2010-43. « La religion possède naturellement une dimension sociale que les Etats doivent reconnaître ».

Jeudi 28 octobre 2010, fête des Saints Apôtres Simon et Jude.

Chers Amis du « Refuge Notre-Dame de Compassion« ,

Dans ma précédente chronique (cf.> www), je signalais les pèlerinages auxquels notre Frère Maximilien-Marie a eu l’occasion de participer au cours de l’été dernier. Je voudrais aujourd’hui évoquer celui de la solennité de Sainte Marie-Madeleine, à la basilique royale de Saint-Maximin, le dimanche 25 juillet 2010.

Au terme d’une semaine de festivités particulièrement remarquables, organisées avec le diocèse de Fréjus-Toulon par l’association Santo Madaleno (n’hésitez pas à aller visiter son site!), à l’occasion du 350ème anniversaire du pèlerinage de Louis XIV et de l’offrande par le Grand Roi de l’urne de porphyre dans laquelle les reliques de Sainte Marie-Madeleine furent alors déposées ainsi que du 150ème anniversaire de la translation du chef de la sainte dans le grand reliquaire où il est aujourd’hui exposé, les reliques de tous les Saints de Provence se trouvaient rassemblées à Saint-Maximin : celles de Sainte Marie-Jacobé, Sainte Marie-Salomé et de leur servante Sainte Sara avaient été amenées des Saintes-Maries-de-la-Mer ; celles de Sainte Marthe avaient été apportées de Tarascon et celles de Saint Lazare et de Saint Maximin étaient venues respectivement de Marseille et d’Aix en Provence.

Saint-Maximin 25 juillet 2010 : les reliquaires

Tous les reliquaires des Saints de Provence présentés à la vénération des fidèles dans le choeur de la Basilique de Saint-Maximin, le 25 juillet 2010.

Je ne vous ferai pas un compte-rendu détaillé de la Messe solennelle et de la grande procession de l’après-midi, mais je veux insister aujourd’hui sur les fortes paroles prononcées par Monsieur le Cardinal Franck Rodé, préfet de la Congrégation pour les instituts de vie consacrée et les sociétés de vie apostolique, qui était venu de Rome pour présider aux célébrations de ce beau dimanche.

Après avoir mis en valeur – bien évidemment – la figure et la sainteté de Sainte Marie-Madeleine, le Cardinal a développé des idées qui sont tout à fait accordées à l’esprit de la fête du Christ-Roi que nous allons célébrer dimanche prochain : il a en effet appelé les fidèles présents à travailler au salut de tous leurs frères et, pour cela, il les a exhortés à être des témoins courageux de leur foi, en rappelant que pour que leur témoignage porte du fruit il doit présenter une rigoureuse cohérence. Aux obstacles, parfois violents, suscités aujourd’hui par un laïcisme outrancier et par la montée d’un anti-christianisme de plus en plus virulent, les chrétiens doivent opposer une fidélité, enracinée dans l’amour véritable, nourrie par une vie spirituelle plus intense, pour qu’elle se concrétise avec encore plus de force dans leur comportement social : « La religion possède naturellement une dimension sociale que les Etats doivent reconnaître«  a martelé le Cardinal en déplorant aussi la haine de soi, exprimée par le refus de reconnaître ses racines chrétiennes, qui affecte l’Occident et l’entraine à des comportements suicidaires…

Aussi pour vous stimuler spirituellement dans la préparation de la fête du Christ-Roi, je me permets de vous recopier ci-dessous l’intégralité de la seconde partie de l’homélie du Cardinal Rodé, en vous encourageant non seulement à la lire, mais aussi à la méditer et – plus encore – à la mettre en pratique.

Lully.

Cardinal Franck Rodé

Monsieur le Cardinal F.Rodé

Seconde partie de l’homélie prononcée par Monsieur le Cardinal Franck Rodé, préfet de la Congrégation pour les instituts de vie consacrée et les sociétés de vie apostolique, le dimanche 25 juillet 2010 en la basilique royale de Saint-Maximin à l’occasion de la solennité de Sainte Marie-Madeleine.

(Nota : on peut trouver l’intégralité de l’homélie du Cardinal Rodé et des photos de cette mémorable journée sur le site du diocèse de Fréjus-Toulon > www)

« (…) Devant l’amour débordant et la fidélité héroïque de Sainte Marie-Madeleine, nous pouvons nous poser la question de notre fidélité, la nôtre, personnelle, et celle de notre communauté ecclésiale.

Chers Frères et Soeurs! Nous qui avons connus l’amour de Dieu manifesté en Jésus-Christ, nous sommes appelés à témoigner de cet amour et de la fidélité du Christ dans le monde. Comme dans sa vie terrestre, le Christ continue d’aimer les hommes et veut les sauver. Mais il ne le fait pas tout seul. Il nous appelle à collaborer à Son oeuvre de salut. Ce que Jésus nous demande, c’est d’être des témoins de Son amour au milieu de nos contemporains. Car l’amour qui habite dans nos coeurs ne peut pas rester caché. Il faut qu’il se manifeste au monde par des actes concrets d’amour envers les frères.

