2008-63. Le 18 novembre nous fêtons les Bienheureuses Visitandines de Madrid martyrisées en 1936.

Croix de la Bienheureuse Maria Cecilia

Croix de la Bienheureuse Maria-Cecilia, déformée par les balles de la fusillade

Rappel historique :

La monarchie espagnole a été abolie en 1931.
L’hostilité des républicains envers la religion  catholique va devenir de plus en plus virulente à partir de 1933, après des élections favorables à la gauche. Rapidement une législation anticléricale est instaurée : interdiction  faite aux religieux d’enseigner et d’avoir des activités leur permettant de vivre, suppression des jésuites… et déjà, des églises sont incendiées.
La gauche républicaine a mal calculé ; il faut peu connaître le peuple espagnol pour penser qu’il accepte cette violence anti-religieuse sans réaction : les élections de décembre 1933 ramènent au pouvoir une majorité de droite. Peut-être la crise aurait-elle pu être terminée si, à ce moment, des solutions inspirées du catholicisme social avaient été mises en œuvre :  il n’en est malheureusement rien et les conservateurs paralysent les plans de réforme nécessaires.

L’été 1934 voit éclater la « révolution des Asturies » : des prêtres et des religieuses sont assassinés.
La gauche, jusqu’alors dispersée, se regroupe en un « frente popular » qui arrive au pouvoir lors des élections de février 1936 : composé de communistes, de socialistes et d’anarchistes d’opinions souvent divergentes, ce front populaire trouve son unité dans un anti-catholicisme haineux, et cela bien que les évêques espagnols aient – au début – reconnu sa légitimité.
Les violences éclatent dès juin 1936 : ce gouvernement républicain de style révolutionnaire se lance dans une sanglante persécution qui va faire une foule de victimes en quelques semaines. Bien évidemment, tout le peuple ne soutient pas cette persécution, mais  la terreur est à l’ordre du jour : à la chambre, un député monarchiste proteste et, dès le lendemain – 14 juillet 1936 – , il est assassiné.

Les différents partis de droite, apeurés, se regroupent dans un parti unique : la « Phalange ». Désormais, tous les ingrédients sont prêts pour une guerre civile.
Le général Francisco Franco se révolte et lance, le 18 Juillet, l’ « Alziamento Nacional » (souvent traduit par « Mouvement national » alors que littéralement cela signifie : soulèvement national). Il est suivi par une grande partie de l’armée.
L’Espagne entre  alors dans une terrible guerre civile : les « républicains » (appelés aussi – et à juste titre – « rouges » car leur but est de faire de l’Espagne un état satellite de l’URSS), renforcés par des « brigades internationales », et les « nationalistes » (ou « franquistes »), aidés en finale par la Wehrmacht allemande et les fascistes italiens, vont s’affronter sans merci pendant trente-deux mois (1936-1938).

A la faveur de la guerre, les « rouges » se livrent à la plus grande persécution religieuse qu’ait jamais connu l’Espagne : à cause de sa brièveté dans le temps et de son intensité, c’est un ouragan révolutionnaire comparable à celui de la révolution française, qui s’abat sur toutes les régions où domine leur influence politique.
Sur la liste noire des personnes à abattre, les ecclésiastiques figurent en tout premier lieu.
Les exactions se multiplient : incendies de couvents, d’évêchés, d’églises, destruction du patrimoine artistique sacré… etc.
Les républicains procèdent à des exécutions massives, accompagnées d’une férocité inouïe. Malheureusement, il y eut aussi des violences injustifiées et condamnables dans l’autre parti.

On dénombre parmi les victimes : 13 évêques, 4184 prêtres, 2385 religieux, 283 religieuses et des milliers de fidèles laïcs.

Ceux que l’Église béatifie sont vraiment martyrs car ils ont été tués en haine de la Foi : ce ne sont pas de simples « victimes de guerre », car ils n’étaient pas engagés dans les combats, ni dans les luttes partisanes.
Le Pape Jean-Paul II a tenu à le préciser le 11 mars 2001 : « Les bienheureux qui sont élevés à l’honneur des autels n’étaient pas impliqués dans des luttes politiques ou idéologiques, et ne voulaient pas y entrer. (…) Ils ont vécu en aimant et sont morts en pardonnant ».

Autel où sont conservées les reliques des Sept Bienheureuses Visitandines Martyres

Autel dans lequel sont conservées les reliques des sept Bienheureuses

Les sept Visitandines Martyres :

Le premier monastère de la Visitation en Espagne fut établi à Madrid en 1748. C’est à cette communauté qu’appartiennent les sept martyres que l’on célèbre le 18 novembre.

Lorsque éclate la guerre civile, les  moniales Visitandines se rendent rapidement compte qu’il est dangereux de rester en ville et décident de se retirer dans un petit village de Navarre, Oronoz. Toutefois un groupe de sept religieuses va rester sur place parce que l’église du couvent est encore ouverte au culte.
Avant de partir, la Mère Supérieure leur prépare – en cas de danger – un appartement où elle pourront trouver refuge, à proximité du monastère. Sœur Marie du Refuge est désignée pour diriger cette petite communauté : en vraie Visitandine, elle anime le courage, la confiance et la foi des autres sœurs.
Toutes sont conscientes d’être exposées à des sévices et à la mort violente mais, dans la prière et le silence, elles intensifient le don généreux d’elles-mêmes qu’elles ont déjà fait à Dieu par leur profession monastique, et elles s’offrent pour que la grâce de la paix soit rendue à l’Eglise d’Espagne.

