2014-54. «… le coeur de Jeanne était resté intact et plein de sang. »

30 mai, fête de Sainte Jeanne d’Arc
(en France, fête double de deuxième classe).

En cette fête de Sainte Jeanne d’Arc, je vous propose de lire (ou pour certains d’entre vous de relire) l’intégralité de la déposition de Jean Massieu, un huissier qui assista aux derniers instants de Jeanne, déposition qui figure dans les actes authentiques du procès de notre héroïne.
L’exemple de Sainte Jeanne d’Arc n’est-il pas bien propre à nous encourager quand les avenirs terrestres paraissent chargés de lourds nuages, à nous fortifier dans la foi, à nous entretenir dans l’espérance surnaturelle, à nous élever à une compréhension spirituelle de notre histoire, à nous stimuler à la générosité pour le sacrifice et la pénitence, à nous porter à collaborer de toutes nos forces aux desseins divins, et – en un mot – à nous sanctifier ?

Jeanne d'Arc sur le bûcher,  Jules-Eugène Lenepveu (1886-90)

Jules-Eugène Lepneveu : Sainte Jeanne d’Arc sur le bûcher

Déposition de Jean Massieu, huissier :

« Le mercredi suivant eut lieu l’exécution. Dès le matin, après avoir ouï deux fois Jeanne en confession, frère Martin Ladvenu m’envoya trouver l’évêque de Beauvais pour l’informer qu’elle s’était confessée et demandait la communion.
L’évêque réunit quelques docteurs.
Après qu’ils eurent délibéré il revint me dire : « Dites à frère Martin de lui donner la communion et tout ce qu’elle demandera ». Je revins au château et avisai frère Martin.

Certain clerc, messire Pierre apporta à Jeanne le corps de Notre-Seigneur, mais avec bien de l’irrévérence, sur une patène enveloppée du conopée dont on couvre le calice, sans lumière, sans cortège, sans surplis et sans étole.
Frère Martin en fut mécontent. Il envoya quérir une étole et de la lumière, puis il communia Jeanne. J’y étais. Elle reçut l’hostie très dévotement et en répandant beaucoup de larmes.

Cela fait, Jeanne fut conduite au Vieux-Marché ; frère Martin et moi nous la conduisîmes. Il y avait plus de huit-cents hommes d’escorte portant haches et glaives. Sur le chemin, Jeanne faisait de si pieuses lamentations que frère Martin et moi ne pouvions nous tenir de pleurer.

Au Vieux-Marché, Jeanne ouït le sermon de maître Nicolas Midi bien paisiblement.
Le sermon fini, maître Midi dit à Jeanne : « Jeanne, va en paix, l’Eglise ne peut plus te défendre et te livre au bras séculier ».
A ces mots, Jeanne, s’étant agenouillée, fit à Dieu les plus dévotes oraisons. Elle eut une merveilleuse constance, montrant apparences évidentes et grands signes de contrition, pénitence et ferveur de foi, tant par ses piteuses et dévotes lamentations que par ses invocations de la benoîte Trinité, de la benoîte glorieuse Vierge Marie et de tous les benoîts saints du paradis, parmi lesquels elle en nommait expressément plusieurs. Au milieu de ses lamentations, dévotions et attestations de vraie foi, elle demandait merci très humblement à toute manière de gens, de quelque condition ou état qu’ils fussent, tant de l’autre parti que du sien, en requérant qu’ils voulussent prier pour elle et en leur pardonnant le mal qu’ils lui avaient fait. Elle continua ainsi longtemps, environ une demi-heure.
A cette vue les juges assistants se mirent à pleurer avec abondance. Plusieurs des Anglais présents reconnaissaient et confessaient le nom de Dieu au spectacle d’une si notable fin. Ils étaient joyeux d’y avoir assisté, disant que ç’avait été une bonne femme.

Quand Jeanne fut abandonnée par l’Eglise, j’étais encore avec elle.
Elle requit avec grande dévotion qu’on lui donnât une croix. Un Anglais en fit une avec le bout d’un bâton et la lui donna. Jeanne la reçut dévotement, la baisa tendrement, faisant de piteuses lamentations et oraisons à Dieu notre Rédempteur qui souffrit en la croix pour notre salut ; de laquelle croix elle avait le signe et la représentation. Elle mit cette croix en son sein, entre sa chair et son vêtement.
De plus, elle me demanda humblement de lui faire avoir la croix de l’église afin qu’elle la vît continuellement jusqu’à la mort. Je fis tant que le clerc de la paroisse Saint-Sauveur la lui apporta. Quand on la lui eut apportée, Jeanne l’embrassa bien fort et longuement en pleurant, et elle la serra dans ses mains jusqu’à ce que son corps fût lié au poteau.

Pendant que Jeanne faisait ses dévotions et pieuses lamentations, les soldats anglais et plusieurs de leurs capitaines nous harcelaient, ayant hâte qu’elle fût mise entre leurs mains pour la faire plus tôt mourir.
Je réconfortais Jeanne sur l’échafaud du mieux que je pouvais quand ils me dirent : « Comment, prêtre, nous ferez-vous dîner ici ? » Et incontinent, sans aucune forme ni signe de jugement, ils l’envoyèrent au feu en disant au bourreau : « Fais ton office ».

Accompagnée de frère Martin, Jeanne fut conduite et liée, et jusqu’au dernier moment elle continua les louanges et lamentations dévotes envers Dieu, saint Michel, sainte Catherine et tous les saints.
En mourant, elle cria à haute voix : Jésus !

Je tiens de Jean Fleury, clerc et greffier du bailli, qu’au rapport du bourreau, le corps étant réduit en cendres, le coeur de Jeanne était resté intact et plein de sang.
On donna ordre au bourreau de recueillir tout ce qui restait de Jeanne et de le jeter à la Seine, il le fit. »

Blason de Sainte Jeanne d'Arc

Autres textes relatifs à Sainte Jeanne d’Arc dans ce blogue :
- Eloge de Jeanne d’Arc par Monseigneur Pie > www
- Prière à Sainte Jeanne d’Arc pour la France et cantique du Père Doncoeur > www
- Témoignages des dominicains qui assistèrent Jeanne en son supplice > www
- Déposition de frère Jean Pasquerel au procès de Jeanne www
- Jeanne, sainte de la légitimité dynastique > www

Vous pouvez laisser une réponse.

1 Commentaire Commenter.

  1. le 16 septembre 2015 à 9 h 54 min Odile C. écrit:

    Le coeur de Jeanne palpitant, vivant, peut-il réveiller la sensibilité, la foi des français et brûler la glace, l’indifférence du coeur de chaque français ?
    Comment faire pour qu’elle intervienne encore aujourd’hui ?

    Réponse du Maître-Chat :
    Comment faire ? Eh bien, il faut la prier !

Laisser un commentaire

A tempo di Blog |
Cehl Meeah |
le monde selon Darwicha |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | mythologie
| jamaa
| iletaitunefoi