2012-53. 21 septembre 1792 : rappel de quelques vérités.

Vendredi 21 septembre 2012.

Ce matin, dans mes lectures, je suis « tombé » sur quelques textes qui célébraient en ce jour le deux-cent-vingtième anniversaire de l’abolition de la royauté et de la proclamation de la république par la « Convention nationale ».
Bien évidemment, cette commémoration importe surtout aux laïcistes, libres penseurs et autres francs-maçons qui, dans leur langage dithyrambique, voient dans ce jour la « fin de la tyrannie », « l’avènement de la liberté » et le « triomphe de la démocratie »… etc.

Autel de la Convention nationale

Paris : dans la basilique Sainte Geneviève profanée et convertie en « Panthéon »,
l’ « autel » dédié à la Convention (sculpteur : Sicard)

Du coup, je me suis replongé dans quelques publications historiques : oh! pas des publications « tendancieuses » ou « partisanes », simplement des études basiques et honnêtes auxquelles tout le monde peut avoir accès et dans lesquelles on trouve des chiffres que je vais me contenter de présenter.
Car les chiffres suffisent à démontrer que ce que célèbrent les laïcistes et les francs-maçons – un peuple unanime qui abolirait la royauté et proclamerait la république dans les transports d’une liesse quasi mystique – n’est qu’un pur mythe idéologique, sans aucun fondement réel.

On peut lire ici ou là que les élections par lesquelles furent désignés les députés de la Convention furent les premières en France à avoir été faites au suffrage universel.

En réalité, les députés à la Convention furent élus par moins de 10% de la population du Royaume

Etaient exclus du droit de vote : 1) les femmes, 2) les domestiques, 3) les non-salariés (il fallait pour être électeur pouvoir justifier que l’on vivait de son travail, ce qui signifie que ceux qui vivaient de rentes ou de revenus fonciers ne pouvaient voter), 4) les hommes qui n’avaient pas au moins un an de résidence dans une commune, 5) les hommes de moins de 21 ans.

En outre, les élections des députés à la Convention se déroulèrent sur un mode un peu compliqué qui avait deux degrés : pour être électeur au premier degré, il fallait payer une contribution équivalente au revenu de trois journées de travail, et pour être électeur au second degré il fallait payer une contribution équivalente au revenu de cent-cinquante journées de travail.

Le premier degré des élections eut lieu le 26 août 1792 et le second degré le 2 septembre. C’est à dire que le vote se place dans le même temps qu’il y a l’instauration d’une véritable terreur sanguinaire : prise des Tuileries et massacre des derniers défenseurs de la famille royale, emprisonnement de cette dernière dans le donjon du Temple, emprisonnements massifs de prêtres réfractaires et de royalistes, et enfin massacres de septembre…
Autant dire que le climat politique et social était absolument contraire à une expression paisible des sentiments de la population terrorisée, qui restait à près de 90% favorable à la royauté, fidèle à son Roi et de plus en plus hostile à la révolution (en particulier en raison du refus de la constitution civile du clergé et de son attachement aux « bons prêtres »).
Ce sont presque exclusivement les « patriotes », c’est-à-dire les révolutionnaires les plus enragés, qui se rendirent aux urnes.

Le nombre total des députés à la Convention était de 749.
Pour se réunir et pour commencer à légiférer, la Convention n’attendit pas que tous les députés fussent arrivés à Paris : sa première réunion eut lieu le 20 septembre 1792 en fin d’après-midi, 371 députés étaient présents, c’est-à-dire un peu moins de la moitié.
Moins de la moitié des élus, désignés par moins de 10% de la population : nul besoin d’être très doué en calcul pour comprendre à quel point cette représentation est « démocratique » et pour réaliser selon quelle mesure les décisions de ces députés vont exprimer les « sentiments unanimes de la nation » !!!

La séance du 21 septembre 1792 vit le vote « à l’unanimité » de l’abolition de la royauté et de la proclamation de la république.
Voici la photographie du décret qui en fait acte :

décret du 21 sept 1792

Chacun de vous peut donc aisément comprendre que la proclamation de la république en France fut le fait d’une infime minorité de terroristes (371 extrémistes décidant pour plus de 27 millions d’habitants) et constitue un déni absolu de la « démocratie » dont elle prétend être l’expression.

Lully.

Vous pouvez laisser une réponse.

9 Commentaires Commenter.

  1. le 21 septembre 2016 à 18 h 03 min Abbé Jean-Louis D. écrit:

    Il en a été ainsi par la suite : La révolution bolchevique, le nazisme, et partout dans le monde en révolution, comme au Mexique, en Espagne, dans les pays africains, en Algérie, ce n’est que par la TERREUR qu’une minorité s’est installée.
    La révolution française se poursuit, comme l’a affirmé un Peillon, par une autre forme de terreur : par des lois contre-nature imposées par la minorité maçonnique, par la peur d’un parlé non politiquement correct, par les pressions financières et la volonté de parvenir à un nouvel ordre mondial, décidé également par une minorité.
    L’Islam djihadiste en est l’horreur dans la terreur.

  2. le 21 septembre 2016 à 13 h 06 min Le Forez écrit:

    Chuuuuut ! mettre de telles divulgations dans les livres d’histoire rendrait illégitime la république, ce qui serait inacceptable pour une NVB et son mentor attitré Vincent Peillon, en loge.d,é plus. Je crois, si la mémoire ne me fait pas défaut, que c’est ce « bon » Desmoulins qui affirmait qu’à Paris vous n’auriez pas trouvé 10 républicains.
    La question qu’il faudrait poser aux intégristes républicains est : d’où tiennent-ils leur légitimité ?

  3. le 21 septembre 2016 à 10 h 40 min Eric M. écrit:

    Cela prouve que la vérité refait toujours surface un jour.
    Et une évidence, en politique celui qui est élu l’est toujours par le mensonge.
    C’est cela la République!

  4. le 23 septembre 2015 à 13 h 38 min Sonja G. écrit:

    Merci beaucoup de continuer à opérer les « redressements » nécessaires à l’Histoire de France…
    La désinformation, comme on dit aujourd’hui pour éviter le mot « mensonge », a fait et fait encore des ravages dans les cerveaux embrumés par les ripouxblicains….
    Il est urgent d’effectuer une « réactualisation » des cerveaux !

  5. le 25 janvier 2015 à 14 h 55 min Anne-Laure écrit:

    Stupéfiant ! et on ne le précise pas dans les livres d’Histoire !

  6. le 21 septembre 2013 à 7 h 53 min E. écrit:

    Correct !

  7. le 23 septembre 2012 à 14 h 49 min Abbé Jean-Louis D. écrit:

    Le diable est menteur dès l’origine, et il sait s’y prendre avec ses acolytes!

  8. le 21 septembre 2012 à 16 h 58 min OUSSET écrit:

    FORMIDABLE ! Vous devriez être guide-conférencier… mais il est vrai que vous l’êtes déjà !

  9. le 21 septembre 2012 à 13 h 15 min Luciani écrit:

    Nous avons bien compris : la démocratie, c’est toujours une minorité qui se déclare majorité. D’un côté les meneurs, de l’autre les moutons.

Laisser un commentaire

A tempo di Blog |
Cehl Meeah |
le monde selon Darwicha |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | mythologie
| jamaa
| iletaitunefoi