2008-66 b. La Sainte Ampoule et le Sacre des Rois de France (2nde partie) : de la révolution à nos jours.

Nous poursuivons la publication de l’étude dont nous avons donné la première partie ici> www.

reliquaireanciendelasainteampoule.jpg

(Gravure ancienne représentant la Sainte Ampoule dans son reliquaire)

5) La destruction de la Sainte Ampoule :

L’ancien reliquaire, contenant la sainte ampoule, ne sortait de l’abbaye Saint-Remi de Reims que le jour du sacre. La seule fois où le reliquaire quitta l’abbaye pour un autre but que celui que l’usage traditionnel lui donnait fut lorsque Louis XI voulut l’avoir près de lui à son lit de mort.
Nous l’avons dit aussi, le reliquaire de la Sainte Ampoule était conservé dans le tombeau même de Saint Remi, dont les clefs étaient placées dans la chambre de l’abbé : c’était lui qui en ouvrait et fermait la porte.
L’ancien reliquaire de la Sainte Ampoule nous est connu par une gravure antérieure à la révolution. On peut le décrire comme une sorte « d’assiette », en métal précieux et ornée de pierres, au centre de laquelle l’Ampoule miraculeuse était fixée. Sur le bord du reliquaire était fixée une chaîne : lorsque le Père Abbé de Saint-Remi devait transporter la Sainte Ampoule, il passait cette chaîne autour de son cou et tenait le reliquaire avec ses deux mains élevé devant sa poitrine.

Et nous voilà au temps de la grande déchirure révolutionnaire… On se souvient que parmi les premières mesures de l’assemblée il n’y aura n’a rien de plus pressé que d’interdire la profession monastique et de la déclarer hors la loi, de nationaliser les biens du clergé et, finalement, de disperser les congrégations religieuses… L’abbaye de Saint-Remi ne fait pas exception et les moines en sont chassés. Toutefois (et cela va la sauver de la destruction), l’église abbatiale est transformée en une paroisse, confiée – faut-il le préciser? – à un prêtre qui s’est plié au serment constitutionnel. Les moines sont partis,  mais la Sainte Ampoule est restée auprès des reliques de Saint Remi : personne encore ne peut imaginer qu’on puisse porter atteinte à un aussi précieux dépôt! Au mois d’octobre 1793 le curé constitutionnel de Saint-Remi se nomme Jules-Armand Seraine : s’il a prêté le serment schismatique, il n’est toutefois pas un mauvais homme…

Dans les premiers jours d’octobre 1793, la Convention donne mission à l’un des ses membres les plus zélés, Philippe Rhül, de se rendre à Reims pour y détruire la Sainte Ampoule. Lorsque, le 6 octobre, l’abbé Seraine apprend l’arrivée du député de la Convention et les raisons de sa venue, sa conscience a un sursaut : puisqu’on lui donne l’ordre de livrer le reliquaire de la Sainte Ampoule, il le livrera… mais, en grand secret, assisté par un officier municipal, Philippe Hourelle, qui exerce alors les fonctions de premier marguillier, il extrait de la Sainte Ampoule tout ce qu’il peut retirer du baume qu’elle contient ; puis ils dissimulent soigneusement le précieux Chrême dans l’attente de jours meilleurs.
Le lendemain 7 octobre, à 14 heures, sur le piédestal (vide) de la statue de Louis XV située place Royale – alors rebaptisée nationale – Rhül fracasse et piétine la Sainte Ampoule devant la foule. Deux petites esquilles de verre sont alors tombées à terre aux pieds d’un dénommé Louis Champagne Prévoteau qui les récupère discrètement. Deux minuscules parcelles de baume subsistent sur ces fragments de verre. Vingt-cinq années de silence s’ensuivent.

* * * * * * *

6) La Restauration : la Sainte Ampoule sort de l’ombre.

Voici la Restauration et, le 11 juin 1819, l’archevêque de Reims préside une séance solennelle : les personnes qui, maintenant que les Bourbons sont rentrés d’exil et rendent la paix à la France et à l’Eglise, se sont fait connaître pour avoir recueilli le contenu de la Sainte Ampoule ou ses fragments comparaissent ; elles jurent, devant Dieu et devant les autorités ecclésiastiques et civiles, de dire toute la vérité et rendent à l’archevêque les différents éléments en leur possession. Si bien que l’archevêque pourra reprendre à son compte la phrase d’Hincmar : « Et nous aussi nous en avons encore!« 

