2014-103. In memoriam : Dom Marie-Grégoire Girard, osb.

4 mars 1932  -  17 ou 18 novembre 2013

Dom Marie-Grégoire Girard

Dom Marie-Grégoire Girard, osb
(photo reproduite avec l’aimable autorisation de son auteur, Monsieur G. Emery, ami du Père)

A l’occasion du premier anniversaire de sa mort, laissez-moi vous parler d’un homme assez extraordinaire que j’ai un peu connu : moine bénédictin,  ermite, ascète, veilleur, témoin de la lumière dans les ténèbres de ce monde, le Père Marie-Grégoire.

Michel Girard était né le 4 mars 1932 à Fontainebleau. Entré tout jeune homme à l’abbaye bénédictine de Fleury (Saint-Benoît sur Loire), où il reçut le nom de Frère Marie-Grégoire, il prononça les voeux monastiques le 18 novembre 1952 – huit mois et demi après son vingtième anniversaire – , puis fut ordonné prêtre le 11 juin 1960.

Après quatorze ans de vie commune, appelé à une plus extrême radicalité, sa vocation à la vie érémitique ayant été authentifiée par ses supérieurs et conseillers spirituels, il entra en solitude en janvier 1965.
Il s’installa d’abord dans de vieux bâtiments du village de Sainte-Croix, à quelques kilomètres à l’ouest de Die ; puis en 1967, il trouva un lieu encore plus conforme à la vie très austère et retirée à laquelle il aspirait, sur une crête, à quelque 760 m d’altitude au-dessus du tout petit village de Saint-Andéol en Quint, toujours dans le Diois.

Son ermitage était une petite cabane de planches, de la taille d’un abri de jardin, sans confort et sans électricité bien sûr. Le Père disait plaisamment qu’il avait l’eau courante, en désignant la source qui sourdait une cinquantaine de mètres en contrebas de son ermitage (avec une pente avoisinant les 80%).
Pour rendre visite au Père Marie-Grégoire, il fallait laisser son véhicule sur la place de Saint-Andéol en Quint, près de la minuscule église, puis, par un chemin étroit – malaisé en certains passages (je me souviens d’y être allé à l’automne et on pouvait facilement glisser) – monter, monter, monter à travers la forêt, pendant environ trois quart d’heure.

Son alimentation était strictement végétarienne et, en quarante-huit ans de vie érémitique, le Père Marie-Grégoire n’a jamais vu le médecin.
Homme de très profonde spiritualité – sinon il n’aurait pas « duré » dans cette solitude ! – , accueillant à tous avec bonhommie, son regard pénétrant semblait aller jusqu’aux tréfonds de l’âme de celui avec qui il conversait.
Sérieux, certes, rayonnant de la foi tranquille qui l’habitait même lorsque la conversation ne tournait pas sur un sujet pieux, « l’ermite du Diois » portait un regard d’une impitoyable lucidité sur les dérives du monde contemporain, les travers de notre société, et les déviances ou errances de « l’Eglise dans le monde de ce temps » (et sur certains « hommes d’Eglise » qui ne sont pas des « hommes de Dieu »).
Mais si ses propos étaient fermes, au point de sembler durs à entendre pour certaines oreilles, ils n’étaient cependant jamais amers, et Dom Marie-Grégoire persillait volontiers la conversation de traits d’humour, voire de réflexions un peu goguenardes, qui faisaient pétiller ses pupilles d’une malice quasi enfantine.

« Travailleur infatigable, tant manuellement qu’intellectuellement, il avait entièrement écrit et confectionné à la main ses livres d’office, et composé quelques volumineux ouvrages bibliques et apolégétiques » (homélie des obsèques prononcée par le T.Rd. Père Abbé de Fleury, le 29 novembre 2013).

