2010-27. Où Lully profite des jours de mauvais temps pour étudier la liturgie.

Jeudi 10 juin 2010, après les premières vêpres de la Fête du Sacré-Coeur.

Chers Amis du « Refuge Notre-Dame de Compassion« ,

Vraiment, depuis deux jours nous avons un temps épouvantable pour les matous! Hier, déjà dès le matin, le vent du sud soufflait très fort, amenant de brusques averses qui m’obligeaient à courir pour me mettre à l’abri ; dans l’après-midi, croissant en violence, ce vent a véritablement saccagé nos massifs de lupins qui étaient en pleine floraison.

8juin2010.jpg

L’un de nos massifs de lupins et de lys : photo prise il y a deux jours… Malheureusement ce soir tout est saccagé.

Pendant la nuit et tout au long de cette journée de jeudi, il a encore augmenté et nous avons eu des pluies torrentielles cet après-midi… alors je me suis fait une raison et au lieu d’aller à la chasse aux petits rongeurs des champs, j’ai aidé Frère Maximilien-Marie à ranger des livres et à classer des documents. C’est ainsi que je suis tombé sur un recueil de bandes dessinées qu’il avait réalisées il y a plusieurs années de cela. Cette lecture m’a  tout à la fois instruit et distrait.

J’ai pensé que cela pourrait peut-être vous intéresser vous aussi et j’ai décidé de vous en recopier une qui m’a particulièrement fait réfléchir et qui résume bien – me semble-t-il – un des problèmes liturgiques contemporains. Cette petite bande dessinée concerne en effet une mode désastreuse, qui n’a absolument rien à voir avec les prescriptions du second concile du Vatican, bien qu’elle ait été imposée arbitrairement dans les églises en étant présentée comme une conséquence obligée de ce concile. Il s’agit des autels dits « face au peuple », qui ne sont parfois même pas des autels mais de vulgaires tables plus ou moins améliorées.

Le mot même d’autel vient du latin « altare » qui évoque l’idée d’un lieu surélevé (le même radical latin va donner le mot français altitude par exemple) : l’étymologie déjà montre donc qu’il n’est pas conforme aux traditions les plus anciennes que l’autel soit posé sur le sol au même niveau que les fidèles. Ceux qui ont prétendu que cette manière de faire était un retour aux usages de l’Eglise primitive n’ont pas dit la vérité…

Mais je vous laisse découvrir cela en compagnie du jeune Théophile et de Grindsel le séraphin et je vous souhaite à tous une belle et fervente fête du Sacré Coeur de Jésus : c’est en cette fête que  notre Saint-Père le Pape clôture, à Rome, l‘année sacerdotale.

Alors que le sacerdoce a été si violemment attaqué ou remis en cause, à l’intérieur même de l’Eglise du fait des turpitudes de certains ou de la lâcheté de quelques autres, et à l’extérieur – selon l’expression très juste d’un journaliste catholique – « par les hyènes médiatiques », nous ne cesserons pas de continuer à prier pour les prêtres et pour demander à Dieu de vraies, solides, généreuses et ferventes vocations : Mon Dieu, donnez-nous des prêtres! Mon Dieu, donnez-nous de saints prêtres! Mon Dieu, donnez-nous beaucoup de saints prêtres!

Lully.

* * *

Nota bene : vous pouvez cliquer sur chaque image pour la voir en plus grande taille.

grindselseposedebonnesquestions001.jpg

grindselseposedebonnesquestions001copie.jpg

grindselseposedebonnesquestions001copie2.jpg

grindselseposedebonnesquestions001copie3.jpg

Vous pouvez laisser une réponse.

6 Commentaires Commenter.

  1. le 12 juin 2010 à 11 h 54 min Sophie écrit:

    Cher Frère Max,
    Si je ne craignais pas de vous causer du tort, je me transformerais volontiers en agente masquée de Grindsel, déposant innocemment une petite pile de cette innocente BD au fond des églises les plus « juteuses » en la matière. Précision pour ce cher Lully, si féru d’étymologie : « juteuse » dérive ici de « toile de jute » car tout ce chambardement de mauvais goût n’a pas dû rapporter aussi gros qu’escompté (coût du nouveau mobilier + aménagements + ornements et objets de culte assortis, nef vide, etc.).

    Belle fête du Sacré-Coeur au Mesnil-Marie !

    et désolée pour les magnifiques lupins…

  2. le 12 juin 2010 à 8 h 58 min Antoine L. écrit:

    Excellent!
    Ces dessins en disent aussi long qu’un traité de théologie.
    Merci!

  3. le 11 juin 2010 à 16 h 57 min Loïc écrit:

    Bonjour mon Frère !

    Très bonne idée d’Eric, faites de petites BD !
    Il me faut des saines lectures pour mon enfant à naitre ! :)

    UdP,

    Loïc.

  4. le 11 juin 2010 à 15 h 07 min Abbé Jean-Louis D. écrit:

    Excellents, excellents, excellents ces dessins si parlant (notamment le dernier qui dit tout à lui seul!) et les textes qui les accompagnent!
    Mais… c’est terriblement ecclésiastiquement incorrect !
    Il n’y a que des laïcs pour oser dénoncer un tel scandale ou un certain courageux petit chat !
    Un prêtre en souffrirait et oserait le dénoncer, son évêque l’enverrait promener!

    Cher chat Lully, je te caresse avec affection car, vraiment, tu penses bien mieux que beaucoup de ceux qui devraient penser ainsi par devoir et amour de l’Eglise et de sa Liturgie.

    Merci !

  5. le 11 juin 2010 à 6 h 46 min Abbé Cyrille B. écrit:

    Excellent!
    A faire circuler…

    Abbé Cyrille B.

  6. le 11 juin 2010 à 6 h 22 min Eric écrit:

    Bonjour mon Frère.

    On apprécie toujours autant vos dessins :
    vos personnages sont adorables ( oups ! pardon !)
    je veux dire qu’ils sont craquants !

    Vous devriez faire de petites B.D. pour les enfants !

Laisser un commentaire

A tempo di Blog |
Cehl Meeah |
le monde selon Darwicha |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | mythologie
| jamaa
| iletaitunefoi