2010-13. Des raisons pour lesquelles la crypte du Mesnil-Marie sera placée sous le vocable de Sainte Philomène.

Mercredi 17 mars 2010.

Chers Amis du Refuge Notre-Dame de Compassion,

J’ai commencé à vous parler hier des travaux en vue de la transformation de notre vieille cave voûtée en oratoire intérieur pour notre Mesnil-Marie (cf. > www). Vous le savez peut-être déjà, cet oratoire portera le nom de Crypte Sainte Philomène, et il me faut maintenant vous en expliquer les raisons.

L’essentiel de ce que je vais vous raconter concernant Sainte Philomène, je l’ai lu dans un excellent ouvrage que l’auteur, Monsieur Jean-Louis Picoche, a envoyé à Frère Maximilien-Marie avec une belle dédicace très amicale. Je ne peux que vous recommander chaleureusement d’acquérir et de lire vous aussi ce petit livre qui, dans un style simple et agréable, se présente comme une enquête très minutieuse et rigoureuse, sous la forme d’un dialogue entre un grand père et son petit fils.
Les ouvrages consacrés à Sainte Philomène qui ont été réédités en nos temps, ont en effet été originellement publiés entre 1890 et 1930,  et ils ne collent plus vraiment à l’actualité. Le livre de Jean-Louis Picoche est donc venu à point pour actualiser nos connaissances, pour mettre un terme aux polémiques que le mystère de la jeune martyre a pu soulever, et pour renforcer notre dévotion.

Sainte Philomène par Jean-Louis Picoche

Sainte Philomène (éditions Elor)

En 1802, on découvrit dans les catacombes de Sainte Priscille, à Rome, un loculus encore inviolé qui pouvait peut-être dater du premier siècle de notre ère. Trois plaques de terre cuite fermaient ce tombeau et portaient (en les remettant en ordre) l’inscription « Pax Tecum Filumena » (« Que la paix soit avec toi Philomène ») ainsi que les dessins d’une palme, d’une fleur, de deux ancres et de trois flèches. Les ossements retirés de cette tombe étaient ceux d’une personne très jeune, de sexe féminin ; l’inscription et les symboles gravés sur les plaques de terre cuite laissaient penser qu’il s’agissait d’une martyre, sans qu’on puisse rien ajouter de plus précis.
Dûment étiquetées, ces reliques furent enfermées dans une caissette et restèrent « en attente » dans un dépôt pendant près de trois années. En 1805, elles furent concédées au curé de Mugnano del Cardinale (petite ville située à  quelque 30 km de Naples) qui avait demandé au Saint-Siège des reliques pour son église.

Pax tecum Filumena

Fac similé des plaques de terre cuite fermant le loculus où les reliques furent découvertes

Or, dès le début du voyage au cours duquel ces reliques étaient transférées depuis Rome jusqu’à Mugnano del Cardinale, « la martyre dont on ne savait rien » commença à se manifester et à attirer l’attention non seulement des passagers de la diligence mais aussi des villages qu’elle traversait : une série de miracles, principalement des guérisons soudaines et inexpliquées, jalonnèrent sa route, si bien que son arrivée à Mugnano prit l’allure d’un cortège triomphal.
Le pèlerinage commença aussitôt et la réputation de Sainte Philomène se répandit comme une trainée de poudre.
Une religieuse napolitaine aurait alors fort opportunément reçu des révélations sur la vie de cette thaumaturge dont on ignorait tout… Cette biographie devint très populaire mais elle semble aujourd’hui peu satisfaisante.
Quoi qu’il en soit, la palme et les flèches gravées sur sa tombe attestent qu’il s’agit d’une martyre, de même que le flacon contenant du sang coagulé retrouvé avec les ossements. D’autre part l’avalanche de miracles prouve que l’intercession de Sainte Philomène est puissante auprès de Dieu, et que Celui-ci se plaît à accorder des grâces signalées, des guérisons prodigieuses et des miracles spectaculaires par l’intercession de cette jeune et « célèbre inconnue » !

