2017-10. Quelques remarques et réflexions à propos des célébrations du 21 janvier.

Dimanche soir 29 janvier 2017,
Quatrième dimanche après l’Epiphanie,

Mémoire de Saint François de Sales, évêque, docteur de l’Eglise et confesseur (cf. > ici, > ici, et > ici)
Dans le diocèse de Viviers, mémoire de l’octave de Saint Vincent.

Statue de S.M. le Roi Louis XVI dans le déambulatoire de la basilique de Saint-Denys

Détail du cénotaphe de Sa Majesté le Roi Louis XVI,
près de la sacristie, dans la basilique nécropole royale de Saint-Denys.

fleur de lys gif2

Chers Amis du Refuge Notre-Dame de Compassion,

Ainsi que je le signalais hier, en publiant le magnifique texte de la prédication donnée par Monsieur l’Abbé Michel Viot à la basilique nécropole royale de Saint-Denys le 21 janvier dernier (cf. > ici), Frère Maximilien-Marie se trouvait cette année encore à cette Messe solennelle de Requiem célébrée à la pieuse mémoire de notre Souverain martyr.

Il est, en effet, tout-à-fait possible de faire l’aller-retour depuis notre Mesnil-Marie jusqu’à Paris, lorsque ce que l’on doit y faire s’accorde avec les horaires des trains (le plus matinal étant habituellement à 7 h 40 et arrivant en Gare de Lyon quelques minutes avant 10 h).
La Sainte Messe de Requiem fondée à la mémoire de Sa Majesté le Roi Louis XVI étant célébrée à midi, en partant à 5 h 30 du Mesnil-Marie, on peut y être revenu à 22 h 30 après avoir participé à cette fervente et importante commémoration, et en ayant en outre rencontré un certain nombre de personnes fort intéressantes…

Pour tout fervent royaliste, chaque année, ce jour du 21 janvier ne peut se passer comme s’il s’agissait d’un jour ordinaire, et il ne peut être vécu comme une commémoraison du même type qu’il y en a de nombreuses autres.
Le 21 janvier a un caractère absolument unique.

En écrivant ces mots je ne veux pas sombrer dans une espèce de pathos romantique malsain, ni dans une sensibilitié larmoyante (ce qui serait « profondément superficiel »  si on me permet l’oxymore).
Tout au contraire !

S’il convient – d’une façon qui me semble quasi impérative – que la Sainte Messe célébrée le 21 janvier soit une Messe de Requiem, et non la Messe du jour (la plupart du temps celle de la fête de Sainte Agnès), la grandiose gravité des textes de la liturgie latine traditionnelle, et la sublime austérité de ses ornements noirs n’ont rien de triste ni d’afflictif : jamais peut-être la sérénité surnaturelle et la radieuse espérance du rituel traditionnel des défunts n’ont plus de sens qu’en cette occasion.
Cette Messe n’est d’ailleurs pas célébrée, comme on le voit malheureusement écrit parfois, « pour le repos de l’âme de Louis XVI », puisque l’âme de Louis XVI – authentique martyr [nous en sommes certains et le pape Pie VI l’a solennellement affirmé de manière non équivoque cf. > ici] – est montée directement au Ciel, et n’a donc en définitive pas besoin d’être secourue par nos suffrages.

Alors, me direz-vous, pourquoi une Messe de Requiem ?
Eh bien, c’est tout simplement parce que, dans l’attente du jour où le Roi martyr sera officiellement élevé sur les autels et honoré d’un culte public par la Sainte Eglise, ce qui permettra alors de célébrer en ce jour la fête de Saint Louis XVI, la Messe des défunts exprime avec davantage de force combien la révolution – dont l’assassinat du Roi Très Chrétien constitue en quelque sorte le symbole le plus expressif en même temps qu’elle en résume à elle seule toutes les abominations sacrilèges – est tout entière une oeuvre de mort, en face de laquelle tout vrai Français se doit de porter le deuil, tant que la France n’aura pas été totalement purgée du venin révolutionnaire et ne sera pas guérie de toutes ses funestes conséquences.

21 janvier 2017 à Saint-Denys - pendant le chant de l'Evangile

Ce 21 janvier 2017 à Saint-Denys :
pendant le chant de l’Evangile par le diacre
.

L’idéal est, bien sûr, que l’on puisse multiplier dans toutes les provinces du Royaume ces Messes de Requiem du 21 janvier.
Les Cercles Légitimistes affiliés à l’UCLF, là où ils existent, s’y emploient autant que possible.
Mais en nombre de cas, ce n’est justement pas possible parce que, même à l’intérieur du clergé traditionnel en principe plus éveillé à l’importance de cette célébration, il n’est pas toujours facile de trouver un prêtre qui accepte de le faire (soit par défaut de convictions, soit par pusillanimité, soit en raison de diverses pressions extérieures qui peuvent s’exercer ou de véritables représailles dont il peut ensuite devenir la cible…).

Au Mesnil-Marie, vous le savez, nous n’avons pas de prêtre, et, compte-tenu de notre situation géographique et des conditions météorologiques défavorables à la circulation, fréquentes en cette période de l’année, il est bien difficile d’en faire venir un ; d’autant que, pour le moment, l’assistance risquerait d’être très peu fournie… Malheureusement !
Nous nous emploierons cependant de toutes nos forces à ce que cela change, et nous oeuvrerons avec une persévérante ténacité (de cela, nous avons une pratique assidue !) à ce qu’un jour la Sainte Messe à la mémoire du Roi martyr soit célébrée ici, qu’elle devienne une véritable institution, et qu’elle prenne le plus d’ampleur possible.
En attendant, Frère Maximilien-Marie effectue – et effectuera encore – ce déplacement à la basilique nécropole royale de Saint-Denys.