Le 18 juillet 1936, le monastère est attaqué, pillé, incendié…
Les Visitandines ont eu le temps de fuir, mais elles ne peuvent plus quitter l’appartement en sous-sol où elles sont réfugiées : il est devenu un minuscule couvent où l’on prie constamment pour l’Espagne. Quelques prêtres, lorsque cela est possible, leur rendent visite et célèbrent pour elles la Sainte Messe. Lorsque le risque est plus important ils s’abstiennent de venir, mais la sœur d’une des religieuses leur apporte la sainte communion.
Leur présence est connue de leurs voisins, qui les aiment… à l’exception de deux personnes qui habitent l’immeuble et qui vont les dénoncer par haine de la religion.
Une période d’incertitude et d’angoisse commence alors : les sœurs subissent plusieurs fouilles au cours desquelles elles sont insultées et dépouillées de leurs biens. Lors de la fouille du 17 novembre, les miliciens annoncent qu’ils reviendront le lendemain.
Sœur Marie du Refuge propose à ses soeurs de les conduire dans des consulats où elles seront hors d’atteinte. Mais la ferveur des Filles de Saint François de Sales est plus forte que la crainte de la mort et elles s’écrient : « Quelle joie, le martyre va arriver bientôt! (…) Si l’Espagne doit être sauvée en versant notre sang, que ce soit le plus tôt possible!« 
Elles passent la nuit à prier.

Le 18 novembre 1936, vers 19h, une patrouille de la F.A.I (Fédération Anarchiste Ibérique) fait irruption dans l’appartement. On oblige toutes les religieuses à sortir, même Sœur Maria-Inès, malade, atteinte d’une forte fièvre.
Dans la rue on entend les cris de la populace. En voyant les Sœurs faire le signe de croix, une voix s’élève : « C’est ici qu’il faut les tuer, car se signer est une provocation! »
La sérénité des moniales contraste avec ce vacarme.
Elles sont fusillées quelques minutes plus tard, se tenant toutes par la main.

Cependant la plus jeune des religieuses – Soeur Maria-Cecilia, âgée de 26 ans – ne fut pas  atteinte par les balles et, prise de panique, lâchant la main de la soeur morte à côté d’elle, elle partit en courant dans la nuit. Un peu plus loin, croisant des policiers et reprenant courage, elle leur cria : « Je suis l’une des religieuses… »
Elle fut à nouveau arrêtée et on la conduisit dans l’une des innombrables prisons improvisées de la ville, dans lesquelles siégeaient des « tribunaux populaires ». Interrogée, elle témoigna sans faiblir de son identité et de sa foi et fut condamnée à mort.
On la fusilla au matin du 23 novembre, avec une autre femme et une dizaine de jeunes gens, contre un mur du cimetière. On peut donc dire qu’elle a subi le martyre à deux reprises.
Son corps, jeté dans une fosse commune, put être identifié, après la guerre, grâce à sa croix de Visitandine, tordue par les balles (vous pouvez en voir une photographie au commencement de cet article)
.

Ces 7 Bienheureuses Visitandines sont :
1) Sœur Marie du Refuge (Maria-Gabriela) de Hinojasa y Naveros, qui était née le 24 juillet 1872 à Alhama (Grenade) et était la responsable du groupe ;
2) Sœur Josefa-Maria (Maria del Carmen) Barrera y Izaguirre, née le 23 mai 1881 à El Ferrol (La Coruna) ;
3) Sœur Teresia-Maria (Laura) Cavestany y Anduaga, née le 30 juillet 1888 à Puerto Real (Cadix) ;
4) Sœur Maria-Angela (Martina) Olaizola y Garagarça, née le 12 novembre 1893 à Azpeitia (Guipuzcoa) ;
5) Sœur Maria-Engracia (Josepha-Joachima) Lecuona y Aramburu, née le 02 juillet 1897 à Oyarzun (Guipuzcoa) ;
6) Sœur Maria-Inès (Agnès) Zudaire y Galdeano, née le 28 janvier 1900 à Echavarri (Navarre) ;
7) Sœur Maria-Cecilia (Maria-Félicité) Cendoya y Araquistain, née le 10 janvier 1910 à Azpeitia (Guipuzcoa), celle qui fut exécutée le 23 novembre.

Elles ont été béatifiées, à Rome, le 10 mai 1998.

Publié dans : De liturgia, Nos amis les Saints |le 17 novembre, 2008 |5 Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

5 Commentaires Commenter.

  1. le 19 novembre 2019 à 18 h 37 min Jean-Michel J. écrit:

    Saintes martyres priez pour nous!

  2. le 10 juillet 2016 à 15 h 49 min Klp écrit:

    Les Bienheureuses Martyres Visitandines de Madrid, priez pour la bonne santé mentale et physique de mon fils François! Priez pour la paix du monde! Amen

  3. le 18 novembre 2013 à 13 h 13 min Jacqueline M. écrit:

    Grand merci pour ce bel article qui me permet une nouvelle fois d’apprendre !
    J’ai appelé ma fille Cécilia… maintenant je pourrai faire référence à sœur Maria-Cécilia.
    Très cordialement.

  4. le 18 novembre 2010 à 7 h 34 min Anne écrit:

    Merci infiniment pour ce très bon article!

  5. le 19 novembre 2008 à 23 h 34 min Labûche écrit:

    Un témoignage très émouvant.

    Merci pour le rappel de ces évènements.

    L.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

A tempo di Blog |
Cehl Meeah |
le monde selon Darwicha |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | mythologie
| jamaa
| iletaitunefoi