Autel des reliques de Sainte Philomène à Mugnano del Cardinale

Autel des reliques de Sainte Philomène (Mugnano del Cardinale)

Le miracle le moins contestable est la guérison de Pauline Jaricot, fondatrice de l’œuvre de la Propagation de la Foi et du Rosaire vivant (on trouvera sa biographie ici > www).
En 1834, Pauline, qui a 35 ans, tombe très gravement malade ; son état est jugé désespéré par les médecins. La jeune femme a entendu parler de Sainte Philomène et des miracles qui ont lieu au sanctuaire de Mugnano, elle est remplie de confiance dans l’intercession de la jeune martyre et, trompant la vigilance des médecins et de sa famille, elle part en Italie.
A Rome, elle semble à toute extrémité à tel point que le Pape Grégoire XVI, qui est venu lui rendre visite au couvent de la Trinité des Monts, lui demande de prier pour lui lorsqu’elle sera au ciel. Pleine d’une sainte audace, Pauline lui assure qu’elle va obtenir sa guérison par l’intercession de Sainte Philomène et elle fait promettre au Pape qu’il approuvera le culte de Sainte Philomène pour toute l’Eglise si elle revient guérie.
Grégoire XVI promet… convaincu qu’il n’aura pas à s’exécuter !!! Aussi quelle ne sera pas sa stupéfaction en voyant Pauline se présenter à lui, totalement et durablement guérie à son retour de Mugnano del Cardinale. Ses propres médecins examinent Pauline, la Congrégation des Rites possède déjà un dossier très volumineux sur les miracles de Sainte Philomène : Grégoire XVI confirme donc son culte pour l’Eglise universelle et fixe la date de sa fête au 11 août.
Les trois successeurs de Grégoire XVI, c’est à dire le Bienheureux Pie IX, Léon XIII et Saint Pie X, confirmèrent aussi le culte de Sainte Philomène. De très nombreux Saints (je ne peux en faire une liste complète, mais je citerai Saint Pierre-Julien Eymard, Sainte Madeleine-Sophie Barat, Saint Damien de Veuster, Saint Pierre Chanel et surtout le Saint Curé d’Ars) obtiennent d’innombrables grâces par l’intercession de Sainte Philomène et en diffusent le culte.

C’est par Pauline Jaricot que Saint Jean-Marie Vianney connut Sainte Philomène, qui devint sa sainte de prédilection. Pauline lui offrit une statue de Sainte Philomène en forme de gisant pour qu’elle soit vénérée dans la petite église d’Ars. Le prolongement de l’église d’Ars, rendu nécessaire par l’afflux des pèlerins et réalisé sur les plans de Pierre Bossan, est tout consacré à Sainte Philomène.

La famille Jaricot était également amie depuis fort longtemps avec un autre saint prêtre qui fonda au début du XIXème siècle une congrégation de religieuses hospitalières. Lui aussi connut Sainte Philomène grâce à Pauline, lui aussi reçut de Pauline une statue de la Sainte qu’il institua à perpétuité assistante générale de sa jeune congrégation : et les grâces de la jeune martyre se répandirent à profusion sur les religieuses et sur les malades…

Cette statue offerte par une miraculée de Sainte Philomène, dont le procès en béatification est engagé, à un prêtre, dont la cause est également instruite en Cour de Rome, est – selon une expression de Frère Maximilien-Marie – une « quasi relique ». Or elle se trouve aujourd’hui en notre possession!

