2011-58. Du zèle pour le salut des âmes.

Premier vendredi du mois 5 août 2011.

Il n’y a pas de véritable amour pour Dieu et pour le prochain sans un zèle ardent pour le salut éternel des âmes.
Le salut des âmes fut la grande « obsession » des saints car – même si, dans le principe, Notre-Seigneur Jésus-Christ a offert à Son Père, sur le Calvaire, un sacrifice rédempteur d’une valeur infinie, et donc capable de sauver des milliards de mondes – le salut n’est pas automatique.
Notre bienheureux Père Saint Augustin disait : « Celui qui t’a créé sans toi, ne te sauvera pas sans toi… »

Dieu qui a fait aux hommes le don du libre-arbitre et d’une vraie responsabilité, est respectueux de ces dons et ne contraint personne à se soumettre à Ses desseins d’amour.
Nul ne peut être sauvé sans une adhésion profonde de la volonté et du coeur au salut surabondant proposé par le Christ Rédempteur.
Nul ne va au Ciel sans en avoir le désir et sans manifester un minimum de cohérence avec ce désir, c’est-à-dire sans s’efforcer (malgré sa faiblesse et ses chutes, lesquelles peuvent toujours être pardonnées) de mettre en pratique, dans ses actes et dans sa vie, les préceptes et les lois de la vie nouvelle que Jésus-Christ lui a méritée.
Nul ne bénéficie malgré lui de la Rédemption : il y avait des « Malgré-nous » dans les armées du troisième Reich, mais il n’y en aura pas au Ciel!

Retable d'Isenheim

« Combien donc pensez-vous que mérite de plus affreux supplices celui qui aura foulé aux pieds le Fils de Dieu, tenu pour profane le Sang de l’Alliance par lequel il a été sanctifié, et fait outrage à l’esprit de la grâce? » (Heb. X, 29)

Voilà pourquoi tous ceux qui ont vraiment compris ce qu’est l’Amour du Père Eternel qui a envoyé sur la terre Son Verbe pour qu’Il assumât notre chair et notre condition terrestre (mystère de l’Incarnation), et pour qu’Il offrît cette chair en sacrifice de rachat (mystère de la Rédemption) ; tous ceux qui ont compris ce qu’éprouve en vérité le divin Coeur de Jésus et qui veulent correspondre aux appels de ce Sacré-Coeur ; tous ceux qui ont compris ce qu’est la mission du Saint-Esprit et la raison de l’institution de l’Eglise ainsi que des sacrements par lesquels elle dispense la grâce ; tous ceux là ne peuvent pas regarder le salut des âmes « à la légère », mais ils en portent dans leur âme un souci qui confine à l’obsession et ne les laisse pas en repos.

Le chrétien véritable n’est pas indifférent au sort éternel de ses frères : si son coeur est vraiment habité par une foi et une charité vivantes, il voit en tout homme quelqu’un qui est appelé à bénéficier de la Rédemption, quelqu’un pour lequel le Christ Sauveur a répandu Son Sang Précieux, quelqu’un qu’il faut entraîner à mieux connaître et aimer Notre-Seigneur, quelqu’un qu’il faut aider à mieux correspondre aux divines volontés, quelqu’un pour lequel Dieu lui demande de travailler au salut à la suite de Jésus-Christ.
Un chrétien ne peut bien évidemment pas « zapper » les oeuvres de miséricorde (
cf. Matth. XXV, 31-46), mais il doit plus encore penser et travailler au salut éternel de ses frères.

Tout chrétien véritable devrait pouvoir dire avec la même intensité que Saint Paul : « Je dis la vérité dans le Christ, je ne mens pas, ma conscience me rendant témoignage par l’Esprit-saint, qu’il y a une grande tristesse et une douleur continuelle dans mon coeur (…) pour mes frères qui sont mes proches selon la chair » (Rom. IX, 1-3).

Tout chrétien authentique doit avoir conscience et garder à l’esprit 1) qu’il a une responsabilité dans le salut de ses frères, et qu’il lui sera un jour demandé comme à Caïn : « Qu’as tu fait de ton frère? » ; 2) qu’il est appelé à être co-rédempteur avec le Christ : « Ce qui manque à la passion du Christ, je l’accomplis dans ma propre chair pour Son corps qui est l’Eglise » (cf. Col. I, 24) ; et 3) que de sa cohérence avec sa foi, de son témoignage rendu à la Vérité et à la Charité divines – en actes plus encore qu’en paroles -, de son zèle missionnaire et de sa propre sanctification peut dépendre le salut d’autres âmes, car « toute âme qui s’élève élève le monde » (Elisabeth Leseur).

