2008-31. Où l’on vérifie la vérité de la devise des Chartreux : « La Croix demeure tandis que le monde tourne ».

Samedi soir 21 juin 2008.

Croix de chataîgnier

Oui, je le sais, la photo que je mets en ligne sur ce blogue ce soir n’est pas fameuse, mais il m’a été difficile de faire mieux : je ne disposais que d’un téléphone cellulaire pour prendre cette Croix en photo, et la lumière d’un soleil éclatant (pourtant grandement apprécié) « aplatissait » toutes les couleurs… Mais si je tiens à vous la montrer, c’est parce que ce crucifix a une grande importance aux yeux de Frère Maximilien-Marie et qu’il tenait vraiment à ce que ce soit la première croix accrochée aux murs de notre nouvelle maison : ce qui fut fait hier, vendredi 20 juin.

Pourquoi cette croix? Parce qu’elle a toute une histoire… une histoire qui touche profondément Frère Maximilien-Marie et que je vais vous raconter à mon tour : cela ne me sera pas difficile parce que cette histoire se trouve consignée sur un billet rédigé avec une écriture appliquée qui accompagne cette croix.

Les arrières-grands-parents paternels de Frère Maximilien-Marie s’étaient vu remettre un crucifix par les RR.PP. Assomptionistes, au moment des lois anti-catholiques de la fin du XIXème siècle et du début du XXème siècle, quand ils furent expulsés du séminaire qu’ils tenaient à Grâne (Drôme). Ce crucifix échut ensuite au grand’père paternel de Frère Maximilien-Marie.

Le 10 avril 1979, la maison où les grands parents de Frère Maximilien-Marie s’étaient retirés, dans cette région du Vivarais qu’on nomme les Boutières, fut ravagée par un incendie. Dans les décombres, on retrouva le Christ – tout rouillé mais entier – et le grand’père de Frère Maximilien-Marie retailla pour lui une croix dans une poutre de châtaignier aux trois quarts brûlée provenant de l’ancienne charpente de sa maison, puis en 1981 il l’offrit à son petit-fils à l’occasion de son entrée au noviciat en disant : « Elle avait été donnée par un ordre religieux et elle retourne dans un autre ordre religieux après avoir accompagné notre famille dans tous ses déménagements pendant 78 ans« 

Lorsque Frère Maximilien-Marie bénéficia d’un indult d’exclaustration (c’est-à-dire la permission de quitter sa communauté de profession sans être relevé de ses voeux) en raison des graves problèmes survenus dans cette communauté, il emporta bien évidemment cette croix qui l’a suivie depuis lors dans ses déplacements et qu’il a souvent regardée dans les moments difficiles qu’il dut affronter avant de pouvoir commencer le « Refuge Notre-Dame de Compassion« . Frère Maximilien-Marie a attendu ce vendredi 20 juin pour l’accrocher au mur de la salle commune, parce que – depuis hier où l’acte de vente a été signé – la nouvelle maison est désormais tout à fait régulièrement et officiellement la propriété de l’association « Refuge Notre-Dame de Compassion » qu’il a fondée.

« Stat Crux, dum volvitur orbis » dit la devise des Chartreux. Cela peut se traduire ainsi : « La Croix demeure tandis que le monde tourne ». Cette histoire n’en est-elle pas une humble mais bien émouvante illustration? 

Lully.

Publié dans : Chronique de Lully |le 21 juin, 2008 |1 Commentaire »

Vous pouvez laisser une réponse.

1 Commentaire Commenter.

  1. le 22 juin 2008 à 12 h 54 min Sophie écrit:

    Merci, Lully, pour cette belle histoire !
    Bon dimanche à tous, et longue vie au Refuge à l’ombre de cette croix vénérable…
    Sophie

Laisser un commentaire

A tempo di Blog |
Cehl Meeah |
le monde selon Darwicha |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | mythologie
| jamaa
| iletaitunefoi