2012-45. De Notre-Dame de Pradelles, à l’occasion du cinquième centenaire de la découverte de sa statue miraculeuse.

Mercredi 22 août 2012, 
fête du Coeur immaculé de Marie.

Chers Amis du Refuge Notre-Dame de Compassion,

En ce beau jour octave de l’Assomption, marqué par la célébration de la fête du Coeur immaculé de Marie, j’ai résolu de vous faire découvrir un beau et ancien pèlerinage en l’honneur de notre Mère céleste : le sanctuaire de Notre-Dame de Pradelles, qui commémore, en cette année 2012, le cinquième centenaire de la découverte de la statue miraculeuse autour de laquelle s’est développé le pèlerinage.

Dans l’après-midi du 15 août dernier, Frère Maximilien-Marie s’y est rendu et a participé à la procession traditionnelle, qui s’est déroulée dans les ruelles de la cité médiévale, derrière Nos Seigneurs Hippolyte Simon, archevêque de Clermont et vice-président de la Conférence des Evêques de France, et Claude Feidt, archevêque émérite d’Aix-en-Provence et Arles.

2012-45. De Notre-Dame de Pradelles, à l'occasion du cinquième centenaire de la découverte de sa statue miraculeuse. dans De Maria numquam satis pradelles-1-300x90

Le village de Pradelles (cliquer sur l’image pour la voir en plus grand)

La petite ville de Pradelles, classée parmi les « plus beaux villages de France », bâtie à quelque 1145m d’altitude sur une éminence d’où elle domine la haute vallée de l’Allier, est aujourd’hui située dans le département de la Haute-Loire, aux confins du Vivarais, du Velay et du Gévaudan.
Historiquement, la cité appartient au Vivarais : Pradelles était le siège d’une officialité de l’ancien diocèse de Viviers qui s’étendait sur 27 paroisses alentour.
La cité a donné naissance, le 7 juin 1738, au Bienheureux Jean-Antoine-Hyacinthe Bouchareinc de Chaumeils, prêtre, vicaire général du diocèse de Viviers, martyrisé aux Carmes (Paris) le 2 septembre 1792 (cf. > www).

PRADELLES-43-Copie 500ème anniversaire dans Lectures & relectures

Trois demi-vols d’argent sur champ d’azur (blason de Pradelles)

En l’an 1512, est située la découverte de la statue de la Vierge.
Fortuitement, alors qu’il voulait relever un mur écroulé et qu’il creusait pour lui préparer de solides fondations, un hospitalier de la communauté de l’hôpital (cet hôpital était sis à l’extérieur des murailles de la ville et faisait fonction de maladrerie pour les pestiférés et les lépreux) découvrit un coffre enterré.
Dans ce coffre se trouvait une statue de la Vierge à l’Enfant…

D’où venait cette statue? Comment s’était-elle trouvée là? Pour quelles raisons avait-elle été ainsi enterrée? Nul ne peut le dire.
Les historiens n’ont pas d’autres documents que celui du récit de sa découverte, mis par écrit quelque 160 ans après l’évènement.

découverte-statue-2-175x300 Notre-Dame de Pradelles dans Memento

Vitrail représentant la découverte de la statue de N.D. de Pradelles (cliquer pour voir en grand)

découverte-plaque-2-300x202 Pradelles dans Nos amis les Saints

Plaque apposée à l’emplacement de la découverte de la statue.

La statue fut installée dans la petite chapelle de l’hôpital et la dévotion envers elle fut d’abord assez modeste et discrète.
Mais dans la deuxième moitié de ce XVIème siècle, marqué par les terribles guerres civiles dites de religion, quelques faits prodigieux attirèrent l’attention sur la statue et entraînèrent le développement  de son culte.

- En 1562, une première intervention fut jugée miraculeuse : une bande de pillards huguenots fut mise en déroute par une lueur aveuglante.

- En 1577, une épidémie de peste (qui aurait fait quelque 1200 victimes dans la contrée) fut éradiquée par le recours à Notre-Dame.