On sait que Louis XVIII ne pourra pas être sacré. Ce n’est pas, comme le prétendent certains « survivantistes » (Nota : on appelle « survivantistes » ceux qui prétendent que Louis XVII n’est pas mort dans la prison du Temple, que son existence aurait été connue de son oncle mais que celui-ci n’aurait pas voulu lui laisser le trône, et qu’il aurait une descendance plus ou moins cachée…), parce que Louis XVIII aurait su qu’il n’était pas légitime et parce qu’il aurait craint  – sous la menace de révélations mystiques – d’être foudroyé par la colère divine en usurpant un sacre auquel il n’avait pas droit, mais tout simplement parce que sa santé ne lui permettait pas de se plier au cérémonial antique : Louis XVIII était rongé par la goutte, il ne se déplaçait qu’avec de grandes difficultés et il n’aurait jamais pu faire les prostrations requises par le rituel du sacre! Par contre après lui, son frère et successeur, Charles X, va recevoir les onctions sacrées le 29 mai 1825. Pour l’occasion un nouveau reliquaire a été réalisé.

steampoulereliquairedecharlesx.jpg     steampouleampouleetaiguillette.jpg

(Reliquaire du sacre de  Charles X de la Sainte Ampoule : vue d’ensemble puis détail de la nouvelle Ampoule avec l’aiguillette d’or destinée à prendre le Baume sacré – cliquer pour agrandir)

Comme des doutes s’étaient élevés sur l’authenticité de la relique et la validité de ce sacre, le « Moniteur » (qui fut en quelque sorte le Journal Officiel pendant tout le XIXème siècle) publia les articles suivants :

Le Moniteur des 23-24 mai 1825 ( correspondance du 21 mai de Reims) :

« On sait qu’en octobre 1793 le conventionnel Rhül brisa la Sainte-Ampoule sur notre place Royale ; mais M. le curé de Saint-Remi, M. Seraine, et le principal marguillier, M. Hourelle, qui avaient eu cette précieuse relique à leur disposition pendant quelques heures, en avaient extrait des parcelles ; de plus, au moment du brisement, d’autres citoyens animés d’un zèle pieux , et quoique leur acte ne fût pas sans danger, ramassèrent des parcelles et du vase et de la matière. Après la tourmente révolutionnaire, on se parla, on se réunit, et on mit en commun les restes précieux qu’on avait soustraits à la fureur des vandales. Des procès-verbaux authentiques furent alors dressés ; ils constatèrent et les faits et l’identité. Mgr de Talleyrand et ensuite Mgr de Coucy approuvèrent le tout ; un riche reliquaire fut destiné à recevoir et reçut en effet le saint dépôt .
Cependant depuis quelque temps des bruits probablement hasardés se répandirent, et tendaient à faire croire qu’on considérerait comme inutile l’emploi de la sainte relique pour le sacre de Sa Majesté.
Les personnes ci-dessus citées et d’autres réunies à elles se sont, dans cette circonstance, adressées à Sa Majesté par une supplique qui avait pour objet d’obtenir que les restes de la Sainte-Ampoule servissent à la consécration royale ; nous ignorons quelles dispositions ont été ordonnées, quelle décision royale a été prise sur l’objet de cette supplique, mais à l’instant même (heure de midi), Mgr l’archevêque vient de convoquer à son palais les conservateurs de la Sainte-Ampoule ; on annonce qu’il va faire en leur présence le mélange des restes précités avec le Saint-Chrême consacré par lui pour les onctions de Sa Majesté. »

Au Moniteur du 25 mai 1825, est publiée une seconde correspondance de Reims datée du 23 mai :

 » L’opération dont je vous ai parlé dans ma lettre d’hier , c’est à dire la transfusion faite par Mgr l’archevêque, des matières extraites et conservées de la Sainte-Ampoule , a eu lieu à huis-clos , mais en présence des autorités. Le procès-verbal qui en a été dressé a été signé par les assistants. »

Enfin , le Moniteur du 26 mai 1825 comporte l’article suivant :

 » Les détails sur la conservation des restes de la Sainte-Ampoule, que nous avons publiés dans les deux derniers Nos du Moniteur, et qui étaient contenus dans une correspondance particulière, sont confirmés aujourd’hui dans une note authentique que nous recevons de Reims, et que nous nous empressons de mettre sous les yeux de nos lecteurs :

Le 6 octobre 1793, la Sainte-Ampoule qui , depuis quatorze siècles, était en vénération dans l’église de Reims, et servait au sacre de nos Rois, fut brisée par un commissaire de la Convention, sur le piédestal de la statue de Louis XV ; mais les sacrilèges espérances de l’impiété furent trompées. Des mains fidèles parvinrent à recueillir des fragments de la Sainte-Ampoule, et une partie du baume qu’elle renfermait. Le fait est constaté par un procès-verbal authentique déposé au greffe du tribunal de Reims.
Le dimanche 22, jour de la fête de la Pentecôte, Mgr l’archevêque de Reims a réuni dans une chapelle de cette ville, le clergé de la métropole avec les principales autorités, et les personnes qui ont contribué à la conservation des parcelles de la précieuse relique, pour procéder, en leur présence, à la transfusion de ces parcelles dans du Saint-Chrême que renferme une fiole nouvelle. Ajoutant à l’authenticité des actes antérieurs, un procès-verbal circonstancié de cette cérémonie a été dressé en double minute. L’une demeurera déposée dans les archives de l’archevêché de Reims, et l’autre, dans le magnifique reliquaire en vermeil, présent digne de la munificence royale, qui sera, aussitôt que l’état de l’édifice le permettra, remis dans le tombeau de Saint Remy, pour faire partie, comme par le passé, du trésor de cette église. Six copies du procès-verbal seront adressées, savoir : quatre aux prélats suffragants, l’une au tribunal de Reims, et la sixième à la mairie de cette ville.
Ainsi, il ne reste plus aucun doute que l’huile sainte qui coulera sur le front de Charles X, dans la solennité de son sacre, est la même que celle qui, depuis Clovis, a consacré les monarques français. »

