2014-39. « Il est descendu aux enfers ».

La descente de Notre-Seigneur Jésus-Christ aux enfers :

Redisons que c’est là un dogme, enseigné et cru depuis les Saints Apôtres, et insistons une nouvelle fois pour affirmer que les Apôtres n’ont eu connaissance de cet « évènement » que parce qu’ils l’ont appris de la bouche même de Notre-Seigneur Jésus-Christ.
La publication que nous avons faite, à l’occasion du Samedi Saint, de l’homélie pascale attribuée à Saint Epiphane (cf. > « Eveille-toi, ô toi qui dors… ») nous a valu un certain nombre de messages et de questions, car, là encore je me répète, beaucoup de chrétiens ne comprennent pas vraiment tout ce que signifie cette « descente aux enfers » et toute la richesse de ce mystère.
C’est pourquoi j’ai résolu de vous recopier ci-dessous l’intégralité du commentaire de cet article du « Symbole des Apôtres » rédigé par Saint Thomas d’Aquin, qui n’exprime pas là une opinion personnelle mais qui synthétise l’enseignement des Saintes Ecritures et des Pères de l’Eglise à ce sujet.

Descente aux limbes, Duccio, Maesta, Sienne

Duccio di Buoninsegna : le Christ aux enfers (détail de la Maestà – Sienne)

§ 77. – Comme nous l’avons dit, la mort du Christ a consisté, comme pour les autres hommes, dans la séparation de son âme d’avec son corps mais la divinité était unie de façon si indissoluble au Christ homme que, malgré la séparation de son âme d’avec son corps, la divinité elle-même s’est trouvée toujours parfaitement présente et unie à l’un et à l’autre ; c’est pourquoi le Fils de Dieu fut dans le sépulcre avec son corps et il est descendu aux enfers avec son âme.

§ 78. – Le Christ est descendu aux enfers avec son âme pour quatre motifs.

Le premier motif, ce fut de supporter toute la peine due au péché, afin, par là, de l’expier entièrement. Or la peine du péché de l’homme ne consistait pas seulement dans la mort du corps, mais aussi dans la souffrance de l’âme. L’âme, en effet, elle aussi avait péché, et elle était également punie par la privation de la vision de Dieu.

C’est pourquoi, avant l’avènement du Christ, tous, même les saints Patriarches, descendaient après leur mort aux enfers.

Le Christ, pour souffrir toute la peine due aux pécheurs, voulut donc, non seulement mourir, mais aussi descendre avec son âme aux enfers. Aussi déclare-t-il : « On me compte parmi ceux qui descendent dans la fosse : je suis comme un homme sans secours, libre parmi les morts » (Ps. LXXXVII, 5-6). Les autres, en effet, étaient là comme des esclaves, mais le Christ y était comme une personne jouissant de la liberté.

§ 79. – Le second motif de la descente du Christ aux enfers, ce fut de secourir parfaitement tous ses amis. Il possédait en effet des amis non seulement dans le monde, mais aussi dans les enfers. Car vous êtes les amis du Christ, dans la mesure où vous avez la charité. Or, dans les enfers, il y en avait beaucoup qui étaient morts avec la charité et la foi au Christ qui devait venir : ce fut le cas, par exemple, d’Abraham, d’Isaac, de Jacob, de Moïse, de David et des autres hommes justes et parfaits. Et parce que le Christ avait visité les siens dans le monde et les avait secourus par sa mort, il voulut aussi visiter les siens qui étaient dans les enfers, et les secourir par sa descente auprès d’eux. « Je pénétrerai toutes les profondeurs de la terre, je visiterai tous ceux qui dorment, et j’illuminerai tous ceux qui espèrent dans le Seigneur » (Eccli. XXIV, 45).

§ 80. – Le troisième motif de la descente de Jésus aux enfers fut de triompher complètement du diable. En effet, quelqu’un triomphe complètement d’un adversaire, non seulement quand il l’emporte sur lui sur le champ de bataille, mais aussi quand il l’attaque jusque dans sa propre maison et qu’il la lui ravit ainsi que le siège même de son empire. Or le Christ avait triomphé dans sa lutte contre le diable et il l’avait vaincu sur la croix ; c’est pourquoi il déclara : « C’est maintenant le jugement de ce monde ; c’est maintenant que le Prince de ce monde – à savoir le diable – va être jeté dehors » (Jean XII, 31). Aussi pour triompher de lui complètement, il voulut lui enlever le siège de son royaume et l’enchaîner dans sa demeure, qui sont les enfers. C’est pourquoi il y descendit et il lui ravit tous ses biens, il l’enchaîna et lui enleva sa proie. Saint Paul écrit en effet aux Colossiens : « Il a dépouillé les Principautés et les Puissances et, avec résolution, il les a traînées dans le déploiement de son propre triomphe » (Col. II, 15).

