2015-45. La foi de Marie-Magdeleine au matin de Pâques donnée en exemple.

Cinquième sermon de

notre glorieux Père Saint Augustin

sur la fête de Pâques

Cloche gif

Χριστός ἀνέστη !
 Ἀληθῶς ἀνέστη ! 

« Le Christ est ressuscité ! Il est vraiment ressuscité ! »

L’exclamation des apôtres et des premiers disciples le jour même de la Résurrection de Notre-Seigneur se répercute depuis lors à travers les siècles partout où il y a des âmes de foi.
Ce cri d’émerveillement et d’allégresse continuera à fortifier la foi et la joie surnaturelle des chrétiens jusqu’à la fin des temps, quelles que soient les épreuves et les tristesses de ce monde.
Le jour poignait à peine dans le jardin du Nouvel Adam, lorsque la touchante fidélité de Marie-Magdeleine fut récompensée et que ses larmes d’affliction furent changées en larmes d’émotion joyeuse, faisant entrer à flot la Lumière surnaturelle en son âme : avec l’aide de notre glorieux père Saint Augustin, méditons sur cette scène qui ne peut que nous toucher, chacun, au plus intime de l’âme.

Joyeuse et sainte fête de Pâques à vous tous, cher Amis !

Hans Holbein le jeune, 1524 apparition à Marie-Magdeleine

L’apparition à Marie-Magdeleine : Noli me tangere
Hans Holbein le jeune (1524 – Collections royales, Hampton Court, Londres)

La foi de Marie-Magdeleine au matin de Pâques donnée en exemple.

§ 1 – Saint Augustin compare la foi de Marie-Magdeleine et celle de Pierre.

« Le lendemain du sabbat », dit l’Evangéliste, « lorsque les ténèbres couvraient encore la terre, Marie-Magdeleine vint au tombeau, s’aperçut que la pierre avait été enlevée du sépulcre et courut raconter ces événements à Simon Pierre et à l’autre disciple que Jésus aimait » (Joan. XX, 1-2).
Voyez, mes frères, voyez avec quelle ardeur cette femme se rend au tombeau du Sauveur. Elle ne considère ni l’heure ni le temps, mais elle veut contempler le Créateur de toutes choses. Simple femme, elle court avant les hommes et les prévient.

O bienheureux Pierre, qu’est devenue la promesse que vous faisiez au Seigneur : « Dussé-je mourir avec vous, je ne vous renierai pas » (Matth. XXVI, 3) ?
Si vous ne pouviez mourir pour le Seigneur, du moins, puisque vous aviez tant présumé de vous-même, vous deviez vous rendre au tombeau avant tout autre ! Vous n’avez pu accomplir la promesse que vous aviez faite, car il a suffi d’une servante pour vous conduire à l’apostasie ; et voici que Marie-Magdeleine arrive encore avant vous au tombeau. Veuillez, bienheureux Pierre, me pardonner l’amertume de mes paroles. Quand vous croyiez d’une foi complète, vous marchiez sur les eaux ; mais aussitôt que vous avez conçu du doute, vous avez senti la mer fuir sous vos pas. En ce moment, du moins, levez-vous ! car une femme vous a déjà précédé au tombeau.

Hans Holbein le jeune, noli me tangere - détail 4

Hans Holbein le jeune « Noli me tangere » – détail : L’intérieur du tombeau.

§ 2 – Marie-Magdeleine comparée à l’Eglise.

Mes frères, en lisant attentivement les Saintes Ecritures, vous avez appris à connaître cette femme du nom de Marie-Magdeleine. Comme quelques-uns pourraient encore être dans l’ignorance sur ce point, rappelons que Magdeleine est cette femme que le Seigneur a délivrée de sept démons, et à laquelle beaucoup de péchés furent pardonnés parce qu’elle avait beaucoup aimé.

Que l’Eglise coure donc, qu’elle coure à la Pierre : « Or, la Pierre était le Christ » (1 Cor. X, 4). Ne craignez pas de comparer à l’Eglise Marie-Magdeleine, qui, délivrée des esprits immondes, doit s’empresser la première d’accourir au tombeau du Seigneur.

Hans Holbein le jeune, noli me tangere - détail 3

Hans Holbein le jeune « Noli me tangere » – détail : Les apôtres Pierre et Jean.

§ 3 – La foi des apôtres comparée à celle de Marie-Magdeleine.

« Elle s’adressa donc à Pierre et à l’autre disciple que Jésus aimait, et leur raconta les faits en ces termes : Ils ont enlevé le Seigneur du tombeau, et nous ne savons où ils L’ont placé. Les Apôtres accoururent et, étant entrés dans le tombeau, ils virent les linceuls qui y avaient été laissés ».