C’est ainsi que Charles X fut bien sacré selon tout le rituel antique, avec du Chrême qui avait la même provenance que celui qui avait oint le plus grand nombre de ses prédécesseurs, et que – malgré les sarcasmes des impies – il se livra lui aussi au « toucher des écrouelles » et guérit plusieurs malades.

* * * * * * *

7) Et qu’en est-il maintenant ?

Après le sacre de Charles X, ce qui restait de la Sainte Ampoule et de son contenu ne fut évidemment pas perdu et traversa le siècle sans histoire… Tellement sans histoire que l’abbé Jean Goy, historien et archiviste de l’archevêché de Reims que nous avons précédemment cité, fut forcé de constater – à l’occasion de ses travaux – que la fiole du sacre de Charles X, contenue dans le reliquaire, et sans qu’on sache pourquoi, était… vide! Se demandant ce qu’il était advenu du baume sacré, il finit par découvrir, en 1979, un procès-verbal daté de 1906 : ce précieux document accompagnait une fiole de verre soigneusement cachetée aux armes de Monseigneur Luçon. Celui-ci, qui était archevêque de Reims au moment de la loi dite « de séparation des églises et de l’Etat« , par crainte de la perte ou de la profanation, avait transféré le Chrême dans cette ampoule de verre, qu’il avait lui-même scellée et emportée, cachée sous ses vêtements, lorsqu’il fut expulsé du palais archiépiscopal confisqué. Ainsi le contenu de la Sainte Ampoule demeure encore, soigneusement gardé dans un coffre de l’actuel archevêché de Reims, ce qui fait dire à l’Abbé Goy que la Sainte Ampoule se trouve bien dans les mains de qui il convient, à savoir l’Église de Reims, et – en guise de conclusion – j’ajouterai que son précieux contenu est prêt à être utilisé, à l’heure voulue par la divine Providence, pour le sacre du Souverain annoncé en diverses, nombreuses et sérieuses prophéties…

Frère Maximilien-Marie.

steampoulefioleduchrme1906.jpg

Publié dans : De liturgia, Vexilla Regis |le 26 novembre, 2008 |5 Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

5 Commentaires Commenter.

  1. le 22 février 2011 à 5 h 32 min Jacques T. écrit:

    Coupée de la transcendance, la vie terrestre ne peut être pleinement vécue.
    Si riche et si émouvante, la magnifique histoire du Saint-Chrème et de la Sainte-Ampoule nous élève et nous donne confiance en l’avenir.
    Dieu et mon roi.

  2. le 27 septembre 2010 à 16 h 10 min Aymeric PENIGUET de STOUTZ écrit:

    Précisons toutefois que le reliquaire de la Sainte Ampoule, actuellement présenté au Palais du Tau n’est pas tout à fait vide… La fiole réalisée pour le couronnement de Charles X, en partie purgée de son contenu en 1906, en conserve encore apparemment sur ses parois des résidus.
    Aymeric Peniguet de Stoutz
    Administrateur du Palais du Tau

  3. le 11 juin 2010 à 20 h 19 min Henri-Michel écrit:

    Je savais que cette ampoule existait, mon grand frère m’en parlait souvent quand j’étais petit.
    Je n’ai jamais oublié, surtout maintenant qu’il a rejoint son père du ciel.
    Il faut lire le livre de Monsieur Jean Raspail « SIRE »
    Très chaleureusement.

    Henri-Michel P.

  4. le 14 novembre 2009 à 13 h 43 min C. écrit:

    J’étais tout à fait ignorante de l’existence de la sainte ampoule.
    C’est grâce à l’émission « des racines et des ailes » que j’en aie été informée.
    … Je suis persuadée de la véracité des manifestations divines : la sainte ampoule en est une…
    Votre très bon article apporte une nouvelle certitude.

  5. le 1 octobre 2009 à 14 h 42 min Will écrit:

    Frère, merci pour cet article passionnant !

Laisser un commentaire

A tempo di Blog |
Cehl Meeah |
le monde selon Darwicha |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | mythologie
| jamaa
| iletaitunefoi