Brossons brièvement le cadre dans lequel il nous est donné de vivre notre amour et notre fidélité au Christ et à Son Eglise.

Il y a indéniablement de très belles choses dans le monde d’aujourd’hui. Prenons par exemple ces vagues énormes de solidarité qui se déclenchent lors de catastrophes naturelles. Des œuvres sociales un peu partout dans le monde venant au secours des plus démunis. Et tant d’actions, parfois très humbles, qui rendent la vie plus belle et plus heureuse.

Mais il y a aussi, dans notre société, des orientations de fond, des attitudes devant la vie, des positions devant la vérité, que le chrétien ne peut pas accepter.

Nous vivons dans une société profondément sécularisée, une société où Dieu est congédié de la scène publique. Mais il y a pire. Des lois contraires au Décalogue ont été votées. Chez certains, on constate une véritable hostilité envers Dieu et l’Eglise. Celle-ci ne cesse d’être accusée par des réseaux médiatiques, qui font d’elle la grande coupable du passé et du présent.

Manifestement, l’Europe a des problèmes avec son passé. Elle peine à l’assumer. Voici quelques années, le cardinal Ratzinger, aujourd’hui Benoît XVI, notait, avec un certain étonnement : « Il y a une haine de soi dans l’Occident qui est étrange et qui peut être considérée comme quelque chose de pathologique : l’Occident tente de s’ouvrir aux valeurs extérieures, mais il ne s’aime pas lui-même. De son histoire, il ne voit que ce qui est déplorable et destructeur, tandis qu’il n’est pas capable de percevoir ce qui est grand et pur ». Rappelons-nous comment, lors du débat sur la constitution européenne, on a voulu occulter la vérité historique des racines chrétiennes de la civilisation européenne. On a refusé d’admettre que le christianisme est le fondement de notre identité collective et qu’il constitue une source privilégiée d’inspiration pour la pensée et l’action de notre continent. Mais est-il possible de faire table rase de plus de quinze siècles d’histoire? Est-il possible de reléguer la foi chrétienne dans le domaine strictement privé de la conscience, sans incidence sur la société? La religion possède naturellement une dimension sociale que les Etats doivent reconnaître. Ce serait en réalité faire œuvre de justice et de sagesse politique que d’assumer notre passé chrétien et de rester fidèles aux grandes valeurs qui ont façonné les Nations européennes.

A l’heure qu’il est, cela semble difficile. Notre monde ne croit plus aux valeurs objectives. Il préfère que chacun crée son propre système, bâti sur des impressions sensibles, sur des émotions fugitives, sur des expériences éphémères. Affirmer une vérité qui se prétendrait universelle serait synonyme d’intolérance. Comme l’affirmait le cardinal Ratzinger avant le conclave qui l’a élu pape, nous vivons sous la dictature d’un relativisme, absolu et intransigeant, qui refuse à quiconque d’affirmer des valeurs et des normes qui s’appliqueraient à tous. Et pourtant, cette liberté sans norme est en soi contradictoire. On prône le droit à satisfaire tous ses désirs, on revendique comme un droit la suppression de la vie humaine dans le sein de la mère si elle n’est pas désirée. On se bat pour la sauvegarde de la terre et de ses ressources et on assassine la vie naissante.

Dans ce contexte, quel témoignage devons-nous donner en priorité?

Celui d’un Dieu vivant qui aime la vie, d’un Dieu d’amour, d’un Dieu fidèle qui nous offre Son pardon et Sa paix. Plus que jamais, notre monde a soif d’une vie qui ait du sens. Il est sensible au témoignage de l’espérance et de la joie authentique. Les chrétiens de ce temps ont donc pour première mission de vivre, simplement et joyeusement, en enfants d’un Dieu qui est Père, qui nous sauve et qui nous aime. En vivant ainsi, ils rendent témoignage, en parole et en acte, d’un Dieu en qui ils ont trouvé miséricorde. Parce que telle est notre expérience et notre joie : Dieu est pure grâce et miséricorde.

Au fond, c’est peut-être cela que le Seigneur a condamné si fermement chez les pharisiens. Ils avaient réduit Dieu à leur mesure : à une étroite justice légale. Ils observaient la loi, donc ils étaient justes, et les autres, telle Marie-Madeleine, étaient pécheurs. Or ce que Jésus nous apprend de Dieu dépasse infiniment cette perception strictement légaliste : Dieu est grâce, il est liberté, il est vie, il est amour. Quant à nous, nous sommes tous de pauvres pécheurs devant lui. Pécheurs et cependant aimés, aimés sans bornes. Voilà le témoignage, si humble et en même temps si grand, que nous sommes appelés à porter à l’homme d’aujourd’hui.