Le Christ avait reçu en sa possession le ciel et la terre, et toute puissance lui avait été donnée sur l’un et sur l’autre ; pareillement, il voulut aussi recevoir les enfers en sa possession. Et ainsi s’accomplit ce qu’écrira l’Apôtre aux Philippiens : « Qu’au nom de Jésus, tout genou fléchisse aux cieux, sur terre et aux enfers » (Phil. II, 10) et Jésus lui-même avait dit : « En mon nom, ils expulseront les démons » (Marc XVI, 17).

§ 81. – Le quatrième et dernier motif de la descente du Christ aux enfers fut de délivrer les saints qui s’y trouvaient présents.

De même en effet que le Christ voulut souffrir la mort, pour délivrer les vivants de la mort, de même il voulut descendre aux enfers pour libérer ceux qui y demeuraient. Aussi pouvons-nous lui adresser les paroles du prophète Zacharie : « Vous, Seigneur par le sang de votre alliance, vous avez retiré vos captifs de la fosse sans eau » (Zach. IX, 11). Le Seigneur a accompli la parole du prophète Osée : « O mort, je serai ta mort ; enfer, je serai ta morsure ! » (Os. XIII, 14).

En effet, bien que le Christ ait entièrement détruit la mort, il n’a pas complètement anéanti les enfers, mais il les a comme mordus ; car il n’a pas libéré tous les captifs des enfers, mais ceux-là seuls qui étaient exempts du péché mortel et également du péché originel, soit que la circoncision les en ait délivrés quant à leur personne, soit que, avant que Dieu n’ait donné la circoncision aux Patriarches, ils aient été sauvés, ou bien par la foi de leurs parents fidèles – s’ils étaient privés de l’usage de la raison – , ou bien – s’ils étaient adultes – par des sacrifices et par la foi au Christ qui devait venir : mais ils demeuraient dans les enfers à cause du péché originel d’Adam, dont le Christ seul pouvait les libérer selon la nature.

C’est pourquoi le Christ laissa en enfer ceux qui y étaient descendus en état de péché mortel, ainsi que les enfants incirconcis. C’est la raison pour laquelle, s’adressant à l’enfer, il lui déclare : « Je serai ta morsure, enfer ! ».

Ainsi donc le Christ est descendu aux enfers, et pour les quatre motifs que nous venons d’exposer.

§ 82. – Nous pouvons y puiser, pour notre instruction, quatre leçons.

Premièrement, une ferme espérance en Dieu, Car quelque grande que soit l’affliction dans laquelle un homme est plongé, il doit cependant toujours espérer dans le secours de Dieu et mettre sa confiance en lui. On ne peut pas en effet trouver d’état plus pénible que de demeurer dans les enfers. Si donc le Christ a délivré ceux qui s’y trouvaient, quiconque, s’il est l’ami de Dieu, doit avoir une grande confiance d’être délivré par lui de n’importe quelle détresse.

Il est écrit en effet au Livre de la Sagesse : « La divine Sagesse n’abandonna pas le juste vendu ; elle descendit avec lui dans la fosse et ne le quitta pas dans les chaînes » (Sag. X, 13-14). Et parce que Dieu vient spécialement en aide à ses serviteurs, l’homme qui sert Dieu doit vivre dans une grande sécurité. « Celui qui craint le Seigneur », dit en effet l’Ecclésiastique, « ne se troublera jamais, il n’aura pas peur, parce que Dieu est son espérance » (Eccli. XXXIV, 16).

§ 83. – En deuxième lieu, nous devons concevoir de la crainte à l’égard de Dieu et bannir la présomption. En effet, bien que le Christ ait souffert pour les pécheurs et qu’il soit descendu aux enfers, il n’en a pas délivré tous les captifs, mais seulement, comme nous l’avons dit, les âmes exemptes de péché mortel. Il y laissa ceux qui étaient morts avec ce péché. Que tous ceux qui y descendent en cet état n’espèrent donc pas le pardon. Mais ils demeureront aussi longtemps dans les enfers que les saints dans le Paradis, c’est-à-dire éternellement. Le Christ a déclaré en effet : « Les maudits s’en iront au supplice éternel, et les justes à la vie éternelle » (Math. XXV, 46).

