2014-41. De quelques beaux anniversaires royaux que nous célébrons avec une grande ferveur au Mesnil-Marie.

Jeudi 24 avril 2014.

J.B. Deshayes - Ste Jeanne de France

Jean-Baptiste Henri Deshays de Colleville, dit le Romain : Sainte Jeanne de France.

Chers Amis du Refuge Notre-Dame de Compassion,

En réponse, en quelque manière, à Monsieur Manuel Valls qui place la grandeur de la France dans des évènements asez pitoyables et des personnes aussi sectaires que lui (cf. ma publication d’hier > www), je vais dans les paragraphes ci-dessous vous parler de quelques anniversaires qui ont lieu ces jours-ci et que nous célébrons avec une grande ferveur en notre Mesnil-Marie.
A mes yeux de matou monastique – pour lequel l’histoire de France ne commence pas en 1789 – , nous trouvons-là quelques uns des éléments de la véritable gloire de notre pays…

lys.gif

A – Le 550ème anniversaire de la naissance de Sainte Jeanne de France.

Sainte Jeanne de France, fille de Leurs Majestés le Roi Louis XI et la Reine Charlotte de Savoie, est née le 23 avril 1464 à Nogent-le-Roi (dans l’actuel diocèse de Chartres). Ce 23 avril 2014 a donc marqué le cinq-cent-cinquantième anniversaire de sa naissance.
Ceux qui nous connaissent bien savent que nous avons pour cette sainte princesse – fille, soeur et femme de rois – une très grande vénération. J’avais d’ailleurs publié un résumé de sa vie dans les pages de ce blogue (ici > Sainte Jeanne de France).

Canonisée par Sa Sainteté le Pape Pie XII le dimanche de la Pentecôte, 28 mai, de l’année sainte 1950, je relève quelques belles citations de l’homélie que prononça pour la circonstance le vénérée « Pasteur Angélique », afin que vous puissiez les méditer :
« Elle fut très douce et très humble, et brilla par cette soumission chrétienne de l’âme qui n’est pas abdication de l’esprit ni faiblesse de la volonté, mais à proprement parler une vertu. Une vertu, disons-Nous, qui sous les injures, même les plus cruelles, est capable de contenir, de tempérer et de diriger les agitations du coeur ; une vertu qui apporte aux mortels la maîtrise d’eux-mêmes ; qui donne la tranquillité, la sérénité et la paix ; une vertu qui, dans la joie ou dans la tristesse, fait lever les yeux vers le ciel où chacun, après cet exil de la terre, pourra obtenir une récompense si haute que toutes les grandeurs et dignités humaines paraîtront caduques, vaines et inutiles.
(…) Que sainte Jeanne nous obtienne surtout, nous l’en prions, ce sans quoi tout le reste ne peut rien, ne vaut rien : que l’amour divin réchauffe les âmes des mortels, que la charité chrétienne envers tous les entraîne, que les préceptes évangéliques les règlent, les gouvernent et les dirigent.
Que tous saisissent dans la vie de Jeanne et qu’ils apprennent d’elle que ni les grandeurs humaines, ni les richesses, ni les voluptés du siècle ne peuvent communiquer le bonheur aux hommes, mais seulement la vertu, par laquelle « rien n’est plus beau, rien n’est plus noble, rien n’est plus aimable ».
Soutenus par la grâce divine, efforçons-nous donc de l’acquérir, et ainsi nous pourrons un jour atteindre cette béatitude éternelle qui ne connaît pas de fin.
Amen. »

(Pie XII – homélie de la canonisation de Sainte Jeanne de France,
d’après le texte latin des A. A. S., XXXXII, 1950, p. 466)

lys.gif

tableau de Saint Louis par François Lemoyne 1727 cathédrale de Versailles

François Lemoyne : Saint Louis en prière
(cathédrale Saint Louis de Versailles)

B – Du huitième centenaire de la naissance de Saint Louis.

Le 25 avril 1214, naquit celui qui deviendrait le Roi Saint Louis : cela fait donc exactement huit siècles en ce 25 avril 2014 !
Tout comme pour le douzième centenaire de la mort du Bienheureux Charlemagne (cf. > www), la pieuvre maçonnique qui étouffe actuellement la France dans ses tentacules assassins ne fait bien évidemment pas beaucoup de publicité pour les commémorations qui honorent la mémoire de celui qui a porté à un si haut degré l’idéal et la vertu chrétiens à la tête du Royaume de France.