Gisant de Sainte Philomène

La raison pour laquelle je ne vous donne pas ici le nom de ce saint prêtre ni celui des religieuses, c’est que ces dernières ont subi de nombreuses critiques et malveillances de la part d’un certain clergé. Contraintes de fermer une de leurs maisons, ce sont elles qui ont offert à Frère Maximilien-Marie cette précieuse statue, mais elles ne souhaitent pas qu’on puisse les reconnaître…

En 1961, la Congrégation des Rites retira Sainte Philomène du calendrier de l’Eglise universelle. Il semblait alors que l’absence de sources biographiques historiquement certaines était un empêchement à un culte trop développé. Bonne aubaine pour les détracteurs du culte des saints et pour ceux qui nient le merveilleux et les miracles : ils se hâtèrent de répandre la rumeur selon laquelle le culte de Sainte Philomène était désormais interdit et proclamèrent que son existence n’avait été qu’une pieuse invention…
Nos chères religieuses subirent des pressions inimaginables de la part de certaines autorités ecclésiastiques pour abandonner le culte de Sainte Philomène et  – sous le fallacieux prétexte de l’obéissance (car ce n’était pas légitime) – elles durent retirer sa statue de leur chapelle !

Une fois de plus nous nous trouvons ici en face d’un véritable abus de pouvoir de la part des prêtres dont la foi a sombré dans le modernisme.
Sainte Philomène a certes été retirée du calendrier liturgique universel, mais cela ne veut pas dire qu’elle n’a pas existé ou que l’Eglise condamne son culte. Lorsqu’une personne a été déclarée sainte, il n’est plus possible pour l’Eglise de lui retirer cette qualité. Le 13 janvier 1837, le Pape Grégoire XVI avait élevé la petite Philomène aux honneurs des autels : elle est donc bien sainte pour l’éternité.
Comme pour tous les autres saints qui ne figurent pas au calendrier universel, on peut tout à fait légitimement continuer à la vénérer en tout lieu où la dévotion envers elle est implantée. Si, effectivement, on ne sait rien de certain sur sa vie et sur les circonstances de son martyre, l’incroyable abondance des miracles obtenus par son intercession a fait d’elle l’une des plus célèbres et des plus remarquables thaumaturges des XIXème et XXème siècles.
Le XXIème siècle est à peine engagé que les grâces et les prodiges se multiplient encore lorsqu’on l’invoque, à tel point qu’aujourd’hui le sanctuaire d’Ars, qui s’était d’abord aligné sur une position de prudent retrait du culte de la « chère petite Sainte », demande à la Congrégation pour la Cause des Saints de réviser le cas de Sainte Philomène, en estimant que la réalité des miracles l’emporte sur les incertitudes de l’histoire.

Sainte Philomène - statue du Mesnil-Marie

Retirée de la chapelle des religieuses, la vénérable statue de Sainte Philomène fut littéralement « mise au placard », puisque pendant près de 40 ans (le temps de la traversée du désert) elle fut enfermée dans une armoire de sacristie. Une religieuse âgée a confié un jour à Frère Maximilien-Marie qu’elle avait toujours gardé une très grande dévotion à Sainte Philomène et qu’elle avait continué à la prier et à obtenir des grâces par son intercession ; pour cela elle se rendait devant la porte du placard où elle savait que la statue était reléguée, mais elle n’osait l’ouvrir par crainte de désobéir aux prêtres !!!…

C’est l’arrivée de cette belle statue, avec son histoire émouvante, qui a déterminé Frère Maximilien-Marie a placer sous le vocable de Sainte Philomène notre future « crypte ».  Il y a là une forme de protestation contre les abus de pouvoir qui ont conduit à jeter le discrédit sur l’existence même de la jeune martyre, et ce sera aussi une espèce de réparation pour l’injustice qu’elle a subie. Nous avons hâte que les travaux d’aménagement de cette ancienne cave soient achevés et d’y placer  la châsse de Sainte Philomène, confiants en sa très puissante intercession et sûrs qu’elle ne manquera pas de répandre ici d’abondantes grâces sur ceux qui viendront la prier avec ferveur.

Lully.

Nota :
- Prière et litanies en l’honneur de Sainte Philomène ici > www ;
- Exposé des travaux de transformation de notre ancienne cave voûtée en Crypte Sainte Philomène ici > www.

On peut aider aux travaux de la Crypte Sainte Philomène
par un don ou une offrande en son honneur > ici.

Vous pouvez laisser une réponse.

