2010-10. Difficile équilibre…

Un difficile équilibre…

C’est parfois même un véritable exercice d’équilibriste, de funambule.
Voilà la situation dans laquelle nous placent aujourd’hui les paroles de Notre-Seigneur : Jésus nous met sur un fil, à une hauteur déjà impressionnante… et nous devons avancer en prenant conscience qu’il n’y a pas de filet tendu en dessous : un faux pas et…« splatch » !!! Nous risquons de nous faire très mal. Et non seulement nous risquons d’avoir très mal sur le coup, mais en outre nous pourrions bien rester boiteux ou handicapés pour le restant de nos jours ici-bas.

Un difficile équilibre, un très difficile équilibre!

Cependant si nous le gardons, nous nous en trouverons bien : ce sera pour nous la source d’une très grande sérénité intérieure et nous pourrons faire de véritables progrès spirituels. « En ce temps là, Jésus parla aux foules et à ses disciples en disant: Les scribes et les pharisiens siègent dans la chaire de Moïse. Donc observez et mettez en pratique toutes les choses qu’ils vous enseignent : mais n’agissez pas selon leurs exemples : en effet ils disent mais ne font pas… » (Matthieu XXIII, 1-2 – Evangile du mardi de la 2ème semaine de carême).

Le Christ en face des scribes et des pharisiens

Le Christ en face des scribes et des pharisiens.

Ces paroles étaient adressées « aux foules et aux disciples » il y a près de 2000 ans, et elles s’adressent encore à chacun d’entre nous aujourd’hui même.
Les scribes et les pharisiens siègent dans la chaire de Moïse : leur autorité est légitime pour enseigner et transmettre aux hommes la doctrine religieuse authentique (la foi et la morale qui en découle).
Quand ils transmettent cette doctrine, il est nécessaire de la mettre en pratique parce que c’est Dieu qui nous parle à travers eux. Toutefois nous avons conscience qu’eux mêmes ne règlent pas forcément leur conduite sur les bons et beaux préceptes qu’ils enseignent et, en cela, gardons-nous bien de les imiter!

Les prêtres et les évêques, les membres du clergé régulier et séculier de l’Eglise instituée par Notre-Seigneur, sont aujourd’hui pour nous ceux qui « siègent dans la chaire de Moïse » et aux enseignements desquels nous avons le devoir d’être attentifs, dans la mesure – bien évidemment – où ce qu’ils enseignent est rigoureusement conforme à la doctrine traditionnelle – foi et morale – venue des Apôtres. Toutefois, nous savons bien que, comme les scribes et les pharisiens à l’époque de Notre-Seigneur, il s’en trouve parmi eux (pas tous fort heureusement!) dont la conduite n’est pas en accord avec ce qu’ils prêchent.

