2014-25. Dieu aura le dernier mot, mais ce n’est pas une raison pour laisser la parole au diable.

Gustave Thibon
in « L’Equilibre et l’Harmonie »

Gustave Thibon

Vertu d’espérance et optimisme.

« Je discutais récemment avec un jeune prêtre dont la foi en Dieu se traduisait par une vertigineuse « ouverture » au monde moderne. Et comme je lui faisais part de mes inquiétudes concernant certains courants actuels, tels que les progrès de la collectivisation et de l’anonymat, le conditionnement des esprits par les propagandes, la régression vers la barbarie dans les luttes politiques, la dissolution des moeurs, le saccage et la pollution de la nature, etc., j’obtins pour toute réponse cette exclamation réprobatrice et apitoyée : « Quel pessimisme ! Et que faites-vous donc de la vertu d’espérance ? »
J’ai répondu : « Est-ce être pessimiste que de voir le mal et le danger là où ils sont et d’y chercher des remèdes ? Quand à la vertu d’espérance, elle n’a rien à voir avec cet optimisme aveugle et béat qui se voile les yeux devant le mal et s’imagine que, quoi qu’il arrive, tout ira fatalement de mieux en mieux ; elle consiste plutôt à ne jamais se décourager ni perdre pied, quelles que soient l’épaisseur du mal et la gravité du péril.
Si un homme abuse régulièrement de l’alcool, est-ce manquer à la vertu d’espérance que de l’avertir du risque qu’il court ? Ou, si un incendie se déclare, faut-il faire confiance aux flammes ou appeler les pompiers ? Et n’en va-t-il pas de même pour tous les grands dangers collectifs évoqués plus haut ? »

« Faisons crédit à la Providence, a poursuivi mon jeune clerc : tout cela s’arrangera. »

Bien sûr. A plus ou moins longue échéance, tout finit par s’arranger. L’alcoolique, en mourant, débarasse la société de sa présence inutile ; l’incendie s’arrête après avoir dévoré tout ce qui était à sa portée. Et à l’effondrement de la cité, succède tôt ou tard (mais à travers quelles ruines et quelles nuits ?) une nouvelle forme de civilisation. Mais est-il permis à l’homme de laisser aller les choses jusque là ?

J’ai enchaîné : « L’espérance chrétienne est une vertu surnaturelle, enracinée dans la foi en la toute-puissance et en la toute-bonté de Dieu, et dont aucune catastrophe temporelle ne peut et ne doit venir à bout. »
Même si l’on imagine le pire, c’est-à-dire la fin du monde par l’épuisement de la planète ou par quelque explosion atomique, cela ne change rien aux promesses de l’éternité. Aussi n’est-ce pas sur le triomphe final du bien que portent mes inquiétudes, mais sur les menaces qui pèsent sur le monde temporel dont Dieu nous a associés à la gestion. Or, il n’est pas de bonne gestion possible si le mal n’est pas reconnu et combattu comme tel. Que penseriez-vous d’un médecin, qui négligerait de dépister et de traiter la maladie sous prétexte que nos corps sont promis à la résurrection glorieuse ?
Ne confondons pas les domaines. C’est prostituer l’espérance théologique que de l’appliquer sans discernement à tout ce qui se produit dans le temps et d’attendre que le bien sorte automatiquement du mal. Dieu veut le bien et permet le mal. Notre tâche à nous est de nous appuyer sur le bien que Dieu veut afin de diminuer le mal que Dieu permet.
Ce qui implique la lucidité et le courage. La première pour discerner le mal et le second pour le combattre. Il ne s’agit pas d’attendre passivement un avenir conforme à nos voeux, mais de le construire par un choix et un effort quotidiens. Le laboureur fait crédit aux bonnes forces de la nature : la vertu des semences, la fécondité de la terre et les pluies du ciel, mais non aux intempéries et aux parasites.
Dieu aura le dernier mot, nous n’en doutons pas. A la fin du monde. Mais ce n’est pas une raison suffisante pour laisser trop souvent, d’ici là, la parole au diable… »

« L’Equilibre et l’Harmonie », pp. 48-50. Fayard –  1976.

Lys de France

Autres publications consacrées à Gustave Thibon dans les pages de ce blogue :
- « In memoriam : Gustave Thibon » (2008) > www
- « Gustave Thibon : dix ans déjà ! » (2011) > www
- « Eloignement et connaissance » (extrait de « Retour au réel ») > www
- Le message de ND de La Salette au monde paysan > www
- « Le goût de l’aliment éternel » > www
- « Libertés » (extrait de « Diagnostics ») > www
- « Eglise et politique » (in « Entretiens avec C. Chabanis ») > www
- Le sport dans la société moderne > www

Publié dans : Lectures & relectures, Textes spirituels |le 19 février, 2014 |4 Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

4 Commentaires Commenter.

  1. le 19 janvier 2018 à 18 h 26 min Emmanuel B. écrit:

    J’ai acheté et visionné le DVD sur Gustave Thibon « il était une Foi »…
    Quel choc ! Je ne le connaissais pas. Ce fut un vrai choc : c’est d’une richesse et d’une profondeur, une vraie révélation.
    Maintenant je fais circuler partout le DVD.

  2. le 19 février 2014 à 21 h 27 min Daniel A. écrit:

    « Celui qui aura tenu jusqu’au bout, celui-là sera sauvé »
    (Mt 24,13)
    « On dit couramment que l’espoir est le propre de la jeunesse, qu’il lui prête ses ailes de papillon ; mais, moi, j’estime au contraire que l’espérance est le dernier privilège de l’homme et le seul dont ne jouisse point la jeunesse. La jeunesse, c’est, avant tout, la période pendant laquelle un homme peut être lyrique, sectaire, plein d’imagination, poète, et c’est aussi la période où il peut être sans espoir : le plus petit épisode parait devoir entraîner la fin du monde. La faculté d’espérer contre vents et marées, la confiance que nous avons que l’âme survit à tous les déboires, ces deux hautes inspirations ne viennent qu’au milieu de la vie. Dieu a réservé jusque-là ce vin généreux. C’est au dos des vieux messieurs que devrait pousser les ailes de papillon. Il n’y a rien qui surprenne plus les jeunes que la frivolité constante des vieux; c’est que les vieux ont découvert qu’ils étaient indestructibles ; ils connaissent une seconde enfance qui voit plus clair que l’autre, et les pétillements de leurs yeux ont cessé de dire quelque chose : ils ont cessé d’entrevoir toujours la fin du monde… »
    G.K.Chesterton ( Essai sur Dickens)

  3. le 19 février 2014 à 17 h 11 min Michel D. écrit:

    Voilà qui m’évoque la juste réflexion d’un vieil ami aujourd’hui disparu : »Tous ces abus se payent toujours en Hommes de bonne volonté ».

  4. le 19 février 2014 à 10 h 11 min Paulette L. écrit:

    Je suis 100% d’accord avec vous.
    Quelle fut la réponse du jeune prêtre?
    Il est si difficile aujourd’hui d’être clairvoyant!
    Il ne faut pas confondre l’espérance avec un excès d’optimisme…

Laisser un commentaire

A tempo di Blog |
Cehl Meeah |
le monde selon Darwicha |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | mythologie
| jamaa
| iletaitunefoi