8 Commentaires Commenter.

  1. le 18 mai 2018 à 11 h 10 min Fabrice O. écrit:

    Bonjour,

    Je vous remercie de nous indiquer ce livre que je ne connaissais pas, et qui m’intéresse d’autant plus que je commence à ressentir une grande dévotion pour sainte Philomène, depuis que j’ai découvert une statue d’elle dans l’église de mon village, et que j’ai cherché à en savoir plus à son sujet.

    En union de prières, avec sainte Philomène !

  2. le 29 juillet 2017 à 8 h 07 min Picoche écrit:

    Merci à Sainte Philomène et à vous pour ce message qui fera grand plaisir à mon éditeur et à moi-même. En union de prières.

  3. le 10 août 2011 à 20 h 12 min Gérard C. écrit:

    Bonjour à vous tous
    il y a vingt années de cela , j’ai participé à la restauration d’une chapelle de 1841 dédiée à Ste Philomène.
    La restauration a été accomplie dans les régles de l’art en respectant les matériaux de l’époque.
    J’ai reçu un bloc de craie d’un cultivateur et j’ai sculpté la croix de cette chapelle, sans aucune prédisposition mais le résultat fût merveilleux
    Je posséde les clés de cette chapelle, j’ai lu de nombreux ouvrages afin d’agrémenter l’intérieur et compléter la statue (fléches, lys…)
    Le 24 Mai 2010 une cérémonie de bénédiction et d’entrée des reliques de Ste Philomène a eu lieu.
    Cette chapelle située à Avesnes les Aubert (59129) est visible sur le site des lieux de culte dédiés à Ste Philomène, il suffit de taper dans google : Avesnes les Aubert chapelle ste Philomène

    Inutile de préciser que Ste Philomène m’a accordé une multitude de bienfaits.
    En ce jour particulier de sa mort, 10 août à 15h, je vous félicite pour votre action envers Ste Philomène.

  4. le 14 mars 2011 à 18 h 09 min Géraldine écrit:

    Merci, cher frère, de toutes ces remarques sur Ste Philomène !
    Un clin d’oeil à ma famille : en effet mon arrière grand’ mère paternelle portait ce prénom !
    un signe ????

  5. le 14 mars 2011 à 10 h 17 min Béa écrit:

    On peut obliger les saints hommes d’églises à retirer tous les saints (statues, images) de leurs maisons, de leurs murs, mais jamais on ne pourra les obliger à les ôter de leurs coeurs, et c’est tant mieux!!
    Je t’embrasse fort, Lully, merci pour ce si beau témoignage.

    Béatrice

  6. le 18 mars 2010 à 12 h 52 min J.L. Picoche écrit:

    Merci, cher Frère Maximilien Marie, pour ce remarquable article.
    Je vais le transmettre immédiatement à beaucoup de personnes.
    En union de prières pour St Joseph (19 3) et Sainte Philomène.

  7. le 18 mars 2010 à 0 h 44 min Ioanna écrit:

    « Filoméni » est un prénom répandu en Grèce. Est-ce la même ? Je ne sais pas; je n’ai rien trouvé à ce sujet.
    Dans le livre de Monsieur Picoche (qui est effectivement captivant)il y a la neuvaine à Sainte Philomène ainsi que des prières plus « courtes ».

    Vous remercierez votre « papa » Frère Maximilien, Maître Lully, de cette chronique : je vais faire cette neuvaine, après celle à Saint Joseph qui se termine demain, qui tombe à pic.

    La crypte du Mesnil est dans ce contexte une vraie réparation pour cette « chère petite Sainte » je prie pour que les offrandes et les dons affluent afin que l’on puisse venir y prier sans avoir à se cacher !
    Ioanna

    Réparation est faite, comme vous dites

  8. le 17 mars 2010 à 21 h 08 min Opsilos écrit:

    Ce que je trouve formidable, c’est que chaque pièce du Mesnil a un nom et que chaque nom n’est pas dénué de sens.

Laisser un commentaire

A tempo di Blog |
Cehl Meeah |
le monde selon Darwicha |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | mythologie
| jamaa
| iletaitunefoi