2016-26. Où, à l’occasion du centenaire du rappel à Dieu du chanoine Antoine Crozier, le Maître-Chat Lully publie quelques citations méconnues de ce très grand maître spirituel.

Samedi 9 avril 2016.
Dans l’Ordre de Saint-Augustin, la fête de la translation de Sainte Monique.

Sacré-Coeur

Chers Amis du Refuge Notre-Dame de Compassion,

Dans les pages de ce blogue, j’ai déjà eu l’occasion d’évoquer la très remarquable figure du chanoine Antoine Crozier (1850-1916), en publiant l’intégralité du texte de l’opuscule « Vivons pour le Bon Dieu » et de son « Chemin de Croix pour la France ».

Pour une évidente raison de facilité, on présente souvent le chanoine Crozier comme étant un prêtre lyonnais d’une très haute spiritualité, qui fut en étroite relation d’amitié spirituelle avec le Bienheureux Charles de Foucauld (1858-1916).
Mais il est tout aussi évident qu’on ne peut le « réduire » à cette seule amitié, et encore moins à le placer dans l’ombre du saint ermite saharien.

J’espère avoir un jour la possibilité de vous parler de manière plus exhaustive de sa vie, qui mérite bien d’être connue, d’autant qu’à l’heure actuelle les biographies les plus intéressantes – notamment celle du Révérend Père Maillet, mariste lyonnais, publiée en 1948 – sont quasi introuvables ! Néanmoins, de manière récurrente, dans des publications plus récentes concernant le Bienheureux Charles de Foucauld, ou au sujet des grandes figures lyonaises de spiritualité aux XIXe et XXe siècles, trouve-t-on la mention de plus en plus appuyée du chanoine Crozier et du rayonnement spirituel qu’il exerça, profondément et longtemps après sa mort, sur un très grand nombre d’âmes.
C’est ainsi aussi que nous avons eu la très grande joie et consolation de voir réédité, en avril 2010 (éditions P. Téqui), grâce au zèle diligent d’un ami prêtre, l’opuscule « Comment il faut aimer le Bon Dieu », précieux vademecum de vie chrétienne fervente, d’une stupéfiante simplicité autant que d’une permanente actualité, qui avait connu de très nombreuses éditions depuis sa première publication en 1882, mais qui avait été bien occulté depuis le triomphe apparent de la désertification spirituelle consécutive au second concile du Vatican.

Ce 10 avril 2016 est le jour exact du centenaire du rappel à Dieu du chanoine Antoine Crozier : accablé de souffrances, âgé de seulement de soixante-six ans et deux mois, il s’endormit dans le Seigneur le lundi de la Passion 10 avril 1916, à son domicile (rue du Doyenné, à l’ombre de la Primatiale Saint-Jean dans laquelle il avait reçu les sacrés stigmates de Notre-Seigneur seize ans plus tôt).

Pour marquer ce centenaire, j’ai décidé de vous offrir un petit florilège de citations tirées des lettres de direction sprituelle du chanoine Antoine Crozier.
Je vous en souhaite bonne lecture ; je vous souhaite surtout d’y puiser de grandes forces spirituelles et consolations.

Lully.

frise

Memento mortuaire du chanoine Antoine Crozier

Memento mortuaire du chanoine Antoine Crozier

frise

Petit florilège de citations tirées de la correspondance spirituelle
du
chanoine Antoine Crozier :

« Je crains toujours d’opposer à Notre-Seigneur des obstacles et des bornes.
Je crois voir et sentir que le don de mon coeur à Jésus n’a pas cette générosité, cette plénitude, cette universalité que l’amour d’un Dieu a bien le droit d’attendre et d’exiger…
Il faut un coeur donné, livré, pour donner à Jésus des âmes et des coeurs ! »

