2011-22. Après trois ans…

Dimanche de la Septuagésime 20 février 2011 au soir.

Chers Amis du Refuge Notre-Dame de Compassion,

Vous connaissez très certainement le sonnet de Paul Verlaine dont j’ai emprunté le titre pour en faire celui de ma chronique de ce soir. La deuxième strophe de ce même poème commence par ces mots : « Rien n’a changé… » Eh bien, moi, Lully, je vais ici même vous faire la démonstration qu’après trois ans, il y a des choses qui ont bien changé !

De quelles choses s’agit-il ? m’allez-vous demander.

Je veux parler de notre Mesnil-Marie.

En effet, demain, 21 février 2011, cela fera trois ans exactement que notre Frère Maximilien-Marie a visité pour la première fois cette vieille ferme vivaroise qui a pu être acquise par l’association Refuge Notre-Dame de Compassion, et qui – peu à peu – , avec du travail et de la patience, devient un petit centre de spiritualité et le lieu duquel rayonne l’esprit particulier à notre modeste association.

D’ici peu, je compte bien vous reparler de manière plus détaillée des circonstances qui ont amené Frère Maximilien-Marie jusqu’ici, mais pour l’heure je vous laisse regarder… et comparer.
Sur chacun des clichés ci-dessous, vous verrez en synoptique le même point de vue à trois ans d’intervalle.
Je vous demande de ne pas oublier que notre Frère est arrivé dans une maison dont la toiture était à refaire, dans laquelle il n’y avait que trois fenêtres valables et où aucune porte – à certains endroits il n’y avait d’ailleurs que des vestiges de portes – ne fermait, où il n’y avait pas d’arrivée d’eau ni, bien sûr, de sanitaires… etc.

Premier point de vue :
Nous avons retrouvé une photo réalisée à l’automne 2007 et il y a quelques jours Frère Maximilien-Marie est retourné à l’endroit d’où elle avait été prise, en bordure de forêt, au-dessus du hameau.
Entre temps, des arbres qui  étaient trop proches de la maison, l’empêchaient de prendre pleinement le soleil et maintenaient de l’humidité, ont été abattus…
D’emblée, on est frappé par la différence que représente le remplacement des vieilles tuiles de ciment gris par des tuiles « romanes » qui redonnent à la maison l’aspect qu’elle pouvait avoir au XVIIIème siècle.

1 - Après trois ans


Deuxième point de vue
:

Le Mesnil-Marie vu depuis le Nord-Est (février 2008 et février 2011).
L’armature en bois que l’on aperçoit au premier plan est celle d’une ancienne petite serre : c’est à peu près à cet endroit là que Frère Maximilien-Marie envisage de construire un jour la chapelle de Notre-Dame de Compassion, dans laquelle les fidèles pourront librement venir se recueillir et recommander leurs intentions au Coeur douloureux et immaculé de Marie…

2 - Après trois ans


Troisième point de vue
:

La façade Est du Mesnil-Marie (février 2008 et février 2011).
L’épicéa que l’on voyait à gauche a été abattu.
Vous pouvez remarquer les avant-toits protecteurs que Frère Maximilien-Marie a fait réaliser à l’occasion de la réfection de la toiture.
Vous apercevez les nouvelles huisseries et les travaux d’aménagement extérieur que notre Frère effectue peu à peu : en été, les abords de la maison sont abondamment fleuris.

3 - Après trois ans


Quatrième point de vue
:

La façade Sud du Mesnil-Marie (février 2008 et février 2011).
Juste au pied de cette façade coule la béalière (*) qui amène l’eau dans notre hameau. Cette béalière fuyait de toutes parts à cet endroit et des frênes avaient poussé de manière totalement anarchique : lorsqu’ils prenaient leurs feuilles on ne voyait presque plus la maison, qui n’était plus exposée aux rayons du soleil !
Il a fallu abattre les frênes et refaire l’étanchéité de la béalière.
C’est ensuite ici qu’ont été installés le complexe d’alimentation en eau de la maison et le système d’assainissement des eaux usées.