- En 1586, la peste encore s’abattit sur la région. Des étudiants en médecine appelés pour combattre l’épidémie ne trouvèrent rien de mieux que de nettoyer la ville par le feu : Pradelles fut livrée aux flammes!
Un seul quartier fut inexplicablement épargné, celui de la basse ville, autour du sanctuaire de la Madone. On vit là un signe manifeste de la protection de Marie.

- Deux ans plus tard, en mars 1588, Pradelles fut menacée par les troupes d’un chef huguenot réputé pour sa cruauté et ses exactions, Jacques de Chambaud (+ 1600).
A l’aube du 10 mars 1588, les redoutables soldats de Chambaud réussirent à faire sauter l’une des portes de la cité et ils criaient déjà « ville prise! », lorsqu’une femme, Jeanne La Verde dite la Verdette, leur répondit en patois : « pancaro! » (pas encore) en faisant tomber une énorme pierre du haut des remparts.
Cette pierre tomba sur le casque de Chambaud et, si elle ne le tua pas, elle le blessa néanmoins : les huguenots paniqués s’enfuirent et la ville fut sauvée.
Les Pradelains attribuèrent ce sauvetage, outre au courage de l’héroïne, à la protection de Notre-Dame.
A partir de ce jour, furent fondées une sainte messe d’action de grâces et une procession au jour anniversaire de cette délivrance : j’ignore si elles sont toujours célébrées en ce temps, mais j’ai vu, dans mes lectures, qu’elles l’étaient encore au début des « années 70  » du XXème siècle.

la-Verdette-porche-2-2-300x225 statue miraculeuse dans Prier avec nous

Porte de la Verdette où Jacques de Chambaud fut mis en déroute par le courage de Jeanne La Verde
(cliquer sur la photo pour la voir en grand)

La-verdette-300x176

La-verdette-bas-relief-2-295x300

Plaque et bas-relief commémoratifs du haut-fait de Jeanne La Verde, dite la Verdette
(cliquer pour voir en plus grand format) 

En 1610, les dominicains fondèrent une communauté à Pradelles et reçurent la charge de la chapelle de Notre-Dame : celle-ci étant petite et vétuste, il fut décidé qu’on la reconstruirait.
La première pierre fut posée le 8 mai 1613 et sans doute fut elle ouverte au culte au cours de l’année 1614.

Tout au long des XVIIème et XVIIIème siècles on a recueilli de nombreux témoignages de grâces extraordinaires, physiques et spirituelles, reçues par l’intercession de Notre-Dame de Pradelles.

L’un des miracles les plus certains obtenus grâce à l’intercession de Notre-Dame de Pradelles fut la guérison de la Bienheureuse Marie Rivier (1768-1838), qui fondera la congrégation des Soeurs de la Présentation de Marie en pleine tourmente révolutionnaire.
La petite Marie, née en 1768 à Montpezat, avait été, à l’âge d’un an et demi, victime d’une chute qui l’avait laissée infirme mais dont elle avait été miraculeusement guérie.
En 1777, dans sa neuvième année, elle se retrouva à nouveau gravement handicapée à la suite d’une seconde chute, et elle ne pouvait plus se déplacer sans deux lourdes béquilles.
La mère de la future bienheureuse résolut de faire sur la jambe de la jeune infirme des onctions avec de l’huile prélevée dans la lampe qui brûlait jour et nuit devant la statue de Notre-Dame de Pradelles : ces onctions quotidiennes étaient bien sûr accompagnées de ferventes prières. Elles furent pratiquées pendant une quinzaine de jours…
Le 15 août, sur les injonctions de l’un de ses oncles, Marie se leva sans ses béquilles et put marcher jusqu’à l’église.
La Bienheureuse Marie Rivier gardera toute sa vie une très grande confiance en l’intercession de Notre-Dame de Pradelles et, en plus d’une circonstance difficile, elle viendra à pied pour la supplier et lui recommander ses intentions.

IMG_0978-236x300

La Bienheureuse Marie Rivier, fondatrice des Soeurs de la Présentation de Marie,
miraculée de Notre-Dame de Pradelles. 

