Méditation du Chemin de la Croix :

Prière préparatoire:

Ô Jésus, Vous êtes mon Sauveur. Je viens aujourd’hui méditer, avec votre aide, les stations de Votre Voie Douloureuse : donnez-moi, je Vous le demande avec toute la ferveur de mon âme, de mieux comprendre cet Amour qui Vous a conduit et soutenu dans la montée du Calvaire.
C’est l’Amour de Votre Cœur qui Vous a porté à un tel excès de douleurs ; c’est l’Amour de Votre Cœur pour les âmes des pauvres pécheurs – dont je suis – qui Vous a conduit à la mort ; c’est l’Amour de Votre Cœur pour mon âme si souvent ingrate et tiède, qui Vous a élevé sur la Croix…
Accordez-moi de puiser dans la contemplation de Votre Sainte Passion un renouveau de ferveur et de générosité à Votre service. Fortifiez, je Vous en prie, ma résolution de m’éloigner de tout ce qui Vous offense et ma volonté de marcher désormais dans les voies d’une plus grande fidélité.
Très Sainte Vierge Marie, qui êtes devenue ma Mère au pied de la Croix, prêtez-moi vos yeux pour regarder Jésus, prêtez-moi surtout votre propre Cœur pour L’aimer et m’attacher à Lui.

* * * * * * *

Avant chaque station:

V/ Nous Vous adorons, ô Christ, et nous Vous bénissons ;
R/ Parce que Vous avez racheté le monde par Votre Sainte Croix.

Après chaque station:

V/ Ayez pitié de nous, Seigneur ;
R/Seigneur, ayez pitié de nous.

Que par la miséricorde de Dieu les âmes des fidèles trépassés reposent en paix.

le Christ aux outrages.

1ère Station : Jésus est condamné à mort.

Je Vous vois, ô Jésus, Vous que le prophète avait décrit comme « le plus beau des enfants des hommes » (Ps. XLIV), dans l’état où Vous a laissé une cruelle agonie, suivie d’une nuit de mauvais traitements et d’outrages : Vous êtes là, réduit à l’impuissance en face d’une foule haineuse, et Vous Vous taisez.
Votre silence, qui contraste tellement avec les cris et les blasphèmes qui montent contre Vous, impressionne d’ailleurs Pilate et le met mal à l’aise.

Vous aviez dit : « Mettez-vous à mon école, car Je suis doux et humble de cœur« ;  cette douceur et cette humilité sont ici manifestes, en face de la violence des passions déchaînées, en face de l’arrogance et du mépris. Oui, vraiment, Vous êtes l’Agneau doux et humble que l’on conduit à l’abattoir et qui n’ouvre pas la bouche.

Et lorsque tombe la sentence de condamnation, Vous Vous taisez encore. Vous ne protestez pas puisque Vous aviez déjà accepté cette sentence de mort dans le sein de l’adorable Trinité, lorsque le décret éternel décidant de l’Incarnation avait été porté…

Humilité, douceur et silence de mon Dieu, je vous adore!

Je veux recevoir la leçon que Vous me donnez ici : pardonnez-moi, je Vous prie, les fautes que j’ai commises contre la douceur et l’humilité ; apprenez-moi à rester humblement doux, doucement humble, en face des jugements négatifs portés contre moi ; enseignez-moi ce paisible silence de la foi pour accepter les contradictions, les critiques et les malveillances, et pour en faire des sacrifices que j’unirai au Vôtre.

Pater noster.  Ave, Maria. Gloria Patri.

* * * * * * *

2ème station : Jésus est chargé de Sa Croix.

Sans aucun ménagement, les soldats Vous chargent du bois du supplice : une Croix massive, lourde, rugueuse, terrible, écrasante… et Vous savez bien ce qu’elle va Vous apporter de souffrances.
Pourtant, résolument, Vous l’étreignez et Vous appliquez Vos lèvres saintes sur son bois d’infamie qui Vous fera tant saigner. Vous nous montrez ainsi de quelle manière il faut recevoir et accepter les croix de chaque jour : en les embrassant!

Vous nous aviez avertis : on ne peut prétendre être du nombre de Vos disciples, de Vos amis, de Vos intimes, sans avoir part à Votre Croix.