Allez, enseignez toutes les nations...

« Allez donc, enseignez toutes les nations les baptisant au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit, leur apprenant à garder mes commandements… » (Matth. XXVIII, 19)

Ces vérités, qui ont suscité des vocations, alimenté la ferveur et nourrit le zèle missionnaire de générations de fidèles et de saints pendant des siècles, sont aujourd’hui, à l’intérieur même de l’Eglise, minimisées, tues, voire combattues.
En écrivant ceci je pense, de manière très précise, à de véritables hérésies entendues dans la bouche de certains professeurs de séminaires, curés de paroisse et même… évêques – hélas!

Ces ecclésiastiques qui manquent de zèle dans l’administration des sacrements, qui réduisent sans cesse le nombre des messes et souhaitent même que les fidèles s’habituent à ne plus avoir la messe chaque dimanche, qui peuvent envisager sans la moindre inquiétude spirituelle que sur le territoire de leurs paroisses ou de leurs évêchés d’innombrables chrétiens meurent sans recevoir ni la sainte absolution ni l’extrême onction ni le saint viatique, qui ne sont quasi jamais au confessionnal à attendre la brebis égarée… etc., sont peut-être encore des « hommes d’Eglise » mais ils ne sont pas des hommes de Dieu!

Ils devraient être rongés par l’insomnie, dévorés par l’angoisse du salut de ces âmes dont ils ont reçu la responsabilité et desquelles ils devront rendre des comptes devant le Souverain Juge.

L’Eglise n’a pas besoin d’ « administrateurs », ni d’espèces de fonctionnaires ecclésiastiques que l’on ne peut joindre qu’aux heures de bureaux et qui se contentent de « gérer » des structures par le biais de réunions interminables (et souvent aussi inter-minables).
Elle est tristement révélatrice cette appellation de « modérateurs » qui est attribuée aux prêtres dans les diocèses où l’on répugne à nommer de véritables curés (*) de paroisse : un « modérateur », n’est-ce pas quelqu’un qui fait retomber les enthousiasmes, qui calme les ardeurs et qui veille à ce que rien ne sorte d’une ronronnante moyenne?
Dieu, qui vomit la tiédeur (
cf. Apoc. III, 15-16), n’a pas besoin de « modérateurs » mais bien au contraire de prêtres, de religieux, de missionnaires, de fidèles qui soient des catalyseurs de ferveur, des « incendiaires » de la charité surnaturelle, des amplificateurs du zèle apostolique, des multiplicateurs du salut et de la sainteté!

« Devant ces églises, ça et là, à demi désertes, à demi écroulées, je me surprends à méditer la grande vérité, le mot décisif : les églises de France ont besoin de saints! » (Maurice Barrès, in « La grande pitié des églises de France »).

Lully.

(*) le mot « curé » vient du latin « cura » qui signifie tout à la fois la sollicitude et le soin (qu’on pense au mot français cure qui désigne une période de soins).

coeurdejsus.jpg

Prière enseignée à Soeur Joséfa Ménendez le 3 juin 1921
par Notre Seigneur Jésus-Christ Lui-même
qui lui demandait de la réciter tous les jours :

O Jésus, par Votre Cœur très aimant, je Vous supplie d’enflammer du zèle de Votre Amour et de Votre Gloire tous les prêtres du monde, tous les missionnaires, tous ceux qui sont chargés d’annoncer Votre divine Parole, afin qu’incendiés d’un saint zèle, ils arrachent les âmes à Satan et les conduisent dans l’asile de Votre Cœur où elles puissent Vous glorifier sans cesse!

Ainsi soit-il!

Vous pouvez laisser une réponse.

2 Commentaires Commenter.

  1. le 20 mars 2013 à 9 h 25 min Jean-Martin S. écrit:

    Je m’associe de tout coeur au commentaire ci-dessus.
    Je vous rends grâce pour tout le bien que vous me faites. Que DIEU vous le rende au centuple! Vous brûlez de cette soif « de conduire au ciel toutes les âmes! »

  2. le 12 août 2011 à 10 h 21 min Abbé Jean-Louis D. écrit:

    Merci, cher Lully, une fois de plus, pour cette totale clarté d’esprit et de doctrine sur la nécessité de prier en permanence pour le salut de toutes les âmes.
    La prière de l’Ange à Fatima nous rapelle ce devoir : « conduisez au Ciel toutes les âmes… »
    Le Saint Sacrifice de la Messe est le summum de cette prière.
    Heureux les prêtres qui le célèbrent avec foi et dévotion !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

A tempo di Blog |
Cehl Meeah |
le monde selon Darwicha |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | mythologie
| jamaa
| iletaitunefoi