« Paradoxalement, cet ermite perché sur son nid d’aigle, totalement en marge de la société, connut un large rayonnement (…). Sa vie rayonna parce qu’elle était « cachée avec le Christ en Dieu » (Col. III, 1), qu’il n’y avait pas de hiatus entre ce qu’il professait et ce qu’il pratiquait, qu’il possédait le sens des relations, connaissant tout le monde, se souvenant du nom de chacun, priant pour tous. Il réussit à harmoniser un retrait du monde sans compromis et une présence attentive à celui-ci ; il nous indique ainsi le secret de l’apostolat : ce n’est pas une affaire de recettes, de méthodes ou d’organisation, mais d’authenticité de vie, de ferveur intérieure et de forte conviction » (ibid.).

C’est un promeneur qui, le 18 novembre 2013, trouva le corps sans vie du Père, recouvert d’une mince pellicule de neige, son bidon à côté de lui, entre son ermitage et la source. Comme il avait un peu neigé dans les premières heures de cette journée du 18 novembre, on en a déduit qu’il était mort soit le 17, soit aux premières lueurs du 18 : le jour du soixante et unième anniversaire de sa profession monastique !
Comme lors de la profession des saints voeux, d’ailleurs, il était prosterné de tout son long, visage contre terre… 

Beaucoup de ceux qui l’ont connu, beaucoup de ceux qui – un peu « dérangés » par le choc de leur première rencontre avec ce veilleur sur la montagne – ont décidé de remonter à son ermitage pour interroger, se laisser interroger et écouter, beaucoup de ceux qui entretenaient avec lui une correspondance, n’hésitent pas à dire qu’ils ont connu en lui un véritable saint : un saint à la manière des anciens pères du désert, un saint aux vertus plus éclatantes que celles de certains récents « canonisés » dont l’impact semble plus médiatique ou idéologique que profondément surnaturel.
Ce que j’ai moi-même personnellement retenu de mes échanges avec Dom Marie-Grégoire est trop personnel pour que j’en fasse état ici aujourd’hui, mais, n’ayant appris son décès que plusieurs longues semaines après, je ne pouvais laisser passer le premier anniversaire de son rappel à Dieu sans, dans ma modeste mesure, rendre témoignage de la vie quotidiennement héroïque qui fut la sienne…

Ut in omnibus glorificetur Deus
Afin qu’en toutes choses Dieu soit glorifié

Frère Maximilien-Marie du Sacré-Coeur.

Image de prévisualisation YouTube

Publié dans : Memento |le 17 novembre, 2014 |4 Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

4 Commentaires Commenter.

  1. le 3 juin 2015 à 23 h 20 min Le Bruchet écrit:

    Nous avons été touchées ma Maman et moi même par votre bel hommage. Nous connaissions bien le Père Grégoire. Nous sommes souvent allés lui rendre visite avec mon regrette Papa. Nous gardons de nos passages dans sa petite cabane en bois, sa chapelle et sa source, un souvenir ancre a jamais. Qu il repose en paix.

  2. le 18 novembre 2014 à 17 h 53 min PICOCHE écrit:

    Un vrai ermite.
    Cela existe encore. Dieu merci.
    JLP

  3. le 18 novembre 2014 à 9 h 57 min Jean P. écrit:

    Songeur et muet devant cette vie exemplaire !
    Que de vérités non dites l’ayant conduit à son ermitage !
    Les desseins de Dieu sont infinis.
    Et rapporter cette foi prodigieuse au monde d’aujourd’hui… Aïe, aïe!
    Merci, Cher Frère, pour ce rappel.

    J.P.

  4. le 17 novembre 2014 à 19 h 16 min Rachel écrit:

    « Benedic, anima mea, Domino : Domine, Deus meus, magnificatus es vehementer. »
    Quelle belle et sainte vie. Un disciple de Saint Antoine du Désert…
    Je ne suis pas étonnée du fait qu’il n’ait pas vu de médecin pendant si longtemps. Dieu donne au centuple, quand on lui donne tout.
    Merci de nous faire connaitre ce saint ermite.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

A tempo di Blog |
Cehl Meeah |
le monde selon Darwicha |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | mythologie
| jamaa
| iletaitunefoi