Et Jésus nous dit :
– Observez et mettez en pratique toutes les choses qu’ils vous enseignent et qui sont conformes à la Tradition venue des Apôtres, mais n’agissez pas selon leurs exemples…
– Ne claquez pas la porte de mon Eglise en disant : Ces « curés » sont tous des hypocrites et donc j’envoie aussi promener tout ce qu’ils m’ont appris!
– Sachez faire la bonne distinction entre l’homme, avec ses défauts et ses péchés, et la fonction dont il est investi malgré sa faiblesse…
– Respectez la hiérarchie légitime, car c’est Moi qui l’ai établie. Elle porte Mon autorité et c’est Ma parole qu’elle vous transmet.
– Toutefois soyez sans illusion à propos des personnes : gardez-vous d’idéaliser tel prêtre, tel moine, tel évêque car – quelque saints qu’ils puissent paraître – même les meilleurs d’entre eux restent des hommes faillibles et pécheurs… tout comme vous-mêmes.
– Au jour du jugement, il leur sera demandé davantage, parce qu’ils ont reçu de Moi une mission qui exige d’eux une vraie cohérence entre leurs paroles et leurs actes.
– Je ne vous demande pas d’être aveugles : gardez votre lucidité et faites la part des choses entre ce qui vient de Moi et ce qui vient de leur fragilité…
– Mettez en pratique la Foi authentique qu’ils sont chargés de transmettre, et laissez-moi – à Moi et à Moi seul – le soin de faire justice quand l’heure sera venue!
– Il y avait parmi les pharisiens des hommes justes et droits : Nicodème et Joseph d’Arimathie par exemple… Il y a aujourd’hui dans mon Eglise des religieux, des prêtres et des évêques qui s’efforcent de faire correspondre leur vie à leur enseignement : même s’ils ne vous paraissent pas être les plus nombreux (« Le bien fait peu de bruit » dit Saint François de Sales) et même si le comportement de certains autres de mes ministres est véritablement scandaleux (et là, les médias se chargent de « faire de la pub » à ce genre de comportements), gardez la Foi et ne vous laissez pas aller au découragement. C’est en Moi et non en mes ministres qu’il faut croire.
– Il y a eu un traître parmi mes Apôtres. Comme aux autres je lui avais donné le pouvoir de chasser les démons et de faire des miracles : cela ne l’a pas empêché de devenir « fils de la perdition ». Mais surtout cela ne m’a pas empêché, Moi, d’aller jusqu’au bout de la mission que le Père céleste m’avait confiée, par amour pour vous. Il y a des traitres aujourd’hui encore parmi les successeurs de mes Apôtres, souffrez de leurs trahisons comme Mon Coeur a souffert de la trahison de Judas, mais que cela ne vous empêche pas de de rester fidèles aux grâces que le Père vous a données et vous donne encore à travers Moi!
– Exercez votre discernement… c’est bien là que je vous demande de marcher sur un fil sans vous casser la figure! Respectez la fonction hiérarchique et obéissez à ses enseignements légitimes (parce que si on demande de vous une obéissance pour des choses qui ne sont pas conformes à la Loi divine et à la discipline de l’Eglise, il y a abus de pouvoir et sur ces points-là vous ne devez pas obéir!), mais ne laissez pas les erreurs et/ou les fautes manifestes par lesquelles « ils » vous scandalisent ébranler votre Foi, votre Espérance et votre Charité!
– Quelque légitime que soit votre indignation, quelque douloureux que puisse être le constat de leurs trahisons ou de leurs indignités, c’est en Moi et non en l’homme que vous devez placer votre confiance
– Est-ce que tu pries suffisamment pour les prêtres, pour les religieux, pour les évêques? Est-ce que tu pries suffisamment et est-ce que tu offres quelques sacrifices pour qu’ils soient fidèles et saints? Est-ce que tu pries suffisamment et est-ce que tu offres vraiment des sacrifices pour avoir d’authentiques, solides et saintes vocations sacerdotales et religieuses?

Frère Maximilien-Marie.

Vous pouvez laisser une réponse.

4 Commentaires Commenter.

  1. le 9 juillet 2010 à 22 h 05 min Josèphe écrit:

    Merci de dire JUSTEMENT ce qu’il en est de notre Eglise d’aujourd’hui.
    Prions pour ceux qui ont charge d’âmes, que la Miséricorde du Christ ressuscité soit à la mesure de leur faiblesse…

  2. le 3 mars 2010 à 2 h 44 min Clara écrit:

    Je crois aussi que nous ne prions pas assez pour qu’il y ait de bonnes vocations religieuses, pour nos prêtres, nos religieux, nos évêques et bien sûr Notre Saint-Père le Pape.
    Grande union de prières.
    Clara

  3. le 2 mars 2010 à 16 h 38 min Traudl écrit:

    Merci infiniment, cher Frère Maximilien Marie, pour ces paroles merveilleuses!!!
    Oui, le Seigneur nous ouvre les yeux et nous fait connaître les traitres, mais il nous met en garde de les montrer du doigt….. Vous avez bien raison, nous ne prions pas assez pour les prêtres, et nous ne faisons pas assez de sacrifices…et pourtant la Saint Vierge ne cesse de nous le rappeler!
    Bien à vous
    Traudl

  4. le 2 mars 2010 à 13 h 42 min Dominique écrit:

    Merci infiniment, Frère, pour ce commentaire admirable de l’Evangile d’aujourd’hui.
    In Christo,
    Dominique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

A tempo di Blog |
Cehl Meeah |
le monde selon Darwicha |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | mythologie
| jamaa
| iletaitunefoi