Mais ils ne purent voir les anges, parce que les ténèbres de la crainte refoulaient encore dans ces Apôtres la lumière de la foi. Ils regardèrent et retournèrent à Jérusalem ; quant à Magdeleine, elle ne retourna pas, mais elle se tenait en pleurant à l’entrée du sépulcre, et parce que Dieu ne refuse jamais rien à ceux qui Le cherchent, « elle s’inclina en pleurant vers le tombeau, et elle vit deux anges vêtus de blanc et assis l’un à la tête et l’autre au pied du sépulcre dans lequel Jésus avait été déposé. Les anges lui disent : Femme, pourquoi pleurez-vous ? ou qui cherchez-vous ? » (Joan. XX, 11-13).
Madeleine répondit : Je cherche mon Maître, mon Sauveur ; Il m’a beaucoup gratifiée, car Il m’a délivrée de sept esprits impurs. Malheureuse esclave, j’étais conduite où je ne voulais pas, mais à l’arrivée du Sauveur les chaînes de mes péchés furent rompues et je méritai de suivre Celui que je ne méritais pas. Maintenant ils ont enlevé mon Seigneur, et je ne sais où ils L’ont placé.

O femme, les Apôtres n’ont pu voir les anges, parce qu’ils ont douté ; vous les avez vus parce que vous avez cru. Mais à votre tour vous avez commencé à douter. Et qui donc pouvait enlever le Seigneur, s’Il n’avait voulu ressusciter le troisième jour, comme il l’avait promis ?

Hans Holbein le jeune, noli me tangere - détail 2

Hans Holbein le jeune « Noli me tangere » – détail : le visage de Marie-Magdeleine.

§ 4 – La foi de Marie-Madeleine récompensée.

« S’étant retournée, elle vit le Seigneur debout » (Joan. XX, 14). Voilà, mes frères, ce que peuvent l’amour de Dieu et la foi.

Dieu se laisse vaincre par les larmes et par l’humilité : si Magdeleine ne s’était pas inclinée en pleurant, elle n’aurait pas vu les anges ; si elle ne s’était pas retournée, elle n’aurait pas mérité de voir le Seigneur.

« Jésus lui dit : Marie, pourquoi pleurez-vous ? qui cherchez-vous ? » (Joan. XX, 15).
Madeleine, ouvrant les yeux, Le reconnut et s’écria : Seigneur, vous êtes mon Roi et mon Dieu.
Abstenez-vous de me toucher, lui dit Jésus, car Je ne suis pas encore monté à mon Père.
Madeleine reprit : Mon Seigneur et mon Dieu. Vous vous montrez à moi, que me reste-il à désirer ?

Hans Holbein le jeune, noli me tangere - détail 1

Hans Holbein le jeune « Noli me tangere » – détail : le regard entre le Christ ressuscité et Marie-Magdeleine.

Cloche gif

Publié dans : De liturgia, Textes spirituels |le 5 avril, 2015 |6 Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

6 Commentaires Commenter.

  1. le 6 avril 2015 à 18 h 39 min Rachel écrit:

    Saintes et Joyeuses Pâques au Mesnil-Marie, et à vous tous !
    Sainte Marie-Madeleine, l’Apôtre des Apôtres…
    Merci pour cet enseignement si profond de Saint Augustin.

  2. le 5 avril 2015 à 21 h 02 min Jean-Martin S. écrit:

    Que DIEU vous bénisse!
    Je vous demande des prières pour la santé de mon épouse atteinte de syndrome parkinsonien, de démence sénile et de dépression profonde.
    Loué soit Jésus-Christ !

  3. le 5 avril 2015 à 18 h 17 min Pierre C. écrit:

    Je vous souhaite une très joyeuse fête de Pâques, cher frère.
    Que Dieu soit aimé de tous les cœurs en se saint jour.

  4. le 5 avril 2015 à 17 h 55 min Bernard de G. écrit:

    Quelle leçon de Foi nous donne Marie-Madeleine !
    Merci pour nous communiquer cet enseignement de Saint Augustin.
    Sainte et joyeuse fête de Pâques.
    Le Christ est ressuscité.
    BG.

  5. le 5 avril 2015 à 14 h 57 min Kimcat écrit:

    Joyeuses Pâques à vous !
    Béa kimcat

  6. le 5 avril 2015 à 6 h 33 min Maguy C. écrit:

    Très Beau !
    Que le Seigneur Jésus m’aide à imiter Marie-Madeleine !
    Que Sainte Marie-Madeleine prie pour nous, pécheurs !

    M.C.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

A tempo di Blog |
Cehl Meeah |
le monde selon Darwicha |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | mythologie
| jamaa
| iletaitunefoi