Les horreurs sacrilèges de la grande révolution n’épargnèrent pas Pradelles.
Le 27 juin 1793, les terroristes révolutionnaires voulurent faire un grand bûcher avec les « hochets du fanatisme et de la superstition ». Entendez par là les objets du culte et de la dévotion catholiques.
Ils arrachèrent la statue miraculeuse de la Madone à son autel et la jetèrent dans le brasier qu’ils avaient allumé sur la place.
Mais avant qu’elle n’ait pu être entièrement consummée, un homme plein de foi et de courage l’arracha aux flammes et s’enfuit en courant.
Sur l’un des murs du sanctuaire, un tableau (malheureusement très abîmé) perpétue le souvenir de ce sauvetage héroïque.

statue-sauvée-1793-2-300x171

27 juin 1793 : la statue miraculeuse de Notre-Dame de Pradelles est sauvée des flammes par un fidèle héroïque
(cliquer sur l’image pour la voir en plus grand) 

La statue de Notre-Dame de Pradelles, quoique gravement endommagée, était sauvée. Elle fut pieusement conservée dans la clandestinité jusqu’en 1802.
Grossièrement restaurée, elle fut d’abord placée dans l’église paroissiale, puis – dès qu’elle put être rendue au culte – dans sa chapelle de la basse ville… où elle est toujours.

statue-avant-rénovation-172x300

Sur le cliché ci-dessus, vous pouvez voir la statue de Notre-Dame de Pradelles telle qu’elle avait été rendue au culte après une réparation maladroite effectuée pendant le temps de la révolution où elle avait été gardée dans la clandestinité : cela avait consisté en fait à scier les parties brûlées par le bûcher de 1793 et à les remplacer par des pièces de pin plus ou moins bien ajustées aux parties préservées.

En 2001-2002 une restauration complète et sérieuse, rendue indispensable en raison de la grande vétusté de la vénérable statue a été menée à bien.
Voici la même Madone que ci-dessus, maintenant restaurée mais qu’il n’est plus permis de manipuler car elle reste très fragile :

Statue-restaurée-202x300

En outre il en a été réalisé une copie qui restitue les parties manquantes. C’est celle qui est habituellement exposée sur l’autel de la chapelle.
Cette restitution permet de comprendre que la statue originelle avait toutes les caractéristiques de ces antiques Vierges en majesté (certains historiens émettent même l’hypothèse que cela ait pu être une « Vierge Noire » à l’origine) que l’on trouve en si grand nombre en Auvergne et dans les provinces avoisinantes : Rouergue, Gévaudan, Vivarais, Velay, Forez, Lyonnais et Bourgogne…
Voici la photo qui a été prise par Frère Maximilien-Marie le 15 août dernier :

Statue-restaurée-15-août-2012-189x300

Il existe une autre copie, un peu plus ancienne et beaucoup moins précise.
En réalité, seules les têtes de la Vierge et de l’Enfant y sont véritablement sculptées ; le corps de la statue est seulement ébauché parce que, en fait, elle a été réalisée pour ne paraître que recouverte de riches robes et parures.
C’est celle que l’on aperçoit ci-dessous, à droite dans le sanctuaire de la chapelle, prête à être portée dans la procession du 15 août :

Choeur-15-août-2-300x225

La statue miraculeuse de Notre-Dame de Pradelles a été solennellement couronnée le 18 juillet 1869 au nom de Sa Sainteté le Pape Pie IX au cours de cérémonies somptueuses.

Tout au long du XIXème siècle, et encore dans la première partie du XXème siècle, le sanctuaire fut très vivant et on compte de nombreuses grâces de protection, de guérison, de cessation d’épidémies… etc., sans compter les grâces spirituelles.
En revanche, la seconde moitié du XXème siècle avec ses mutations sociales et ses errements ecclésiastiques (et bien que cette contrée garde une piété traditionnelle assez solidement enracinée) a, ici aussi, entraîné une certaine désaffection religieuse dont le sanctuaire a grandement pâti tant spirituellement que matériellement.

La chapelle de Notre-Dame de Pradelles nécessite de gros travaux de restauration. Une grosse partie a déjà pu être menée à bien grâce à la diligence et aux efforts conjoints d’une association, de l’évêché et des pouvoirs publics, mais il y a encore beaucoup à faire.
Souhaitons que cette rénovation s’accompagne d’un profond renouveau spirituel et d’une restauration du grand élan de ferveur et de piété qui a parcouru les XVIIème, XVIIIème et XIXème siècles.

