2008-65. Première offensive hivernale.

Mardi 25 novembre 2008 au soir.

Chers Amis du « Refuge Notre-Dame de Compassion« ,

C’est aujourd’hui la fête de Sainte Catherine d’Alexandrie, et le dicton populaire des campagnes de France nous dit que « A la Sainte Catherine, tout bois prend racine » ; c’est en effet le jour qui est considéré comme la date limite des plantations  d’automne pour les fleurs et les arbres.

Fort heureusement, notre Frère n’avait pas attendu ce jour pour mettre en terre les bulbes de jonquilles, de tulipes et de jacinthes, les rhizomes de pivoine et d’iris, les plants d’altéas et d’oeillets de poète. Le dernier mis en terre fut un « cercis siliquastrum » (admirez combien je suis savant!), apporté vendredi dernier par Christian – l’ami botaniste – qui aida à le mettre en terre le jour-même (la lune était favorable) dans un endroit qui lui convienne. Comme c’était en outre le jour de la fête de la Présentation de Notre-Dame au Temple, cela paraissait vraiment de bon augure pour cet arbre, familièrement connu sous le nom d’arbre de Judée! Nous espérons maintenant que son enracinement et sa croissance seront bons et qu’à l’avenir nous pourrons nous émerveiller de ses fleurs à chaque mois d’avril.

Fleurs de l'arbre de Judée

(Arbre de Judée en fleurs – cliquer pour agrandir)

J’avais donc commencé par vous écrire qu’il était heureux que Frère Maximilien-Marie n’eût pas attendu ce 25 novembre pour les plantations : en effet, la neige (que nous avions déjà aperçue le 30 octobre cf.> www) a recommencé à paraître à la fin de l’après-midi de cette fête de la Présentation.

Notre Frère – qui avait pressenti son arrivée – avait rentré autant de bois qu’il était possible et en avait monté une réserve à proximité de la porte d’entrée (vous vous souvenez que le camion qui l’a apporté ne pouvait monter jusqu’à la maison et qu’il a dû déverser son chargement dans le chemin : la photo est ici > www) : il fait ce travail peu à peu son état de santé ne lui permet pas d’y travailler d’arrache-pied. Dans la soirée du vendredi 21 et la journée du samedi 22, le temps est resté assez couvert et le froid donnait l’impression de s’installer vraiment : à plusieurs reprises nous avons vu des flocons voltiger devant nos fenêtres, mais jusqu’à dimanche soir on ne pouvait pas vraiment parler d’enneigement… dans notre vallée tout au moins. Car, samedi après-midi, en allant faire les courses dans une petite ville située à quelque 1100 m d’altitude, Frère Maximilien-Marie s’est trouvé dans un paysage qu’il ne s’attendait pas à voir à un mois de la date officielle d’entrée dans l’hiver! La photo qui suit a été prise à ce moment-là, et vous serez sans  aucun doute sensibles à la beauté de dentelle de ces branchages enneigés (en cliquant sur la photo vous obtiendrez un plus grand format), mais vous conviendrez aussi sans peine qu’il a eu raison de ne pas s’attarder loin du « Mesnil-Marie » quand il s’est rendu compte que la neige commençait à tenir sur la route…

Arbres enneigés

Et puis, ce que le Frère nous avait raconté samedi, à son retour, nous avons commencé à le voir chez nous dimanche soir à la tombée de la nuit.  L’épisode neigeux de la fin du mois d’octobre n’était rien en comparaison : de gros flocons tombaient en silence et eurent tôt fait d’ensevelir tout le hameau sous  environ 3 centimètres d’une trompeuse couverture… La neige donne en effet une impression de douceur ouatée – presque de chaleur – quand on la voit de loin, mais il faudrait être fou pour aller se coucher dedans en espérant être bien au sec et bien au chaud!!!

Lundi 24 au matin, conformément à mon habitude, j’ai voulu sortir à cette heure où ce n’est plus vraiment la nuit et où l’on ne peut pas encore dire que le jour est là… Mais je vous assure que je ne me suis pas attardé dehors : ce qui était tombé la veille formait une croute craquante et glacée. Je suis vite revenu miauler plaintivement à la vitre pour demander à Frère Maximilien-Marie s’il ne pouvait pas enlever cette vilaine chose. Il m’a répondu qu’il n’y pouvait rien, lui-même a toutefois chaussé de grosses chaussures fourrées et enfilé un manteaux pour aller faire des photos.

2008-65. Première offensive hivernale. dans Chronique de Lully 24novembre08019.vignette       Chlôris regarde tomber les flocons

(Le « Mesnil-Marie » enneigé & Chlôris à la fenêtre – cliquer pour agrandir)

Chlôris et moi, nous l’avons observé par la fenêtre puis, alors que le soleil surgissait au-dessus des crêtes et faisait tout étinceler, nous avons voulu aller jouer dehors ; mais nous en avons eu rapidement assez!

Néanmoins si, vous, vous aimez la neige ou si tout simplement vous voulez  voir un  petit reportage  photographique sur cette première offensive de l’hiver, vous pourrez cliquer ici > www.

Moi, je retourne ronronner dans la douce chaleur du poêle, en vous adressant mes plus amicales et félines salutations.

Lully.

Publié dans : Chronique de Lully |le 25 novembre, 2008 |2 Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

2 Commentaires Commenter.

  1. le 4 décembre 2008 à 17 h 52 min Angela écrit:

    Bien cher Lully,

    Merci à toi, et compliments à nos frères pour ces belles photos!
    J’espère que les plus mauvais moments sont derrière vous et que la maison sera assez douillette pour les mois prochains grâce à tous vos efforts et précautions.
    Meilleurs souhaits pour la santé de nos Frères et merci pour leurs prières et leur protection.
    Mille caresses à Chlôris et à toi Lully…
    Prenez bien soin de vous!

    Angela

  2. le 26 novembre 2008 à 6 h 26 min Synovie écrit:

    Que de belles lumières !!!
    Je l’ai déjà dit, mais je le répète : ce Mesnil est bénit par le Seigneur !

    Ioanna

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

A tempo di Blog |
Cehl Meeah |
le monde selon Darwicha |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | mythologie
| jamaa
| iletaitunefoi