Dans le panégyrique de Saint Louis, qu’il prononça dans la cathédrale de Blois le 29 août 1847, puis dans la cathédrale de Versailles le 27 août 1848, l’abbé Louis-Edouard Pie, bientôt évêque de Poitiers et futur cardinal, proclamait :
« (…) Le règne de Saint Louis (…) n’a été (…) que le règne de Dieu. Il ne me sied pas sans doute de donner ici des leçons aux peuples et aux rois. Mais est-ce ma faute, si elles naissent comme d’elles-mêmes du fond de mon sujet ? Quand la France fut-elle plus divisée qu’à la naissance de Louis ? Quand les attributions du sceptre furent-elles plus envahies ? Puissance populaire qui commence à s’élever par l’affranchissement des communes ; puissance féodale qui a converti les provinces en autant de royaumes ; puissance royale qui aspire à tout ramener à un centre unique : c’est au milieu de ces luttes et de ces agitations que la providence a placé le berceau de Louis. Peuple, bourgeois, feudataires, monarque, qui pourra rapprocher tous ces extrêmes ? Comment fondre en un tout harmonieux et hiérarchique des éléments aussi divers ?… Mais Louis croit en Dieu, et la France croit en Dieu. Louis et la France ont un même symbole, une même doctrine, une même foi. Le roi et le pays ont un même drapeau, un même étendard qui est la croix de Jésus-Christ. Bientôt la voix de la religion domine la voix de toutes les passions et de tous les intérêts. Le monarque et la nation s’unissent dans un sublime concert pour le service du Seigneur. Et dans cette religieuse étreinte de la puissance royale et de la puissance féodale et populaire, la guerre civile est étouffée, la querelle domestique est éteinte (…). Unis devant Dieu, Louis et la France restent étroitement embrassés entre eux, et le règne d’un saint devient le règne le plus glorieux et le plus régulier de notre monarchie (…).
Encore une fois, mes frères, quels enseignements pour nos sociétés modernes ! Puissent-elles comprendre que le bonheur et la paix ne nous reviendront qu’à la suite de la religion ! (…) »
Je ne peux évidemment tout citer, et cependant tout dans ce panégyrique est admirable et mériterait – tant les leçons en sont actuelles – de servir de programme de politique générale en vue d’un vrai relèvement de la France, en vue d’une authentique cohésion sociale, en vue même d’un réel redressement économique…

Au moment où j’écris ces lignes, j’apprends que l’aîné des descendants de Saint Louis, Monseigneur le Prince Louis de Bourbon, sera présent, avec la Princesse Marie-Marguerite son épouse, ce vendredi 25 avril 2014, à la Messe que célèbrera Son Excellence Monseigneur Wattebled, évêque de Nîmes, Uzès et Alès, en l’église Notre-Dame des Sablons, à 19 heures, à Aigues-Mortes, ville fondée par Saint Louis, laquelle a tenu à marquer le huitième centenaire de son fondateur.

Nota bene :
on trouvera aussi dans ce blogue
– les enseignements de Saint Louis à son fils > www
– des prières et litanies en l’honneur de Saint Louis > www

lys.gif

L'ami de la religion et du roi 1814

C – Du bicentenaire de la Restauration.

J’entends fort peu parler du bicentenaire de la Restauration du pouvoir légitime en France en 1814
Sans nul doute parce que les gouvernements qui se succèdent en France depuis 1830 sont tous illégitimes !
L’histoire officielle jette donc le discrédit (quand elle ne l’escamote pas en quelques lignes méprisantes) sur l’heureuse parenthèse des années 1814-1830, et omet de faire mention du redressement spirituel, moral, économique et financier dont le retour des Bourbons fut la cause.
« On » préfère verser des larmes de crocodiles sur la défaite du tyran Buonaparte qui avait saigné la France et l’avait conduite au bord de l’abîme…

Sans doute, le régime instauré par la Charte, octroyée le 4 juin 1814, par Sa Majesté le Roi Louis XVIII présentait-il de nombreuses imperfections.
Sans doute aussi, de nombreuses maladresses – dont on se rend compte seulement après de longues années de recul qu’elles étaient des maladresses aux conséquences désastreuses – furent-elles commises.
Mais après quelque vingt-cinq années de désordres, de gaspillages humains et patrimoniaux, de guerres quasi incessantes et d’expériences catastrophiques, force est d’admettre que le retour des Princes légitimes, non pas « dans les fourgons de l’étranger » mais bien malgré les fourgons de l’étranger, fut pour la France un évènement des plus heureux.