Pourtant, ô mon Jésus, et malgré tous les bons désirs de mon cœur, je dois bien avouer que la souffrance et l’humiliation me répugnent, me font horreur, me donnent envie de fuir… non de les embrasser.
Est-ce donc que je ne Vous aime pas?

Non, mon amour pour Vous est sincère, mais il est encore faible et manque souvent de générosité.

Ô mon divin Sauveur, je Vous en supplie, venez en aide à ma faiblesse et fortifiez mon cœur trop prompt à s’effrayer, trop porté à s’apitoyer sur lui-même! Faites-moi bien comprendre que tant que je me regarderai moi-même je serai prisonnier de ma faiblesse ; mais si je Vous regarde Vous, ce sont Votre propre détermination, Votre courage, Votre force qui peu à peu viendront m’habiter et me transformer. Profondément. Durablement.

Je ne veux plus murmurer contre les mille et une contrariétés de chaque jour ; je ne veux plus regimber contre l’aiguillon de la souffrance ; je veux y voir au contraire la part quotidienne de Votre Croix que Vous m’invitez à porter derrière Vous. Faites-m’en la grâce, ô Jésus!

Pater noster. Ave, Maria. Gloria Patri.

* * * * * * *

3ème station : Jésus tombe une première fois.

Il y a si peu de temps que Vous Vous êtes mis en route sur le chemin du Calvaire – Vous n’avez fait que quelques pas! – et cependant Vous tombez… Déjà!

Je Vous contemple, abattu sous le poids de Votre Croix, fléchissant les genoux, courbé vers la terre… N’êtes-Vous plus Celui qui d’un seul mot, dans la synagogue, a fait se redresser la femme courbée depuis dix-huit ans. Celui aussi qui a relevé la femme adultère aux yeux de ceux qui l’accusaient, et à ses propres yeux?

Il ne m’est pas facile de comprendre le mystère d’un tel abaissement, la leçon contenue en cette apparente et déconcertante faiblesse.

Et pourtant, Vous voulez que je Vous contemple ainsi : Vous êtes toujours le Dieu fort qui tient en Sa main la puissance de l’ouragan et la force des tempêtes;  Vous êtes toujours Celui dont une seule parole a jeté à terre les soldats qui venaient Vous arrêter… Si Vous êtes tombé, c’est pour me relever de ces chutes déplorables, trop souvent répétées, qui affligent Votre divin Cœur.

Vous Vous êtes, pour ainsi dire, mis à mon niveau, afin de mieux me venir en aide, afin d’entendre l’aveu de ces faiblesses qui sont miennes parce que j’ai trop compté sur mes propres forces!

Vous Vous abaissez : l’infinie miséricorde se penche vers la misère pour entendre la voix du repentir et pour relever le pauvre du fumier où il croupissait (Ps.CXII).

Pater noster. Ave, Maria. Gloria Patri.

* * * * * * *

4ème station : Jésus rencontre Sa Très Sainte Mère.

Ô Jésus, Vous paraissez parfois d’une incroyable sévérité avec Votre Mère si douce, si délicate, et dans les affections de laquelle n’entre cependant aucune ombre d’imperfection.

Dès le recouvrement au Temple, lorsque Vous aviez douze ans, Vous donnez l’impression de la traiter sans ménagement. Une lecture trop superficielle pourrait laisser penser que la réponse que Vous lui faites, lors des noces de Cana, ou encore celle que Vous donnez à ceux qui Vous signalent que Votre Mère Vous cherche, lorsque Vous étiez en train d’enseigner, sont totalement dépourvues des prévenances de la piété filiale… En outre, si plusieurs saints Docteurs ont affirmé que Vous aviez préféré que Saint Joseph mourût avant Votre vie publique et Votre Passion, pour lui éviter des souffrances que son cœur, pourtant revêtu de qualités viriles, auraient difficilement pu supporter, il est bien difficile de comprendre – selon l’ordre naturel – que Vous ayez imposé le spectacle de telles atrocités au cœur combien plus sensible et compatissant de Marie!

Mais il ne faut pas ici raisonner selon les critères habituels de la nature! Le Cœur immaculé de Marie bat à l’unisson du Vôtre. Le « Fiat » entier et splendide qu’elle a donné à l’Incarnation n’a pas été prononcé sans une compréhension de ce que serait la mission de Celui dont elle allait façonner la chair très pure, cette chair que Vous allez offrir en sacrifice sur la Croix, au bout de ce chemin.