§ 84. – En troisième lieu, nous devons faire preuve de grande vigilance, car le Christ est descendu aux enfers pour notre salut. Oui, nous devons être attentifs à y descendre fréquemment en esprit, pour considérer les peines qu’on y souffre, comme le faisait le saint roi Ezéchias, quand il déclarait : « J’ai dit, au milieu de mes jours je m’en vais aux portes de l’enfer » (Is. XXXVIII, 10). Ceux en effet qui, durant leur vie, descendent souvent dans les enfers en pensée, n’y descendent pas facilement à l’heure de la mort car la considération attentive des tourments éternels retire l’homme du péché. Ne voyons-nous pas les habitants de ce monde se garder des mauvaises actions dans la crainte des peines temporelles ? Combien plus doivent-ils se détourner du mal, dans l’appréhension des peines de l’enfer, car celles-ci surpassent grandement les souffrances d’ici-bas par leur durée, leur amertume et leur multiplicité. « Souviens-toi de ta fin », dit l’Ecclésiastique , « et tu ne pécheras jamais » (Eccli. VII, 40).

§ 85. – En quatrième lieu, la venue du Christ aux enfers nous offre un exemple d’amour. Jésus est en effet descendu aux enfers pour délivrer les siens, c’est pourquoi nous devons nous aussi nous y rendre en esprit pour venir en aide aux nôtres.

Les âmes du purgatoire en effet, ne peuvent rien faire pour elles-mêmes ; notre devoir est donc de leur porter secours. Ne serait-il pas extrêmement cruel, celui qui se désintéresserait d’un être cher enfermé dans une prison terrestre ? Comme il n’y a aucune comparaison entre les peines de ce monde et les souffrances de ce lieu de purification, combien plus cruel ne sera pas celui qui laisserait sans secours un ami retenu dans le purgatoire ? « Ayez pitié de moi, ayez pitié de moi, vous du moins, mes amis », disait le saint homme Job, « car la main de Dieu m’a frappé » (Job XIX, 21). Et nous lisons au deuxième Livre des Macchabées : « C’est une pensée sainte et salutaire de prier pour les défunts, afin qu’ils soient délivrés de leurs péchés » (2 Mac. XII, 46).

§ 86. – D’après saint Augustin, on peut secourir les âmes du purgatoire principalement par trois bienfaits, à savoir par des messes, par des prières et par des aumônes. Saint Grégoire en ajoute un quatrième le jeûne. Il n’y a là rien d’étonnant, puisque même en ce monde un ami peut satisfaire pour un ami.

§ 87. – Il est nécessaire à l’homme de connaître deux réalités à savoir la gloire de Dieu et le châtiment de l’enfer. Attirés, en effet par la gloire et effrayés par les châtiments, les hommes veillent sur eux-mêmes et se retirent du péché. Mais il est très difficile à l’homme de les connaître. Ainsi, au sujet de la gloire, il est dit dans la Sagesse : « Qui donc pénétrera ce qui est dans le ciel ? » (Sag. IX, 16). C’est sans aucun doute une oeuvre difficile pour les habitants de la terre, car, dit saint Jean : « Celui qui est de la terre parle de la terre » (Jean III, 31) ; tandis que découvrir ce qui est dans les cieux est chose facile pour les êtres spirituels. Le même saint Jean dit en effet, dans le même passage : « Celui qui vient d’en-haut est au-dessus de tous ». Or c’est précisément pour nous enseigner les choses célestes que Dieu est descendu du ciel et s’est incarné.

Il était pareillement difficile de connaître les peines de l’enfer. Le Livre de la Sagesse met en effet cette parole dans la bouche des impies : « On ne connaît personne qui soit revenu des enfers » (Sag. II, 1). Mais maintenant il n’est plus possible de tenir un tel propos ; en effet, comme le Christ est descendu du ciel pour nous enseigner les choses célestes, de même il est ressuscité des enfers pour nous instruire au sujet des enfers. Il est donc nécessaire que nous croyions, non seulement à l’Incarnation du Christ et à sa mort, mais aussi à sa résurrection d’entre les morts. Et c’est pourquoi il est dit dans le « Je crois en Dieu » : Le troisième jour il est ressuscité des morts.

Saint Thomas d’Aquin – in commentaire du Symbole des Apôtres.

nika

Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

A tempo di Blog |
Cehl Meeah |
le monde selon Darwicha |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | mythologie
| jamaa
| iletaitunefoi