoire vont s’ouvrir devant nous. Qui saura résister ? Qui saura demeurer fidèle aux dons insignes accordés jadis à cette terre ? Qui saura aimer et pardonner dans une solitude accablante ? Qui saura offrir sa tête pour le salut des autres ? Qui saura monter les marches de l’échafaud en regardant le ciel où le soleil commencera de se lever ? Il nous faut implorer et nous convertir, et ne jamais cesser d’espérer.
                                                   Rd. Père Jean-François Thomas, s.j.
                                                                      église de Saint-Germain l’Auxerrois,
21 janvier 2017
Statue de Louis XVI - Chapelle Expiatoire
Publié dans : Memento, Vexilla Regis |le 30 janvier, 2017 |3 Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

3 Commentaires Commenter.

  1. le 30 janvier 2017 à 9 h 44 min Marie-Agnès L. écrit:

    Absolument magnifique.
    Combien il est doux de penser que Bossuet « n’est pas mort », car cette homélie, ainsi que la précédente faite à Saint-Denis et certainement d’autres encore me semblent être dans la grande tradition des très grands prédicateurs de notre histoire.
    Comme vous dites, cela « ne manque pas de sel » de savoir que la lignée descendante de celui qui fut le régicide par excellence était à Saint-Germain l’Auxerrois (comme tous les ans d’ailleurs)…
    Puissent nos prières monter jusqu’au Roi des Rois, pour remettre notre pays sur les rails de la foi, de l’amour et de l’honneur.
    Puisse-t-Il « Se laisser toucher », comme dit notre Mère à Pontmain, mais pour cela il faudrait tellement plus de prières ferventes et en grand nombre.
    Espérance, Espérance, Espérance!!!!!

  2. le 30 janvier 2017 à 8 h 45 min Jean P. écrit:

    Deuxième page de notre histoire livrée à notre réflexion.
    Y trouver le sens profond venant éclairer notre conscience et l’état de l’ETAT dans lequel l’orgueil et la folie ont plongé le peuple de France.
    Tant de grandeur et de sang versé pour abattre les valeurs vraies!

    Puisse notre Seigneur pardonner le crime et relever ce pays pour sa gloire.

  3. le 30 janvier 2017 à 7 h 02 min Le Forez écrit:

    Quelle belle homelie qui ravive notre mémoire et qui nous place devant nos vraies responsabilités de chrétiens ; responsabilités que la république a essayé de nous faire oublier.

Laisser un commentaire

A tempo di Blog |
Cehl Meeah |
le monde selon Darwicha |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | mythologie
| jamaa
| iletaitunefoi