Et le témoignage d’une conscience droite, respectueuse de la vie. Car l’homme a besoin de certaines règles de vie pour marcher vers le bonheur auquel il aspire. Parmi ces règles de vie, il en est auxquelles nous ne pouvons renoncer, car elles sont le fondement même de la vie sociale. Citons en particulier la vérité dans nos relations, l’honnêteté dans les échanges économiques, le respect de l’autre, l’éthique sexuelle et matrimoniale.

A ce propos, je voudrais citer ce qu’écrivait il y a quelques années celui qui est aujourd’hui le Pasteur universel de l’Eglise. « Le mariage monogame, comme structure fondamentale de la relation entre l’homme et la femme, est en même temps comme la cellule de base de la communauté nationale. L’Europe ne serait plus l’Europe si cette cellule fondamentale de son édifice social disparaissait ou était modifiée dans son essence ». De même, les chrétiens sont porteurs d’un véritable humanisme lorsqu’ils apportent la lumière de l’Evangile dans les débats de la bioéthique, lorsqu’ils se prononcent pour le respect de la vie depuis son premier commencement, au moment de la conception, jusqu’à son dernier instant, qui est la mort naturelle.

Dans une société où nous côtoyons des indifférents et des non-croyants, demandons-nous pourquoi la foi apparaît souvent si peu séduisante, insignifiante et même inutile pour tant de nos contemporains. N’est-ce pas par manque de cohérence entre ce que nous annonçons et ce que nous vivons ? Posons-nous franchement cette question, sans crainte de nous remettre en cause : quelle relation avons-nous avec ce Dieu tel qu’il nous a été révélé par Jésus ? Est-il vraiment pour nous, pour moi, ce Dieu d’amour et de pardon qui seul peut donner sens à ma vie ? Notre foi sera vivante et rayonnante, notre rapport avec le Seigneur sera solide s’il est enraciné dans une relation étroite, intime et amoureuse avec Lui. Cette union profonde en lui trouve sa source dans la prière quotidienne, elle se nourrit de l’Eucharistie dominicale, elle s’éclaire à la lumière de Sa Parole, elle s’édifie par la méditation du Credo de l’Eglise Catholique. Notre foi sera contagieuse si elle se fait amour en acte jour après jour, tendresse au sein de la famille, compassion pour les pauvres et les petits, respect et honnêteté dans les relations sociales.

C’est au témoignage d’une vie authentiquement chrétienne que nous sommes appelés, une vie marquée par la conscience d’être des pécheurs pardonnés, vécue dans la liberté intérieure et la joie, une vie sous le signe de la gratuité et du partage. Fortifiés par notre vie intérieure de communion au Christ et guidés par l’amour envers nos frères et sœurs en humanité, nous sommes prêts au dialogue avec eux, afin de leur partager ce qui nous anime profondément. Telle est notre responsabilité chrétienne. Ne rougissons pas de notre foi, même si elle est tournée en dérision. Elle est un don de Dieu et elle est source de paix et de bonheur pour tous.

En 1924, un jeune théologien allemand d’origine italienne, Romano Guardini, considérait les problèmes de son temps. Il écrivait ces mots toujours actuels : « Si nous restons sur le plan où nous nous trouvons aujourd’hui, nous ne réussirons pas à résoudre les problèmes de notre civilisation. Ces problèmes ne seront résolus que s’ils sont affrontés par des hommes nouveaux, des hommes dont le regard soit plus pur, dont l’âme soit plus libre et le cœur plus fort. Des hommes qui vivent à un niveau plus profond de l’être, en qui opèrent les énergies de l’âme, du caractère, de la fidélité, du sacrifice, les énergies de l’esprit, de l’inconditionnel, les énergies de Dieu. Bref des hommes qui sachent prier, des contemplatifs, qui se tiennent constamment devant Dieu ».

Couronne

Vous pouvez laisser une réponse.

3 Commentaires Commenter.

  1. le 28 octobre 2010 à 18 h 14 min Bernard de G. écrit:

    Merci de nous avoir fait connaître ce beau sermon et ces fortes paroles .
    En union de prières.
    BG.

  2. le 28 octobre 2010 à 16 h 22 min Geneviève K. écrit:

    Merci de nous premettre de lire ces belles paroles qui nous font comprendre qu’avant les paroles il y a les actes…
    Soyez assuré de mes prières.
    GKL

  3. le 28 octobre 2010 à 12 h 25 min Marie-Christine et Guy écrit:

    Merci de nous avoir fait vivre ce beau pélerinage provençal et de nous avoir permis de lire ce très beau sermon.
    En union de prières,

    Guy et Marie-Christine de P.

Laisser un commentaire

A tempo di Blog |
Cehl Meeah |
le monde selon Darwicha |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | mythologie
| jamaa
| iletaitunefoi