2016-4. La poussière transfigurée dansera dans ton soleil !

2001 – 19 janvier – 2016

Quinzième anniversaire du rappel à Dieu
de

Gustave Thibon.

frise

A l’occasion du quinzième anniversaire du rappel à Dieu de Gustave Thibon (19 janvier 2001), j’ai résolu de publier ci-dessous l’un de ses poèmes.

Cela surprendra peut-être plus d’un de mes lecteurs habituels : en effet, malgré le fait que deux recueils de poèmes figurent en bonne place dans ses bibliographies complètes, on a souvent tendance à oublier que Gustave Thibon était épris de poésie, qu’il goûtait fort les oeuvres d’un très grand nombre de poètes et qu’il connaissait par coeur une quantité prodigieuses de vers (et dans plusieurs langues).
Thibon est en vérité un orfèvre de la langue française. Les aphorismes qui constituent la majeure partie de son oeuvre sont ciselés comme de purs et fins joyaux ; ils témoignent au plus haut point d’une maîtrise parfaite des sons et du rythme des mots et des phrases, et de leur puissance évocatrice. N’est-ce pas là justement l’essence de la poésie ?
Dans la présentation qui figure sur la quatrième de couverture du recueil « Offrande du soir », publié en 1946 chez Lardanchet, on trouve ces deux phrases admirables : « (…) Le poète est celui qui crée de nouveaux rapports entre les choses et nous, qui nous les fait voir comme nous ne les avions jamais vues encore, dans une sorte de contact ineffable. Par son pouvoir de rayonnement, la poésie nous conduit à une plus vaste compréhension de nous-même et du monde et jusqu’au mystère de l’être»
Comme cette définition du poète et de son oeuvre correspond bien à la personne et aux écrits de Gustave Thibon !

Le poème « Deus omnium » est le quatrième de la deuxième partie de ce petit recueil : écrit en vers libres (comme d’ailleurs tous les poèmes qui y figurent), il n’a rien à voir avec le romantisme, le sentimentalisme ou la mièvrerie badine auxquels on assimile souvent la poésie. Nous nous trouvons ici dans une forme de poésie qui, si elle est intimiste, n’en est pas moins exactement métaphysique.
En moins d’une vingtaine de lignes, c’est une sorte d’expérience intérieure d’une rare densité qui est exprimée et qui, si elle devait faire l’objet d’explications et de commentaires requerrait plusieurs épais volumes : la vérité de l’homme y est mise en lumière, tandis que dans l’ombre se devine la vérité de Dieu.
Théologie apophatique faite poème !

Frère Maximilien-Marie du Sacré-Coeur.

frise

Gustave Thibon

DEUS OMNIUM

Dans le coeur de l’homme, j’ai vu la fange et la corruption,
Et mon espoir en l’homme a pleuré, mais n’a pas fléchi :
La vie bourdonne au sein de la pourriture, une eau vierge dort dans la fange !
- Dans le coeur de l’homme, j’ai vu aussi la poussière,
Poussière de vice et de vertu, résidu neutre et stérile du bien et du mal…
Alors, j’ai tremblé pour l’homme,
L’image de l’homme a brouillé mon coeur comme une nausée.
- Attitudes, mensonges émoussés, sang tourné en salive, échanges solennels de fausse monnaie, prudence creuse en quête d’un ordre éteint – cette cendre s’amoncelle et monte, elle comble l’urne humaine ;
Là, aucune vie ne peut trouver sa pâture – pas même la mouche de l’ordure, pas même le ver du remords.
- Je ne crains pas la fange, je crains la poussière !
Allons ! La nausée n’est pas un verdict intégral. L’homme est injuste et fermé, traître au Oui suprême, idolâtre par omission, qui n’a pas surmonté son plus quotidien, son plus réfractaire hoquet.
La poussière aussi t’appartient, Seigneur, la poussière aussi chantera ta gloire !
Ton amour a des secrets qui fécondent même les entrailles absentes de la vanité !
- Un coup de balai de ta justice qui bouleverse l’ordre mort des poudreux atomes,
Puis un rayon de ta pitié sur la vitre humaine,
Et la poussière transfigurée dansera dans ton soleil !

Gustave Thibon, in « Offrande du Soir », éditions Lardanchet 1946, pp. 79-80.

Offrande du soir - Gustave Thibon 1946

frise

Autres publications consacrées à Gustave Thibon dans les pages de ce blogue :

- Courte présentation biographique de Gustave Thibon > www
– « Gustave Thibon : dix ans déjà ! » (2011) > www
– « Eloignement et connaissance » (extrait de « Retour au réel ») > www
– Le message de ND de La Salette au monde paysan > www
– « Le goût de l’aliment éternel » > www
– « Libertés » (extrait de « Diagnostics ») > www
- Eglise et politique : c’est l’absolu qui me donne la norme du relatif www
- Le sport dans la société moderne (in « L’Equilibre et l’harmonie ») www

–  Vertu d’espérance et optimisme (in « L’Equilibre et l’harmonie ») www
– Sur la démocratie et le suffrage universel www
– « Gustave Thibon – la leçon du silence » par Raphaël Debailiac www
– « Dépendance et liberté » (in « Retour au réel ») www
– « Quel avenir pour l’Occident ? » (R. Debailiac) www
– Sur la révolution française www
– « L’homme a besoin de racines » (retranscription d’un entretien radiophonique) www

Publié dans : Lectures & relectures, Memento, Textes spirituels |le 18 janvier, 2016 |3 Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

3 Commentaires Commenter.

  1. le 19 janvier 2016 à 10 h 25 min Yvette B. écrit:

    Merci.

  2. le 19 janvier 2016 à 6 h 29 min Le Forez écrit:

    Voilà ce type de poésie – mais il peut y en avoir d’autres -, qui nous réconcilie avec ce qu’elle devrait être : la représentation du beau, donc une conséquence de l’œuvre du Bon Dieu reconnue sous cet aspect littéraire.

  3. le 18 janvier 2016 à 18 h 06 min Béa Kimcat écrit:

    C’est très beau…
    Bien cha(t)micalement.
    Béa kimcat

Laisser un commentaire

A tempo di Blog |
Cehl Meeah |
le monde selon Darwicha |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | mythologie
| jamaa
| iletaitunefoi