2008-62. Terrassement et livraison de bois.

Jeudi soir 13 novembre 2008.

Chers Amis du « Refuge Notre-Dame de Compassion« ,

Il y a dix jours (cf. www) je vous avais fait le compte-rendu des aventures aquatiques de notre « Mesnil-Marie » à l’occasion de cet « épisode cévenol » (le vétérinaire qui s’occupe de Chlôris et de moi-même a employé cette expression et je l’ai bien retenue) particulièrement violent qui s’est abattu sur notre région au moment de la Toussaint.

Monsieur Opsilos avait ajouté un commentaire à mon récit dans lequel il écrivait: « Urgence drainage! » Les chats et le Frère en sont parfaitement convaincus, mais il y a des choses qui ne dépendent pas d’eux. Le problème réside en premier lieu dans le fait que ces pluies, qui ont duré pendant pratiquement douze jours, ont bien évidemment mis en retard les menuisiers-couvreurs qui doivent intervenir sur notre toiture pour la réviser et mettre en place l’isolation ; or ils ne peuvent commencer chez nous que lorsqu’ils auront terminé la toiture sur laquelle ils travaillent actuellement… En deuxième lieu, on peut dire qu’il en est de même pour l’entrepreneur de maçonnerie qui doit venir achever les travaux d’écoulement des eaux : lui aussi, en raison du mauvais temps, a accumulé du retard sur les chantiers qui précèdent le nôtre dans son calendrier. En troisième lieu, le plombier ne pourra poser les chenaux et les gouttières que lorsque les deux artisans précédemment cités auront achevé leur travail… Une fois que ces trois étapes auront été franchies, un grand pas en avant aura été fait pour la mise hors d’eau de notre « Mesnil-Marie« . Frère Maximilien-Marie dit avec un brin d’ironie qu’il fait du harcèlement moral auprès des artisans parce qu’il se rappelle régulièrement « à leur bon souvenir« ! Nous avons maintenant bon espoir que ces travaux soient entrepris avant la fin du mois de novembre, mais je compte sur vos prières pour que de nouvelles pluies ne viennent pas mettre de nouveaux délais à leur mise en oeuvre.

En attendant, un de nos voisins – Bruno – , voyant que Frère Maximilien-Marie  – très affaibli par deux virus – est contraint à beaucoup de repos et ne doit pas faire d’efforts physiques), s’est généreusement offert pour venir pendant plusieurs jours piocher le long du mur de l’ancienne étable, dont je vous disais que les siècles avaient accumulé contre lui un tas de terre et de pierres, responsable des infiltrations qui se font à travers le mur. Nous ne pouvons donc que remercier chaleureusement notre ami Bruno pour son esprit de service et la générosité avec laquelle il s’est donné à ce travail pénible.

Travaux le long du mur ouest

Vous avez ci-dessus une juxtaposition de trois clichés qui vous montrent cette précieuse avancée (vous pouvez cliquer sur l’image pour la voir en grand) : 1) à gauche, une vue prise au mois d’août juste avant le premier coup de pioche : vous voyez l’amas de terre, soutenu par un muret de pierre sèches, et le frêne que l’on aperçoit au sommet plonge des racines dans l’épaisseur même du mur de la maison! 2) au centre, un cliché qui montre le travail commencé par Frère Maximilien-Marie : le frêne a été coupé et une partie de la terre et des pierres a été enlevée ; le rocher sur lequel la maison est édifiée commence à apparaître juste à côté de la pierre d’angle. 3) à droite, une photo prise après le travail de Bruno : le mur est dégagé jusqu’au rocher sur lequel il s’appuie et on voit sur les pierres les traces de la terre enlevée ; on aperçoit aussi dans le mur les restes du tronc du frêne!

J’ai encore une autre photographie à vous montrer ce soir : celle de la grosse livraison de bois de chauffage qui nous a été faite le jeudi 6 novembre. Cela n’a pas été facile de trouver un important stock de bois sec (de préférence du hêtre) et Frère Maximilien-Marie avait dû passer de nombreux appels téléphoniques. Déjà une première livraison avait pu être faite à la fin septembre mais bien insuffisante pour passer toute la mauvaise saison. Maintenant nous devrions être tranquilles. Néanmoins, comme vous le voyez, le camion n’a évidemment pas pu venir jusqu’à la maison : sa manoeuvre était rendue encore plus malaisée qu’à l’accoutumée parce que les grosses pluies avaient détrempé et raviné le chemin. Il est donc monté à reculons aussi haut qu’il l’a pu et il a tout déversé dans le chemin, à charge pour notre Frère d’achever le transport jusqu’à la maison!