C’est parce que Vos deux Cœurs sont parfaitement unis qu’il convenait surnaturellement que Marie souffre auprès de Vous, souffre avec Vous et marche à Vos côtés dans la montée du Calvaire.

Alors je puis ici comprendre que la souffrance que Vous permettez à ceux qui Vous sont plus intimes n’est pas une marque de réprobation, mais bien une marque de plus grande dilection : Vous introduisez de la sorte Vos élus dans la participation à Votre mission de Sauveur.

Pater noster. Ave, Maria. Gloria Patri.

 * * * * * * *

5ème station : Simon le Cyrénéen aide Jésus à porter Sa Croix.

 » Tout ce que vous ferez à l’un de ces petits qui sont Mes frères, c’est à Moi que vous le ferez ».

Il ne m’est pas spontané, il ne m’est pas facile, de Vous reconnaître, ô divin Maître, caché dans ce prochain qui me dérange, qui me sollicite, qui me provoque à un geste de générosité, de compassion ou de service… qui m’invite à franchir les innombrables protections et barrières de sécurité que ma volonté de confort a édifiées pour protéger mon égoïsme plus ou moins conscient!

Qu’est-ce qui pouvait permettre à Simon, réquisitionné, forcé, de voir en Vous le Sauveur, sous ces apparences d’ignominie? Humainement, rien!

Qu’est-ce qui a fait de cet homme ordinaire qui revenait des champs, un modèle et un saint?

Il est très probable que, dans un premier temps, il n’a pas accepté avec joie cette tâche que les soldats lui imposaient, et qui lui paraissait répugnante. Peut-être même a-t-il maugréé?

Cependant un changement s’est produit dans son âme.

Je comprends que celui qui Vous contemple peut se trouver transformé au spectacle de Vos douleurs. Je comprends que celui qui vit en Votre présence, et même si celle-ci n’est pas sensible, même si celle-ci n’est pas conforme aux aspirations de la sensibilité, peut se trouver renouvelé, au plus profond de lui-même aussi bien que dans la manière dont il va regarder toutes choses.

Faites-moi donc la grâce, ô mon Jésus, de vivre en Votre présence, pour mieux Vous reconnaître en Vos frères qui ont besoin de moi.

Pater noster. Ave, Maria. Gloria Patri.

* * * * * * *

6ème station : Sainte Véronique essuie le visage de Jésus.

Votre divin Visage est maculé, meurtri, méconnaissable. Il faut une foi peu commune pour Vous reconnaître sous ces traits d’infamie et de douleur que Vous ont donnés les mauvais traitements de la nuit et les divers supplices de la matinée.

Véronique n’a pas hésité : il y avait en elle quelque chose qui parlait plus haut que ce que lui montraient ses sens. Sous le sang et les crachats, malgré les blessures et la poussière collée qui Vous défigurent, son cœur reconnaît Celui auquel elle a donné sa foi et son amour. Alors elle n’hésite pas. A-t-elle même réfléchi, pesé le pour ou le contre avant de s’élancer?

Sa détermination a quelque chose de calme et de viril qui tranche avec la veulerie, la lâcheté et les reniements de ceux qui Vous entourent ou de ceux qui Vous ont abandonné. Les soldats sont saisis d’un étonnement qui n’est pas exempt de secrète admiration ; ils la laissent s’approcher de Vous.

Geste sans emphase mais plein d’une sobre grandeur : elle a dénoué son voile et Vous en a délicatement essuyé le visage. Elle n’a pas essayé de Vous soulager du poids physique de la Croix, ainsi que le fait Simon ; elle n’a peut-être rien dit, parce que son regard et son geste en disaient plus long que toute parole, mais elle a ouvert la voie à toutes les âmes réparatrices.

La foi et l’amour qui l’animaient ont été la source de son courage et les inspirateurs de son geste si délicat. C’est l’amour qui fait la réparation, et la réparation n’est rien d’autre que de l’amour.

Je Vous demande, ô Jésus, la grâce de m’engager résolument dans les pas de Sainte Véronique, dans les voies de la réparation, pour Vous rendre amour pour amour.

Pater noster. Ave, Maria. Gloria Patri.

