2016-47. Obéissance au réel et civilisation.

Jeudi 23 juin 2016,
Vigile de Saint Jean-Baptiste.

Chers Amis du Refuge Notre-Dame de Compassion,

Le Révérend Père Jean-François Thomas, jésuite (note 1), honore mon papa-moine de son amitié spirituelle : il faut dire qu’en sus de la fulgurance de ses analyses sur la situation du monde et de l’Eglise – car il parle sans détour et sans ambiguïté – , il partage avec Frère Maximilien-Marie l’amour de la liturgie latine traditionnelle et le zèle pour la Légitimité dynastique et politique (note 2).
Pour moi, qui suis toujours très bien renseigné, je vois une preuve supplémentaire de sa sagesse dans le fait qu’il aime les chats…

Au Mesnil-Marie, nous venons de commencer la lecture de son dernier ouvrage, intitulé « Les mangeurs de cendres » et sous-titré « petit traité spirituel ».
Même si nous ne sommes qu’au début de notre lecture, lecture qui doit être lente et accompagnée de méditation, nous pouvons d’ores et déjà vous recommander de vous y mettre vous aussi, et – afin de vous en donner le goût – après avoir recopié la présentation générale de l’ouvrage qui se trouve en quatrième de couverture, j’ai pris le parti de publier ci-dessous, une longue citation, à laquelle je souscris entièrement, au sujet de la civilisation et des raisons de sa décadence ou de sa survie.

Patte de chat  Lully.

frise avec lys naturel

Quatrième de couverture : 

« Petit traité spirituel, ce guide éclaire la voie de tout homme de bonne volonté au moment où les ténèbres de la culture de mort envahissent toutes les sphères de nos sociétés. Pour l’auteur, l’Espérance est plus que jamais à portée d’âme : « là où le mal abonde, la grâce surabonde » et l’antidote trouve sa source dans les eaux du Baptême et sa nourriture dans la pratique des sacrements.
   Les fumées de Satan ne sauraient dissiper l’homme en tant que créature de Dieu, seul être vertical appelé au salut éternel, et toute la réflexion du père Jean-François Thomas s’enracine dans la vie intérieure et son épanouissement. Il n’y a de dignité humaine que dans la vie en Christ, et le triomphe provisoire et apparent du dessein funeste des mangeurs de cendres n’est qu’une question de temps… apocalyptique !
   Pour demeurer comme un lys au milieu des épines, le père Jean-François Thomas arrache ici les masques hideux des catoblépas dont le refus de Dieu et de tout ordre autre qu’humain poursuit de nos jours l’œuvre de destruction révolutionnaire. »

Père Jean-François Thomas

Le Rd. Père Jean-François Thomas s.j.

Le déni de réel est cause de décadence :

« (…) La vigueur, la vitalité d’une société, d’une civilisation, se reconnaissent à l’attention et au soin que l’homme est capable d’apporter au passé conservant soigneusement les faits et les gestes, posant des repères sur le chemin parcouru comme si ce dernier, à tout moment, devait être emprunté de nouveau. En revanche, un pays, une nation ou une civilisation en crise sont ceux où leurs membres n’affichent que mépris et violence vis-à-vis de leur héritage, rompant avec le passé, le dépeçant, allant même jusqu’à violer les tombes et exhumer les cadavres, comme les sans-culottes de la Révolution française. Il s’agit là d’une attitude barbare qui rend étranger à ce qui est humain. C’est une rupture d’avec l’humain et d’avec le divin, meurtre du père et mort de Dieu. Sous le couvert de progrès et d’évolution, celui qui rejette le passé stagne, régresse et se condamne à disparaître. Seul ce qui demeure peut prendre la direction d’un réel progrès, d’une avancée morale, d’une purification, car le regard demeure fixé sur les héros et sur les saints, sur les événements glorieux, sur les échecs et les défaites surmontés. La docilité au réel permet à une communauté de personnes de se hisser sur les cimes, de devenir une patrie de sages, de philosophes, de théologiens, de mystiques. Le sans-gêne dédaigneux vis-à-vis de ce même réel n’engendre que cataclysmes, crises, idéologies que l’homme ne peut pas traverser intact et où il perd sa consistance, ne sachant même plus qui il est, d’où il vient, où il va…
Obéir à la nature des choses fut, pendant des générations, un postulat de base présent dans le sens commun y compris des illettrés et des incultes. Le paysan au milieu de sa rizière, l’artisan avec son marteau, le pêcheur avec son filet savent encore que chaque chose nous résiste selon ce qu’elle est, qu’ils doivent rester dociles et attentifs au réel s’ils désirent le vaincre ou le maîtriser dans le domaine qui leur est propre. La victoire passe nécessairement par l’obéissance au réel. Ne pas l’accepter, c’est s’exposer à des erreurs qui entraînent des conséquences dramatiques.
Pour construire une civilisation qui perdure, il faut commencer par respecter les principes naturels et reconnaître que le feu brûle, que l’eau désaltère et mouille, que le soleil réchauffe et fait lever le grain, que l’homme ne vit pas seulement de pain, qu’un enfant n’est pas un objet non identifié dans le ventre de sa mère… Tout va bien lorsque tous ou la majorité des personnes qui composent la société se retrouvent en ce même credo. Tout commence à aller mal lorsque, malgré l’évidence, des voix s’élèvent pour affirmer le contraire de ce qui est ou bien prônent un relativisme en la matière. Le déni de réel est cause de décadence. Toutes les dictatures au cours des millénaires en ont fait l’amère expérience, sans que cela ne soit pour autant une leçon pour les générations futures puisque ces dernières rejettent a priori tout ce qui provient du passé. »

Rd Père Jean-François Thomas, s.j.
in « Les mangeurs de cendres – petit traité spirituel », pp. 28-30
(éd. Via Romana – mars 2016)

Note 1 : Le Rd. Père Jean-François Thomas a été professeur de philosophie, puis missionnaire à Manille – où il s’est consacré pendant une quinzaine d’années à la protection des enfants des rues – , il réside actuellement à Paris et a déjà publié « Sentinelle, où en est la nuit ? » (éd. François-Xavier de Guibert – 2009) et « Comme un lys au milieu des épines » (éd. Via Romana – 2014).

Note 2 : Le Rd. Père Jean-François Thomas a prononcé, le 21 janvier 2016 à l’occasion de la Messe de Requiem à la mémoire de Sa Majesté le Roi Louis XVI célébrée à Saint-Germain-l’Auxerrois une homélie remarquée qui a été publiée par notre amie Béatrice sur « Benoît et moi » (voir > ici) et dans « la Gazette Royale » n°146 (1er trimestre 2016).

les-mangeurs-de-cendres Jean-François Thomas

Publié dans : Lectures & relectures, Textes spirituels |le 23 juin, 2016 |3 Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

3 Commentaires Commenter.

  1. le 18 juillet 2016 à 7 h 47 min Jean P. écrit:

    Mangeurs de Cendres et four de Viviers…
    Chaud en 07!

  2. le 23 juin 2016 à 16 h 30 min Jean P. écrit:

    Homélie criante de vérité.
    Terrible de voir venir ces temps alors que la machine avance, aveugle, impitoyable.

  3. le 23 juin 2016 à 7 h 30 min Le Forez écrit:

    Un peu comme l’Auvergnat qui a les pieds sur terre, sait d’où il vient, sait où il va en toute connaissance de cause, fruit de son expérience, et dirige son regard vers le Ciel.

Laisser un commentaire

A tempo di Blog |
Cehl Meeah |
le monde selon Darwicha |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | mythologie
| jamaa
| iletaitunefoi