Avec Frère Maximilien-Marie, au cours de l’hiver, nous avons étudié avec la plus grande attention les « Souvenirs inédits d’un conspirateur », ouvrage qui publie une partie importante des notes de Ferdinand de Berthier de Sauvigny, l’un des fondateurs des Chevaliers de la Foi, société à laquelle nous vouons une haute estime, et dont on peut dire qu’elle a été pratiquement le seul mouvement contre-révolutionnaire vraiment couronné de succès. L’une des raisons – sinon la raison essentielle – en est que c’était d’abord un mouvement spirituel, profondément ancré dans la religion traditionnelle ; un mouvement dans lequel les oeuvres de la pénitence (telles que le jeûne) et de la charité étaient fondamentales, et dont l’action politique n’était que le prolongement naturel.
Je ne peux que recommander la lecture de cet ouvrage à ceux qui veulent sortir des ornières de la pensée dominante concernant la Restauration (Ferdinand de Berthier « Souvenirs inédits d’un conspirateur – révolution, empire et première Restauration », présentés et annotés par Guillaume de Berthier de Sauvigny – collection In-Texte, éd. Tallandier).

Il y a une autre lecture des plus intéressantes que je vous suggère aussi, c’est celle de « l’Ami de la Religion et du Roi », un « journal ecclésiastique, politique et littéraire » dont les feuillets ont été réunis en volumes que l’on peut lire sur internet.
On peut y suivre presque au jour le jour les évènements de l’année 1814 à partir de l’arrivée à Paris de Monsieur, comte d’Artois et futur Charles X : on y apprend les nouvelles ecclésiastiques, avec le retour dans ses Etats de Sa Sainteté le Pape Pie VII, libéré des griffes du Buonaparte, et le retour de l’Eglise de France à la liberté ; on y lit le compte-rendu de toutes les manifestations d’allégresse dans le peuple français, soulagé du joug napoléonien ; on y voit les démonstrations de foi des Princes, renouant la sublime alliance du trône et de l’autel ; on y suit les délicates négociations diplomatiques qui aboutissent à l’octroi de la Charte… etc.

Voici les liens vers cette lecture, elle aussi des plus passionantes : « L’Ami de la Religion et du Roi » – 1814 > volume 1 et volume 2.

allégorie du retour des Bourbons 1814 Louis XVIII relevant la France - Louis-Philippe Crépin

Louis-Philippe Crépin : Louis XVIII relevant la France
Allégorie du retour des Bourbons en 1814

lys.gif

D – Du quarantième anniversaire de Monseigneur le Duc d’Anjou.

Enfin, ce 25 avril 2014 est le jour du quarantième anniversaire de la naissance de Monseigneur le Prince Louis de Bourbon, duc d’Anjou, de droit Louis XX, né donc exactement sept-cent-soixante ans après son ancêtre le Roi Saint Louis, dont il est l’aîné des descendants.
Chef de la Maison de Bourbon depuis le dramatique accident qui a coûté la vie à son père, le Prince Alphonse, le 30 janvier 1989 (cf. > www), Monseigneur le Prince Louis incarne en son auguste personne la légitimité dynastique, la continuité qui transcende le temps, les principes pérennes qui ont fait de la France un grand royaume non seulement dans le domaine politique, mais aussi dans l’ordre spirituel et culturel.
En cet heureux anniversaire, nos voeux – pour sa personne et pour sa famille – rejoignent avec une ferveur toute spéciale notre Prince, et – bien sûr – nos prières demandent à Dieu, dont il est de droit le lieu-tenant pour ce Royaume terrestre, une surabondance de grâces et de bénédictions, afin qu’il marche résolument et, s’il se peut, avec succès, dans les pas de son regretté père, et de ses aïeux Louis XIV, Henri IV, Saint Louis et le Bienheureux Charlemagne !

Ad multos annos !

Mgr le Prince Louis et Madame la Princesse Marie-Marguerite

Monseigneur le Prince Louis, duc d’Anjou, aîné des Capétiens,
et son épouse, la Princesse Marie-Marguerite.

frise lys

Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

A tempo di Blog |
Cehl Meeah |
le monde selon Darwicha |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | mythologie
| jamaa
| iletaitunefoi