* * * * * * *

7ème station : Jésus tombe une deuxième fois.

Vous tombez une nouvelle fois… Pourquoi m’en étonnerai-je?

Ce sont mes péchés qui font le poids de cette Croix qui Vous écrase et qui Vous font tomber à terre ; ce sont mes chutes qui sont la cause des Vôtres. Et ce n’est pas une fois, ni deux fois que je suis tombé dans le péché, mais tant de fois que je ne puis les compter.

Alors il Vous a fallu Vous abaisser, encore et encore, jusqu’à cette boue où je me suis enlisé, tellement enlisé que j’ai semblé faire corps avec elle parfois! Toutefois Votre miséricordieuse patience ne s’est jamais lassée de me pardonner. Si mes chutes sont innombrables, elles ne sont pas infinies : Votre Miséricorde, elle, est infinie! Mes fautes sont abondantes, mais Votre grâce est surabondante : jamais la désolante variété de toutes mes indigences ne pourra épuiser le trésor de Vos pardons, du moins tant que je ne cesserai pas de crier vers Vous et d’implorer Votre pitié avec une vraie confiance : « Ayez pitié de moi, ô Dieu, selon Votre grande miséricorde, et selon la multitude de Vos bontés, effacez mon iniquité. Lavez-moi plus amplement de mon iniquité, et purifiez-moi de mon péché » (Ps. L,3-4).

Plus redoutable que la chute elle-même est le découragement qui vient s’insinuer ensuite et qui sape l’énergie intérieure nécessaire à mon relèvement. L’humilité qui confesse la faute commise est sœur de l’espérance ; elle ouvre dans l’âme toutes les voies du pardon et de la purification.

Alors je ne veux pas tant contempler « Jésus qui tombe » que « Jésus qui se relève » et qui veut ainsi me prémunir contre toute forme de découragement.

Pater noster. Ave, Maria. Gloria Patri.

* * * * * * *

8ème station : Jésus console les filles de Jérusalem qui le suivent.

Il y a chez ces femmes qui Vous suivent, qui pleurent et qui se lamentent, une certaine forme de courage. En effet, au milieu de la foule haineuse qui Vous accable, elles montrent de façon explicite qu’elles n’approuvent pas la condamnation qui Vous frappe et les outrages qu’on Vous fait subir. On pourrait dire que c’est déjà bien et qu’elles prennent des risques en manifestant leurs sentiments à Votre endroit.

Mais ce n’est pas assez, et Vous voulez le leur faire comprendre. La leçon est d’importance, puisque Vous Vous arrêtez dans cette montée du Calvaire afin de la leur donner…

Leurs larmes et leurs gémissements ne procèdent encore que de leur sensibilité. Leurs sentiments n’ont pas de consistance surnaturelle et ne pénètrent pas dans la profondeur du mystère qui s’accomplit sous leurs yeux : elles n’ont pas, pas encore, les yeux et le cœur de Marie ou de Véronique. Il y a en elles un commencement d’amour que Vous voulez conduire à sa perfection surnaturelle, et c’est pour cela que Vous avez ces paroles fortes à leur adresse, et – à travers elles – à l’adresse de chacune de nos âmes : Vous ne demandez pas de nous une compassion sentimentale, mais Vous nous enseignez à pleurer nos péchés qui sont la cause de Vos douleurs ; Vous voulez que notre contrition nous conduise à un véritable amendement et que le regard que nous portons sur Votre Passion nous détermine à marcher résolument dans l’exigeante voie de la sainteté que Vous nous avez tracée.

Toute volonté de compassion ou de réparation qui ne s’enracine pas dans cette résolution énergique est une illusion, aussi vaine que dangereuse.

Pater noster. Ave, Maria. Gloria Patri.

* * * * * * *

9ème station : Jésus tombe une troisième fois.

Vous êtes presque arrivé au lieu du supplice, et Vous tombez encore une fois. Quel secret enseignement m’est encore donné en cette troisième chute?

