2011-62. Leçon d’économie appliquée.

ou « un joli tour de passe-passe ».

Une fois n’est pas coutume, je vais aujourd’hui vous entretenir… d’économie!

Je ne sais plus qui, il y a déjà longtemps, avait envoyé cette histoire par courrier électronique à Frère Maximilien-Marie : au delà de son aspect anecdotique et un tantinet humoristique, elle porte en elle une vérité profonde, qui est tout à fait dramatique et dont on ne peut pas faire autrement que d’y voir l’un des aspects réels de la plus qu’inquiétante situation actuelle de l’économie mondiale, qui repose en très grande partie sur la virtualité et le bluff.

Je vous y laisse réfléchir…

pattes de chat   Lully.

Billet cent euros

Cela se passe dans un village humide et froid au fin fond d’une campagne sinistrée par la crise économique.
Les temps se font de plus en plus durs pour les gagne-petit : tout le monde est endetté, tout le monde vit à crédit

Dans un jour maussade entre les jours maussades, arrive un voyageur allemand… Riche!
Il arrête sa grosse et belle voiture devant l’unique petit hôtel de la bourgade, où il entre.

Il sort un billet de 100 € et le pose sur le comptoir, en demandant à voir les chambres disponibles afin d’en choisir une pour la nuit.

L’hôtelier lui donne les clefs, lui montre l’escalier et lui dit de choisir celle qu’il veut à l’un des deux étages : elles sont toutes libres!

Dès que l’Allemand s’est engagé dans l’escalier, l’hôtelier se saisit du billet de 100 € et se précipite chez le boucher voisin pour régler sa dette envers lui, qui est justement de 100 €.
Le boucher, qui doit lui aussi de l’argent, mais à un éleveur de porcs, se rend immédiatement chez lui et lui donne le  billet de 100 €.
L’éleveur à son tour règle 100 € sur ses dettes envers la coopérative agricole, où il achète ses fournitures, et, dès qu’il a tourné les talons, le directeur de la coopérative court au bistrot pour régler sa note de consommations.
Le barman glisse tout aussitôt le billet à un ami qui lui fournit ses entrées au casino à crédit déjà depuis des semaines, et ce dernier enfin, qui utilise l’hôtel professionnellement, court régler son compte avec l’hôtelier.

L’hôtelier dépose le billet sur le comptoir, là où le touriste l’avait posé auparavant.

Or justement, le voyageur allemand redescend l’escalier et déclare qu’il ne trouve pas les chambres à son goût : il reprend son billet et il s’en va.

Personne n’a rien produit, personne n’a rien gagné, mais personne n’est plus endetté…

billetseuro.gif

Publié dans : Commentaires d'actualité & humeurs |le 19 août, 2011 |3 Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

3 Commentaires Commenter.

  1. le 20 août 2011 à 10 h 44 min Anny écrit:

    Amusant… Enfin, presque !

  2. le 19 août 2011 à 17 h 16 min Benjamin G. écrit:

    C’est une vieille histoire, racontée pour montrer que l’argent n’est qu’une fiction et que pour faire tourner la machine économique il faut qu’il y ait l’équivalent entre la monnaie émise et la production.
    Toute émission en plus ou en moins détraque la machine.
    Ce mécanisme est encore contrôlable à l’échelon national, mais devient incontrôlable à l’échelon international, d’autant plus que ce sont les banques qui ont maintenant le privilège de créer la monnaie.
    Il faut donc revenir à une création monétaire par les banques centrales des Etats qui prêtent à leur Etat – sans intéret – selon ses besoins.
    Ce qui supprime, de surcroît, « l’endettement  » qui profite aux banques, qui peuvent prêter jusqu’à 20 fois – avec intérêt – l’argent que vous, particulier, leur laissez en dépôt sans intérêt.

  3. le 19 août 2011 à 11 h 01 min Isabelle écrit:

    Superbe histoire et … si vraie…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

A tempo di Blog |
Cehl Meeah |
le monde selon Darwicha |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | mythologie
| jamaa
| iletaitunefoi