Ce faisant, il se rend à Saint-Denys à un quadruple titre :
1) celui de la piété et de la fidélité personnelles ;
2) celui de fondateur du Refuge Notre-Dame de Compassion, oeuvre résolument contre-révolutionnaire dans l’ordre spirituel, dans l’ordre doctrinal, dans l’ordre liturgique, et dans l’ordre social (lequel découle nécessairement des précédents) ;
3) celui de fondateur et président du Cercle Légitimiste du Vivarais, emportant avec lui la dévotion et la ferveur de tous les membres du Cercle ;
4) celui de co-fondateur de la Confrérie Royale.

21 janvier 2017 à Saint-Denys - absoute sur la tombe de Louis XVI

Ce 21 janvier 2017 à Saint-Denys :
l’absoute chantée sur la tombe de Sa Majesté le Roi Louis XVI
.

Ce 21 janvier 2017, la basilique de Saint-Denys était remplie d’une foule recueillie (nonobstant les efforts de quelques pitoyables perturbateurs) dont on m’a rapporté qu’elle devait s’élever à quelque 700 fidèles.

Surtout, cette année, Monseigneur le Prince Louis de Bourbon, duc d’Anjou, aîné des Capétiens – de jure Sa Majesté le Roi Louis XX – et son épouse, la Princesse Marie-Marguerite, honoraient cette célébration de leur présence.
Le petit troupeau des Légitimistes exprimait donc une joie particulière à se retrouver autour de son Souverain légitime, à prier avec lui, à lui témoigner sa fervente déférence et sa fidélité.

On peut trouver, sur une célèbre chaîne de mise en ligne de vidéos, un reportage (au demeurant fort décousu et incomplet) sur cette Messe du 21 janvier à Saint-Denys en cliquant > ici. Peut-être y apercevrez-vous notre Frère ?
Quant au court message que le Prince a lu devant près de 150 convives dans le grand réfectoire de l’ancienne abbaye, aujourd’hui maison d’éducation de la Légion d’Honneur, il rappelle quelques élémentaires généralités sur l’éducation, justement, et, si vous ne l’avez pas lu, vous pouvez le faire > ici.

fleur de lys gif2

En conclusion, je voudrais insister sur le fait que l’un des très heureux fruits de ces Messes du 21 janvier - qu’elles soient très solennelles et suivies par une assistance nombreuse, comme à Saint-Denys, ou plus humblement célébrées dans des églises ou chapelles de province – consiste à fortifier et à faire croître dans l’âme la ferme détestation de la révolution.
En effet, un authentique chrétien ne peut que haïr la révolution et toutes ses conséquences de la même manière qu’il doit haïr le péché !

Par ailleurs, le fait de se trouver à proximité de Monseigneur le Prince Louis de Bourbon, de jure notre Roi Louis XX, surtout pendant une célébration religieuse, et d’autant plus en ce jour anniversaire du régicide, est un puissant stimulant à s’engager plus ardemment à prier : prier pour sa personne, prier pour la mission qui lui incombe du fait de sa naissance, prier pour qu’il ait toutes les grâces de crainte du Seigneur, de piété, de science, de force, de conseil, d’intelligence et de sagesse qui lui sont nécessaires pour cela…
C’est en particulier le but de la Confrérie Royale, et nous ne serons jamais trop nombreux à offrir des prières et des sacrifices à l’intention de notre Souverain légitime, puisque la restauration monarchique, selon les principes de la royauté capétienne traditionnelle de droit divin, ne pourra se faire qu’avec le puissant secours de la grâce divine.

Enfin, pour justement vous encourager à prier toujours plus pour notre Prince, voici – en exclusivité – une photo de Monseigneur et de son épouse, prise par Frère Maximilien-Marie qui se trouvait tout près d’eux dans la crypte pendant l’absoute célébrée sur la tombe du Roi martyr et qui a été impressionné par le recueillement ému du Prince en ce moment-là.

Lully.

21 janvier à Saint-Denys le couple royal recueilli dans la crypte pendant l'absoute

Ce 21 janvier 2017 à Saint-Denys :
le couple royal profondément recueilli pendant les prières de l’absoute sur la tombe de Sa Majesté le Roi Louis XVI
.

fleur de lys gif2

Publié dans : Chronique de Lully, Memento, Vexilla Regis |le 29 janvier, 2017 |1 Commentaire »

Vous pouvez laisser une réponse.

1 Commentaire Commenter.

  1. le 29 janvier 2017 à 20 h 46 min F. des Millets écrit:

    Merci, mon Père, de ce si touchant témoignage.
    Il est bon en effet de replacer l’événement sombre du massacre du Roi dans le contexte véritable qui est le sien et dans toutes ses dimensions démoniaques.
    La republique doit se repentir et les descendants des coupables avec.

Laisser un commentaire

A tempo di Blog |
Cehl Meeah |
le monde selon Darwicha |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | mythologie
| jamaa
| iletaitunefoi