Je sais bien que Votre détermination n’est en rien entamée et que Vous êtes toujours aussi ferme dans Votre volonté d’offrir à Votre Père le sacrifice parfait de satisfaction, et de dispenser à nos âmes une Rédemption surabondante. Aussi peut-on dire qu’il y a en Vous une certaine impatience d’arriver au bout de cette Passion…

Mais il est des heures où malgré la volonté arrêtée qui est en nous, certaines faiblesses sont plus fortes : nous avons beau affirmer nos résolutions, nous n’en tombons pas moins! C’est peut-être l’amertume de ces fautes de faiblesse, si humiliantes, que Vous avez voulu goûter ici.

Tant de fois, trop souvent, j’ai pensé, j’ai cru – sincèrement peut-être, naïvement sûrement! – que je pourrais par ma seule volonté aller jusqu’au bout de ce que je m’étais fixé.

Vous me montrez ici que si ma détermination volontaire est nécessaire, elle ne doit en aucune manière être un volontarisme. Ce dernier finit toujours par être désastreux pour l’âme car, quand elle est trop sûre d’elle-même, la volonté de l’homme se fait son propre centre et son point d’appui. Insensiblement, par petites touches, elle ne s’appuie plus sur Votre grâce, mais elle se confie en sa propre force. C’est une usurpation.

Ces fautes de faiblesse ou ces déconcertantes impuissances liées à la fragilité de notre nature m’apparaissent donc comme salutaires. En les permettant, Vous exercez finalement une miséricorde plus profitable qu’en nous en préservant. Vous nous maintenez ainsi dans une humilité bénéfique, dans une défiance continue de nos propres qualités et de nos vertus elles-mêmes, afin de n’avoir plus de confiance qu’en Vous, en Vous seul. Et cela est un plus grand bien pour nos âmes.

Ô sublime Pédagogue, puisse-je profiter de cette nouvelle leçon et me défier ainsi toujours plus de moi-même !

Pater noster. Ave, Maria. Gloria Patri.

* * * * * * *

10ème station : Jésus est dépouillé de Ses vêtements.

Les soldats et les bourreaux sont pressés d’en finir. Sans aucun ménagement ils arrachent Vos vêtements, collés aux plaies dont Votre corps est couvert.

Pourquoi avez-Vous donc voulu un tel luxe, une telle abondance de souffrances dans une telle cruauté de détails? La flagellation n’avait-elle pas été suffisante qu’il Vous faille en ressentir à nouveau toutes les atrocités? Fallait-il tant de sang si une seule goutte était suffisante pour effacer tous les péchés du monde (cf. St Thomas d’Aquin in « Adoro Te« )? Fallait-il boire jusqu’à une telle lie le calice de la honte et de la dérision?

Vous n’avez plus ni beauté ni éclat, plus rien pour attirer le regard ; Vous êtes devenu semblable au lépreux dont on se détourne avec horreur ; la compassion cède la place à un irrépressible dégoût.

Déconcertante nudité de Dieu associée à un indescriptible écorchement !

Vous nous avez demandé de porter la Croix à Votre suite : faudra-t-il que nous allions nous aussi jusque là? Notre nature s’effraie et se scandalise en entrevoyant tout ce qu’il pourrait nous en coûter.

Car en entendant Vos paroles qui vouent Vos disciples à la Croix, nous avons en définitive eu tendance à imaginer ces croix promises, annoncées, comme des actions d’éclat où nous brillerions encore à nos propres yeux d’un rayonnement de héros! Mais Vous voulez nous dépouiller ici de ces illusions encore tellement humaines.

L’écorchement de l’amour-propre est encore plus terrible que celui de la chair. Mais tant que nous n’y aurons pas consenti nous ne pourrons rien comprendre à l’Amour!

Pater noster. Ave, Maria. Gloria Patri.

* * * * * * *

11ème station : Jésus est cloué à la Croix.

Vos pieds se sont fatigués à la recherche des brebis égarées, ô divin Pasteur, et Vos mains se sont dépensées inlassablement pour semer des bienfaits de consolation et de guérison… Et les voici maintenant immobilisés et, semble-t-il, inopérants : « Il en a sauvés d’autres, et Il ne peut se sauver Lui-même! »

Mais ceux qui Vous raillaient ainsi ne faisaient que montrer leur aveuglement et l’endurcissement de leurs cœurs, empêtrés dans une vision superficielle des choses et des événements. C’est au moment où Vous paraissez réduit à l’impuissance la plus radicale que Vous devenez le plus « efficace »!