4 - Après trois ans


Cinquième point de vue
:

L’arrivée dans notre hameau depuis l’Ouest (route descendant du Mont Mézenc – février 2009 et février 2011).
Notre Mesnil-Marie découpe sa masse assez imposante : elle donnait jadis une impression d’abandon et de tristesse, elle apparaît aujourd’hui transfigurée.

5 - Après trois ans


Sixième point de vue
:

La façade Ouest (février 2008 et février 2011).
Il a fallu abattre une cheminée qui menaçait de crever la toiture à chaque bourrasque.
On a aussi dégagé des éboulis de terre qui s’étaient accumulés contre ce mur : toute l’eau qui ruisselait des terrains et des toits traversait ces amas de terre, rentrait dans les murs… et ressortait à l’intérieur de la maison !
Comme vous pouvez le voir, il y a encore un tas de vieux bois provenant de l’ancienne toiture qu’il faut débiter avant de pouvoir en faire l’aliment de notre poêle…

6 - Après trois ans


Il y a encore de nombreux travaux et aménagements à réaliser, à l’intérieur comme à l’extérieur. Notre Frère Maximilien-Marie s’y emploie autant qu’il le peut, avec patience et persévérance.

Comme je vous l’écrivais en commençant, son but est de faire de ce lieu un petit centre spirituel à partir duquel Notre-Dame de Compassion pourra déverser ses grâces sur les âmes et les coeurs qui se tournent vers Elle…
Et moi, Lully, même si je ne suis qu’un tout petit chat, je suis très fier de participer à cette aventure et très heureux, à travers mes modestes chroniques, de vous en faire goûter l’esprit.

Lully.

dyn002original100160gif2582326252bfec892843f9590a88cd226fbca7f.gif

(*) Béalière : une béalière est un petit canal de dérivation qui sert à l’irrigation et à l’alimentation en eau des citernes (voire des sources par infiltration); autrefois, sur son cours, se trouvaient aussi des moulins. Les béalières existent dans tout le pays cévenol et sont un élément essentiel de son antique patrimoine rural.

Vous pouvez nous aider à continuer les travaux d’aménagement
du Refuge Notre-Dame de Compassion : pour faire un don cliquer ci-dessous.

2011-22. Après trois ans... dans Chronique de Lully btn_donateCC_LG

Publié dans : Chronique de Lully, Memento |le 20 février, 2011 |4 Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

4 Commentaires Commenter.

  1. le 21 février 2017 à 12 h 28 min Béa Kimcat écrit:

    Un endroit restauré pour que Lully s’y sente bien…
    Bien cha(t)micalement.

  2. le 23 février 2011 à 0 h 16 min Abbé Guy P. écrit:

    Bravo à ce généreux projet de redonner son âme à ce beau pays qui fut un temps le mien…
    En communion avec vous dans le Coeur douloureux et immaculé de Marie, je vous bénis au Nom de son Fils qui est Dieu!

  3. le 20 février 2011 à 23 h 44 min iolire écrit:

    Je me jetais sur mon clavier avec dans la tête tous les qualificatifs possibles et …imaginables, pour vous exprimer, cher Maître Chat Lully, mon admiration concernant les travaux effectués.
    Cependant, en regardant les photos « couplées » ainsi, il s’imposa à moi, juste deux mots :
    Deo Gratias !!!

    Il reste encore tant à faire; tout ce que notre Frère Maximilien a « imaginé » dans sa tête pour que ce lieu soit comme un phare qui rayonne et diffuse la Parole Sainte!

    Alors, soyez remercié, Maître Chat Lully, d’avoir convaincu votre « papa » de moine à présenter ce lien « Faire un don ».
    Les idées qui alimentent le projet de l’Association Notre Dame de Compassion prennent « Providentiellement » forme.
    Nous pourrons ainsi, à notre mesure participer à leurs réalisations.
    Merci !

  4. le 20 février 2011 à 20 h 05 min Béa écrit:

    Qu’il doit faire bon vivre chez toi, Lully!
    Un lieu, une maison, un refuge qui appelle à la prière!!

    Bravo pour ces énormes travaux effectués pour la Gloire de Dieu et de Marie notre Mère!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

A tempo di Blog |
Cehl Meeah |
le monde selon Darwicha |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | mythologie
| jamaa
| iletaitunefoi