Lully

procession-3-Copie-300x224

Pradelles : la procession du 15 août 2012 dans les ruelles médiévales
(cliquer sur la photo pour la voir en plus grand) 

Prière traditionnelle à Notre-Dame de Pradelles :

Je vous salue, Reine de la Montagne, aimable et puissante Protectrice, Notre-Dame de Pradelles.

O Marie, Vierge pleine de bonté, de charmes et de douceur, vous avez partout droit à mes hommages, mais il m’est doux de vous les offrir dans ce Sanctuaire, aux pieds de cette image auguste et vénérée, de cette statue couronnée que vous avez rendue célèbre par tant de prodiges.

Ici, vous avez répandu vos grâces sur la région, sur la ville, sur une multitude de pèlerins qui, depuis plusieurs siècles, viennent invoquer votre secours. Vous avez béni les pécheurs, consolé les affligés. Soyez notre Mère à tous;

En récompense de toutes vos bontés, recevez l’offrande de mon pauvre coeur ; gardez-le et ne me le rendez plus. Si le monde ou les passions me le réclament, je répondrai : Mon coeur n’est plus à moi, mon coeur est à Marie!

Lorsque viendra l’heure du dernier combat, soyez à mes côtés ; venez, ô tendre Mère, recueillir le dernier soupir de votre enfant.

Ainsi soit-il! 

statue-avec-robe-apparat-300x225

Photo ancienne de Notre-Dame de Pradelles avec sa robe d’apparat
(cliquer sur la photo pour la voir en plus grand) 

Vous pouvez laisser une réponse.

4 Commentaires Commenter.

  1. le 23 août 2012 à 13 h 23 min Jean-Louis Picoche écrit:

    Décidément, vous me donnez envie d’aller à Pradelles qui m’était parfaitement inconnue.
    Bien amicalement.
    JLP

  2. le 22 août 2012 à 22 h 24 min Clara V. écrit:

    Merci, bien Cher Frère, j’ignorais ce sanctuaire,
    et grand merci à Lully de nous faire part ainsi de toute son histoire.

    Clara

  3. le 22 août 2012 à 21 h 44 min Michel Riou écrit:

    Mon cher petit chat

    A l’époque du siège de Pradelles, Jacques de Chambaud, seigneur de Pierregourde, et qui combattait en 1588 non pour les protestants mais pour les protestants et catholiques réunis sous la direction du roi Henri de Navarre, futur Henri iV, contre la Ligue des Guise soutenue par les Espagnols et le Pape, n’était pas encore baron de Privas.

    Il le fut après avoir acheté cette baronnie à l’une des filles de Diane de Poitiers, qui l’avait héritée de son père. Ce fut je crois en 1596.

    Par la suite, Jacques de Chambaud poursuivit la guerre aux ordres du bon roi Henri IV, et mourut en Piémont vers 1600 alors qu’il combattait le duc de Savoie allié de l’Espagne. Je ne sais pas s’il fut gravement blessé par la Verdette à Pradelles, mais il survécut bel et bien, et rendit encore de grands services à la France et à son roi. Sa fille fut la célèbre Paule de Chambaud, qui épousa en 1620 un seigneur catholique, provoquant la reprise des guerres dites religieuses en Vivarais. Il n’eut pas d’autre héritier.

    Ce fut un homme de guerre, protestant, mais grand serviteur de la monarchie et de l’unité nationale. Je ne comprends pas qu’il n’ait pas sa statue quelque part en Vivarais, ou ailleurs.

  4. le 22 août 2012 à 20 h 58 min Abbé Jean-Louis D. écrit:

    Merci, cher frère, pour cette découverte.
    J’ignorais totalement ce sanctuaire marial.
    En cette fête de Marie Reine, de son Coeur immaculé, ce détour par Notre-Dame de Pradelles m’aura permis, en esprit, un mini-pélerinage en ce lieu béni.

Laisser un commentaire

A tempo di Blog |
Cehl Meeah |
le monde selon Darwicha |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | mythologie
| jamaa
| iletaitunefoi