Si Vos pieds ne peuvent marcher, si Vos mains ne peuvent plus toucher (cf. Ps CXIII, 7), ce n’est certes pas à la façon des vaines et impuissantes idoles ; un son, un cri sort de votre bouche : « Mon Père, pardonnez-leur, car ils ne savent pas ce qu’ils font! » Et comme Vous l’avez tant de fois montré en Vos trois années de vie publique, Votre parole accomplit ce qu’elle exprime : le pardon divin est ici offert, donné en plénitude.

Les clous qui immobilisent Vos pieds et Vos mains font jaillir le fleuve quadriforme qui arrose et féconde le nouveau Paradis à partir du nouvel Arbre de Vie : « Voici que Je fais toutes choses nouvelles! » (Apoc. XXI, 5). C’est ici le lieu de la nouvelle création plus merveilleuse encore que la première : mirabilius reformasti!

Vos pas ne Vous porteront plus sur les chemins terrestres à la poursuite des misères humaines parce que désormais Vous allez attirer à Vous toutes choses ; Vos mains, désormais percées, seront encore plus remplies de consolations, de bienfaits, de guérisons, de pardons et de grâces. C’est pourquoi j’approche mes lèvres de Vos Plaies sacrées, tout pénétré de reconnaissance et d’adoration.

Pater noster. Ave, Maria. Gloria Patri.

* * * * * * *

12ème station : Jésus meurt sur la Croix.

La Croix est dressée: voici l’Ostensoir où est exposée aux regards de tous les siècles « l’Hostie pure, l’Hostie Sainte, l’Hostie immaculée ».

Père éternel, Père d’infinie sainteté, recevez cette Hostie sans tache qui s’offre à Votre justice comme propitiation pour nos péchés, tous nos péchés, tous les péchés de la pauvre humanité!

La Croix est dressée, et la divine Victime qui est immolée sur elle, est en même temps l’Avocat qui plaide devant Vous en notre faveur, par toutes les plaies de Son Corps. Son Sang, qui parle plus haut que celui d’Abel, n’appelle pas la vengeance, mais Votre indulgence et Votre pardon.

Ô Père d’éternelle miséricorde, nous Vous offrons ces Plaies saintes et sacrées de Votre Fils, ces Plaies si nombreuses desquelles s’écoule en telle abondance un Sang si précieux, et nous Vous demandons de guérir par elles les blessures que le péché a faites à nos âmes.

Ô Dieu dont le propre est d’avoir toujours pitié et de pardonner, accordez-moi cette grâce d’avoir sans cesse présent aux regards de mon âme cet instant solennel où se concentre d’une manière si poignante la somme de Vos bontés envers moi. C’est au pied de cette Croix où, dans un grand cri et des larmes, Votre Fils Bien-Aimé me rend la vie par Sa mort, que je peux le mieux comprendre le prix que j’ai à Vos yeux et, par conséquent, le sens que je dois donner à ma vie…

Ô Croix, Vous êtes bien mon unique espérance, puisque Vous êtes recouverte du Précieux Sang de mon salut et que je trouverai toujours avec Vous le gage de mon pardon et la douceur de la paix intérieure.

Pater noster. Ave, Maria. Gloria Patri.

* * * * * * *

13ème station : Jésus descendu de la Croix est remis à Sa Très Sainte Mère.

Avec des précautions si délicates qu’elles pouvaient faire penser qu’ils craignaient de le faire encore souffrir, les derniers d’entre les fidèles ont descendu de la Croix le corps exsangue et inerte de votre Jésus. Il repose maintenant sur vos genoux.

Vous avez partagé toutes les intentions de Son sacrifice et tout Son souci du salut de nos âmes au cours de ces trois heures terribles d’agonie où vous êtes restée debout. Vous avez intensément vécu, dans une douloureuse extase, plus redoutable que tous les supplices de tous les martyrs de tous les temps, la communion intime au divin Rédempteur. Et le glaive s’est enfoncé si avant dans votre Cœur immaculé qu’il en semble désormais indissociable : Cœur douloureux et immaculé de Marie!

