Quand l’année s’achève : dialogue d’une âme fatiguée avec son Seigneur…

adoration des bergers

Gerrit van Honthorst : adoration des Bergers.

- Vous voilà, mon Dieu.
Vous me cherchiez ? Que me voulez-vous ?
Je n’ai rien à Vous donner.
Depuis notre dernière rencontre, je n’ai rien mis de côté pour Vous.
Rien… pas une bonne action. J’étais trop lasse.
Rien… pas une bonne parole. J’étais trop triste.
Rien que le dégoût de vivre, l’ennui, la stérilité.

- Donne !

- La hâte, chaque jour, de voir la journée finie, sans servir à rien ; le désir de repos loin du devoir et des oeuvres, le détachement du bien à faire, le dégoût de Vous, ô mon Dieu !

- Donne !

- La torpeur de l’âme, le remords de ma mollesse et la mollesse plus forte que le remords…

- Donne !

- Des troubles, des épouvantes, des doutes…

- Donne !

- Seigneur, voilà que, comme un chiffonnier, Vous allez ramasser des déchets, des immondices.
Qu’en voulez-Vous faire, Seigneur ?

- Le Royaume des Cieux !

Marie Noël, in « Notes intimes »

adoration des bergers (détail)

Gerrit van Honthorst : adoration des bergers (détail)

Publié dans : De liturgia, Prier avec nous, Textes spirituels |le 31 décembre, 2010 |23 Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

23 Commentaires Commenter.

1 2 3
  1. le 31 décembre 2016 à 7 h 50 min Jean P. écrit:

    Bilan!
    Tristesse, espoir, mais croire!

  2. le 31 décembre 2016 à 7 h 08 min Patrick C. écrit:

    Dieu, Amour-Trinité s’offre à nous pour que nous nous donnions à Lui.
    le Tout se fait Rien pour que le Rien devienne Tout.
    Le Divin se fait humain pour que l’humain devienne Divin.
    C’est par la Vierge Marie que Dieu se fait homme et c’est par Elle que nous recevons toutes Grâces pour que nous soyons tout en Lui.
    Donner et se donner ! Ce n’est pas moi qui vit mais c’est Dieu qui vit en moi dit St Paul…

  3. le 30 décembre 2016 à 22 h 26 min Le Forez écrit:

    Comme je me reconnais dans cette petitesse, limite ce néant ; mais j’aime cette réponse en forme de paradoxe lors de la dernière réplique du Bon Dieu, paradoxe qui étonne, paradoxe qui sent bon l’Espérance chrétienne, paradoxe qui est Joie alors que nous venons accueillir notre Sauveur.

  4. le 30 décembre 2016 à 18 h 08 min Marie-Claude M. écrit:

    Hélas ! Comme je me reconnais.

  5. le 30 décembre 2016 à 18 h 04 min Catherine A. écrit:

    Vous ne pouviez pas trouver mieux, cher Frère, pour terminer cette année de la Miséricorde.
    Merci et douce fin d’année.
    C.A.

  6. le 30 décembre 2016 à 16 h 50 min Béa Kimcat écrit:

    Merci pour ce dialogue.
    Bien chamicalement
    Bonne fin d’année
    Béa kimcat

  7. le 30 décembre 2016 à 16 h 49 min Mormagor Angrûth écrit:

    Très touchant, d’autant plus que ça résume ma vie depuis de trop nombreuses années.

  8. le 30 décembre 2013 à 11 h 27 min Jacqueline M. écrit:

    Merci, frère !
    Il y a des jours où l’on se sent tellement inutile !
    Belle journée…

  9. le 3 janvier 2011 à 7 h 39 min Marie-Claire écrit:

    Merci, cher Frère, cela nous rappelle que nous pouvons tout offrir à Dieu dans une journée, nos victoires sur nous-mêmes comme nos échecs, nos plaies, nos défauts.
    Tout concourt au bien de nos âmes, si nous pensons à l’offrir !

  10. le 2 janvier 2011 à 18 h 19 min Luciani écrit:

    C’est du Marie Noël et c’est tout dire.
    Divine transsubstantiation des misères humaines…

1 2 3

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

A tempo di Blog |
Cehl Meeah |
le monde selon Darwicha |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | mythologie
| jamaa
| iletaitunefoi