Sacré-Coeur de Jésus.jpg

« Ne nous laissons pas absorber par l’intensité et la continuité de la lutte intérieure et extérieure. Soyons toujours et quand même joyeux et dilatés… Dieu aime les âmes gaies.
Les âmes sont comme les plantes : il n’y a que celles qui sont largement épanouies qui reçoivent abondamment la rosée et le soleil, et produisent des fruits… 

Quel puissant apostolat que celui de la joie, de l’amabilité et de la sérénité ! »

Sacré-Coeur de Jésus.jpg

« Un simple acte d’universel abandon est une prière toute puissante sur le Coeur de Dieu.
Quelles grâces peut obtenir, pour l’Eglise et pour les âmes, une vie toute d’abandon et d’union à toutes les volontés de Dieu, à tous les desseins de Jésus ! »

Sacré-Coeur de Jésus.jpg

« Pour nous, perdre du temps, c’est perdre de l’amour et des âmes ! »

Sacré-Coeur de Jésus.jpg

« La prière la plus parfaite est celle de Jésus : Seigneur, que Votre volonté se fasse et non la mienne !
Ne nous lassons pas de la répéter dans les plus profondes ténèbres et les crises les plus aigües. »

Sacré-Coeur de Jésus.jpg

« Etre saint, c’est rude, cela coûte, il ne faut rien se passer…
La peine, la lutte, cela fait entrer le métier de la sainteté dans le corps : il faut absolument s’y mettre, et ce n’est pas fini. C’est immense, c’est pressé ! »

Sacré-Coeur de Jésus.jpg

« Je crois, j’adore, j’aime dans la nuit, sans voir les étoiles, ni ce qu’elles cachent. J’attends avec une ferme confiance la vision de la réalité qui, seule, me remplira, me rassasiera. 
Est-ce trop d’acheter par les sacrifices de ma foi, par les obscurités de mon pauvre esprit et par les angoisses de mon pauvre coeur, la vision et la possession des divines splendeurs ?
Du fond de nos ténèbres, nous pouvons toujours prier, aimer.
Oui, tout cela sans enthousiasme, mais avec le calme résolu, inébranlable d’une volonté qui ne sait ni se refuser ni se reprendre… »

Sacré-Coeur de Jésus.jpg

« La prière suprême, c’est le fiat de l’Agonie : Que Votre volonté se fasse et non la mienne !
Et le fiat de la mort : O Mon Père, Je remets Mon âme entre Vos mains ! »

Sacré-Coeur de Jésus.jpg

« S’abandonner, c’est plus que se donner ; c’est l’acte décisif de l’amour, de cet amour parfait qui n’aime absolument plus rien que le Bon Plaisir de Dieu. »

Sacré-Coeur de Jésus.jpg

« L’oeuvre des oeuvres, c’est la sanctification des âmes.
Cela doit nous faire comprendre combien nous devons être fidèles à la grâce, combien nous devons discerner les moindres souffles de l’Esprit d’Amour. »

Sacré-Coeur

Prière pour demander la glorification de l’Abbé A. Crozier > ici

Vous pouvez laisser une réponse.

3 Commentaires Commenter.

  1. le 9 avril 2016 à 20 h 20 min Le Forez écrit:

    Voila tout le paradoxe chretien, se faire petit, humble, se sentir en-dessous de tout pour être aimé du Bon Dieu.
    Peu de personnes, à l’heure du règne des orgueilleux, peuvent comprendre ce à quoi il faut tendre pour suivre NSJC.
    Que le St Esprit ouvre leurs yeux !

  2. le 9 avril 2016 à 10 h 54 min Rachel écrit:

    Cher Maître-Chat Lully, merci pour ce florilège de citations du Chanoine Crozier – que je ne connaissais pas – à lire et relire, et à méditer tous les jours.

  3. le 9 avril 2016 à 9 h 31 min Olivier H. écrit:

    C’est très beau !
    Merci !
    Union de prières …

Laisser un commentaire

A tempo di Blog |
Cehl Meeah |
le monde selon Darwicha |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | mythologie
| jamaa
| iletaitunefoi