La consolation de mourir en même temps que Celui qui est toute votre vie ne vous a pas été donnée ; votre souffrance reste quand celle de Jésus a pris fin. Que manque-t-il donc à la Passion du Christ pour qu’il vous faille la compléter en votre vie? Ses souffrances n’ont-elles pas été surabondantes? Les douleurs insondables de Jésus n’ont-elles pas un prix infini, parce qu’il est Dieu? Que peut-on rajouter à l’infini? Quel complément peut-on apporter à la plénitude?

Mais justement celui d’un retour d’amour. Jésus nous a tout donné et Il attend de nous que nous Lui rendions selon la mesure du don que nous avons reçu. Mère du bel amour, vous nous montrez ici la voie, enseignez-nous à y marcher à votre suite.

Pater noster. Ave, Maria. Gloria Patri.

* * * * * * *

14ème station : Jésus est mis au tombeau.

Le corps sans vie, embaumé à la hâte, enveloppé dans le linceul, est déposé sur la froide banquette de pierre. L’un après l’autre, les derniers amis se retirent. On roule la pierre : lourde meule qui prétend emprisonner le grain de blé, déjà broyé, jeté en terre.

Le silence et les ténèbres enveloppent toutes choses ; mais après le tremblement de terre et l’affolement des éléments au moment de la mort de leur Créateur, ce silence et ces ténèbres sont les complices d’un mystère déjà à l’œuvre au cœur de la terre.

Déjà, dans les profondeurs des enfers, Adam se prosterne avec reconnaissance devant le Fils de l’homme qui lui tend la main et le relève. Déjà, les Patriarches exultent en contemplant Celui dont ils avaient entrevu le jour en tressaillant. Déjà, Saint Jean-Baptiste s’est écrié en le désignant à tous les justes de l’Ancien Testament : « Voici l’Agneau de Dieu! Voici l’Agneau immolé et vainqueur, qui ôte les péchés du monde! »

Marie, silencieuse, s’en revient vers Jérusalem, soutenue par Marie-Magdeleine et par Jean. Mais a-t-elle besoin d’être soutenue? Au-delà des douleurs sans nom qui ont déferlé sur elle et l’ont brisée, son âme est habitée par une paix profonde : elle sait, elle est sûre que ce n’est pas là la fin. En ce moment, c’est elle qui soutient, seule, dans le monde, la veilleuse d’une espérance et d’une foi indicibles. Elle porte en son Cœur martyr toute l’espérance de l’Église.

Notre-Dame de la Sainte Espérance, modèle de ma foi, je veux, comme Saint Jean, vous « prendre chez moi » et me mettre à l’école de votre indéfectible et paisible confiance…

Pater noster.  Ave, Maria. Gloria Patri.

* * * * * * *

Le Crucifié adoré par les Anges (Charles Lebrun)

Prières finales :

Ô bon et très doux Jésus! Je me prosterne à genoux en Votre présence, et je Vous prie et conjure, avec toute la ferveur de mon âme, de daigner graver en mon cœur de vifs sentiments de foi, d’espérance et de charité, un vrai repentir de mes péchés et une volonté très ferme de m’en corriger, tandis que je considère et contemple par l’esprit Vos cinq plaies, avec une grande affliction et une grande douleur, me rappelant ces paroles que déjà le prophète David mettait sur Vos lèvres, ô bon Jésus : « Ils ont percé mes mains et mes pieds ; ils ont compté tous mes os! »

* * * * * * *

Je vous salue, Marie, pleine de douleurs, Jésus crucifié est avec vous;  vous êtes digne de compassion entre toutes les femmes, et digne de compassion est Jésus, le fruit de vos entrailles.
Sainte Marie, Mère de Jésus crucifié, c’est nous qui avons attaché à la Croix votre divin Fils, obtenez-nous des larmes de repentir et d’amour, maintenant et à l’heure de notre mort. Ainsi soit-il.

Cœur Sacré de Jésus,
j’ai confiance en Vous et je Vous aime !

Notre-Dame de Compassion,
priez pour nous, soyez notre refuge !

 (Frère Maximilien-Marie du Sacré-Coeur – Angers, Mai 2004)

Méditation du Chemin de la Croix : dans De liturgia nika

Publié dans : De liturgia, Prier avec nous |le 6 mars, 2009 |Commentaires fermés

Commentaires et pings sont desactivés.

Commentaires desactivés.

A tempo di Blog |
Cehl Meeah |
le monde selon Darwicha |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | mythologie
| jamaa
| iletaitunefoi