2008-62. Terrassement et livraison de bois. dans Chronique de Lully dsc02950

Enfin, vous le voyez, malgré les ralentissements imposés d’un côté par les intempéries et de l’autre par l’état de santé de Frère Maximilien-Marie, il y a quand même des choses qui avancent : dans quelques jours je reviendrai pour vous parler de nos fenêtres, mais pour le moment Chlôris et moi devons aller nous mettre à l’affut d’une vilaine souris qui vient, sans autorisation et sans gêne, faire ses courses dans la réserve de farine destinée à la préparation du pain : cela ne peut durer!

Lully chasseur

Je vous salue donc avec toute ma féline majesté et vous assure de la prière de Frère Maximilien-Marie à vos intentions.

Lully.

Publié dans : Chronique de Lully |le 13 novembre, 2008 |4 Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

4 Commentaires Commenter.

  1. le 14 novembre 2008 à 23 h 09 min Clara écrit:

    Cher Lully,
    Comme il me tarde que le Mesnil-Marie soit hors d’eau et qu’ainsi vous tous soyez bien au sec à l’abri.
    Lully, la petite souris n’est pas vilaine, elle est coquine : il faut lui dire que ce ne sont pas ses provisions et que, par conséquent, elle ne doit pas y toucher ; peut-être qu’elle veut tout simplement jouer avec toi et Chlôris… Ici quand on oiseau tombe à l’intérieur par la cheminée, Voyou et Zen veulent jouer avec lui et nous devons vite le faire se sauver par une fenêtre.
    Nous pensons beaucoup à vous tous et vous assurons de nos prières.
    Donc, Lully et Chlôris, continuez à bien tenir compagnie aux Frères et à leur donner toute votre affection.
    Amicalement…. patte-patte — ron ron — ron ron

  2. le 14 novembre 2008 à 11 h 13 min Emmanuelle écrit:

    Bonjour Lully et Chloris,

    je vous enverrai bientôt des photos de nos nouveaux compagnons « Velours » et « Mounette », deux magnifiques chatons gris arrivés à la maison suite à la perte tragique de notre chère Artémis, le 15 octobre, qui a eu l’horrible idée de se jeter sous les roues de ma voiture au moment où je partais le matin dans la nuit…
    Je suis absolument et totalement admirative de votre courage à tous pour faire face à ces obstacles ! Sachez que mes prières les plus chaleureuses et les plus encourageantes vont vers vous, mes chers amis.
    Je ne vous oublie pas et ne désespère pas de venir vous voir un jour…
    Je vous embrasse tous très fort.

    Emmanuelle

    Réponse de Lully :

    Chère Emmanuelle,

    Chlôris ne sait pas encore écrire, mais elle est à côté de moi pour vous dire à quel point l’annonce de la mort tragique d’Artémis nous rend tristes… Nous espérons que « Velours » et « Mounette » (dont nous avons bien reçu les photos : ce sont deux chatons magnifiques!) vous comblent de joies et de câlins pour vous faire oublier cette tragédie! Nous vous et leur adressons des ron-ron très fraternels et nous vous transmettons les sentiments très amicaux des Frères.

    Chlôris et Lully.

  3. le 14 novembre 2008 à 4 h 36 min Opsilos écrit:

    Apparemment, d’après la photo, cette livraison à été faite en un mètre de long.
    J’espère que vous avez une tronçonneuse pour couper ce bois si précieux.
    Amicalement.

    Réponse de Lully :

    Non, non! Monsieur Opsilos, soyez sans crainte, les bûches mesurent 50 cm de longueur et non un mètre : il n’est pas nécessaire de les recouper!

  4. le 13 novembre 2008 à 23 h 51 min Isabelle écrit:

    Cher Lully,

    Un grand bravo aux Frères, qui sont très courageux.
    J’espère que la santé de Frère Maximilien-Marie, va se rétablir assez rapidement, car il n’avait pas besoin de ça.
    Quant à Frère François-Marie, qu’il continue à faire la rééducation pour que son bras puisse reprendre une activité normale. Tu lui feras part du courrier que j’ai reçu de sa maman et qui m’a fait plaisir.

    Caresses à Toi, à Chlôris et nos amitiés aux Frères.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

A tempo di Blog |
Cehl Meeah |
le monde selon Darwicha |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | mythologie
| jamaa
| iletaitunefoi