2017-1. Sept cartes du Nouvel An 1917.

Mardi soir 3 janvier 2017,
Fête de Sainte Geneviève (cf. > ici et > ici),
Octave de Saint Jean.

Chers Amis du Refuge Notre-Dame de Compassion,

Frère Maximilien-Marie, après l’adresse des voeux que vous avez certainement reçue (cf. > ici), reprendra la parole bientôt afin de développer quelques réflexions qui lui tiennent à coeur, dans le contexte actuel.
En attendant, de manière un peu plus anecdotique, je voulais vous faire découvrir sept cartes du nouvel an qui sont très exactement centenaires, puisqu’elles ont toutes été envoyées à l’occasion du 1er janvier 1917, et qui ne manquent pas de charme.

Les deux premières sont tout-à-fait dans le style de la « belle époque » et évoquent encore la frivolité désuète et les galanteries badines de la fin du XIXème siècle :

Blogue janvier 2017 1

Blogue janvier 2017 2

Toutefois, beaucoup de ces cartes de voeux de notre collection – on le comprend aisément en cette période de guerre – ont des accents patriotiques et veulent entretenir l’espérance de la victoire.
Ainsi celle-ci où le coq gaulois, campé sur le gui du nouvel an, annonce une aurore de gloire et de victoire pour 1917, au-delà de l’évocation des combats en cours (guerre des tranchées, barbelés, explosion) :

Blogue janvier 2017 3

Et sur celle-là, c’est la victoire personnifiée par une femme effleurant d’un pied léger le sol français, qui brandit la palme immense de la victoire de telle manière qu’elle semble fustiger le soldat allemand culbuté devant elle :

Blogue janvier 2017 4

La carte ci-dessous est allemande et montre deux fêtards dans une position cocasse.
Le clairon qu’embouche l’un d’eux doit-il sonner la proclamation de la prochaine victoire de l’Allemagne ?

Blogue janvier 2017 5

Les deux cartes suivantes, d’origine britannique, sont à l’adresse des soldats alliés. La première à l’intention des troupes françaises :

Blogue janvier 2017 6

Et la seconde pour les soldats belges, francophones aussi bien que néerlandophones :

Blogue janvier 2017 7

Pour nous qui, avec le recul, savons que 1917 ne sera pas encore l’année de la cessation du conflit, mais bien au contraire l’année où les propositions de paix de l’empereur Charles 1er de Habsbourg et la tentative de médiation du pape Benoît XV se heurteront à une inflexible volonté des dirigeants français de poursuivre les combats, non pas en considération du bien des peuples, mais pour des raisons purement idéologiques, ces cartes « patriotiques » demeurent comme les témoignages éloquents des aberrations auxquelles peut aboutir le dévoiement nationaliste, héritage direct des idées de la révolution française.

Prions Dieu de guérir aujourd’hui en profondeur les coeurs des Français de ce funeste poison nationaliste, si contraire aux préceptes évangéliques, et si néfaste au développement d’une authentique politique chrétienne…

pattes de chatLully.

Publié dans : Chronique de Lully |le 3 janvier, 2017 |1 Commentaire »

Vous pouvez laisser une réponse.

1 Commentaire Commenter.

  1. le 4 janvier 2017 à 10 h 04 min Béa Kimcat écrit:

    Merci pour cette collection de cartes de 1917…
    Je vous souhaite le meilleur pour 2017.
    Bien cha(t)micalement
    Béa kimcat

Laisser un commentaire

A tempo di Blog |
Cehl Meeah |
le monde selon Darwicha |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | mythologie
| jamaa
| iletaitunefoi