2007-39. De la couronne de l’Avent

Jeudi avant le premier dimanche de l’Avent.

Aujourd’hui, Frère Maximilien-Marie m’a demandé de l’accompagner au grenier pour aller chercher ce qu’il faut pour préparer la couronne de l’Avent. Pendant qu’il déballait les cartons où tout est soigneusement emballé et rangé, il m’a parlé de cette période préparatoire à l’avènement du Rédempteur, qui va commencer samedi à la tombée du jour, par les premières vêpres du premier dimanche de l’Avent, et il m’a expliqué le sens de cette couronne.
J’ai ouvert tout grand mes oreilles, de manière à pouvoir vous répéter l’essentiel de ses explications.

La coutume de la couronne de l’Avent est née il y a très longtemps, dans les pays rhénans… au XVIème siècle, si je me souviens bien.

La forme circulaire de la couronne représente le cycle de la liturgie, dont les fêtes nous reviennent chaque année ; le cercle est aussi un très ancien symbole pour représenter l’éternité. Pour les fidèles, cela symbolise également le fait que Jésus – qui est déjà venu dans le monde – reviendra, et que l’Avent n’est donc pas seulement la préparation de la joyeuse célébration d’un anniversaire (un événement appartenant au passé), mais également l’attente du retour glorieux du Christ, vers lequel leurs coeurs sont tendus.
Le cercle, qui n’a ni commencement ni fin, représente encore les efforts continuels, sans cesse renouvelés, jamais interrompus, que les chrétiens doivent accomplir pour être toujours prêts pour cet avènement, comme l’enseignement des paraboles de Jésus le leur demande.

La couleur verte de la couronne, celle du sapin ou du pin, représente elle aussi l’éternité puisque ce sont des arbres qui ne perdent pas leur feuillage quand vient l’hiver, et qui suggèrent donc une permanence, la durée, la non-mortalité..

Le vert est également couleur d’espérance : à l’image de ces arbres qui, restant verts, ne semblent pas entrer comme les autres dans le « sommeil hivernal », nous ne devons jamais cesser de veiller et de prier, nous devons toujours être revêtus de la grâce, ne pas être dépouillés de vertus.

Sur la couronne, on dispose quatre bougies pour représenter les quatre dimanches préparatoires à Noël, qui marquent quatre étapes spirituelles.
Chaque dimanche on en allume une de plus. Ainsi, plus la fête approche et plus il y a de lumière.
Cela nous rappelle que Jésus est la Lumière du monde, « Lux mundi », et que son avènement dissipe les ténèbres de nos coeurs. On peut ajouter bien sûr quelques autres éléments décoratifs à la couronne, mais l’essentiel est là.

Allez, je ne vais pas vous distraire davantage, il faut que je vous laisse aller préparer votre couronne de l’Avent.

Lully.                                

Couronne de l'Avent

Voir aussi :
- Lully dirige la préparation de la couronne de l’Avent > www
- la spiritualité de l’Avent > www
- la B.D. « Tendus vers Son Avènement » > www

Publié dans : Chronique de Lully, De liturgia |le 29 novembre, 2007 |4 Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

4 Commentaires Commenter.

  1. le 28 novembre 2014 à 18 h 25 min Jacqueline M. écrit:

    La couronne est prête chez nous.
    La crèche sera en place, comme toutes les années pour le premier Dimanche de l’Avent.
    Lors du catéchisme de la semaine prochaine une place sera réservée également à l’explication de la symbolique de l’Avent !
    Merci, Lully, pour ce rappel.

  2. le 27 novembre 2010 à 10 h 56 min Jean-Paul L. écrit:

    Merci beaucoup pour ce rappel, Lully!
    Amicalement.

  3. le 26 novembre 2010 à 21 h 43 min Béatrice écrit:

    Merci Lully!
    Mon amie m’avait donné (maintenant ça me revient) l’explication avec le mot « Venue » ! ! !
    Mais je suis très contente d’avoir en plus les autres explications.
    Vous êtes un chat très érudit, Lully (comme frère Maximilien)!
    Je vous remercie encore une fois.
    Votre amie Béa

  4. le 26 novembre 2010 à 20 h 59 min Béatrice écrit:

    Bonsoir Lully,
    Je vous remercie une nouvelle fois pour toutes ces explications !!!
    Notre couronne de l’Avent est prête, il faut jusque que l’on rachète des bougies
    J’ai une amie qui m’avait expliquée pourquoi on écrivez Avent avec un E et non un A, mais j’ai oublié, quelle tête de linotte je suis!!
    Peut-être pouvez-vous me donner l’explication?
    je vous embrasse
    Votre Béa

    Réponse de Lully:

    Chère Béatrice
    beaucoup de personnes croient que le mot « Avent » est le même que l’adverbe « avant », mais c’est une erreur.
    Le mot français « Avent » dérive d’un mot latin (comme un grand nombre de mots français d’ailleurs) qui est « adventum », qui signifie : la venue. Ce même mot latin a donné un autre mot français qui a sensiblement le même sens : avènement.
    C’est l’étymologie qui permet de comprendre l’orthographe de ce mot.
    L’Avent conjugue l’attente de trois venues du Sauveur car c’est le temps 1) où l’on se remémore tous les préparatifs de son avènement dans la chair, il y a plus de 2000 ans, mais aussi 2) c’est un temps de préparation à sa venue glorieuse à la fin des temps, et enfin c’est 3) un temps où on approfondit le mystère de sa venue dans les âmes par la grâce.
    Je vous souhaite donc un très bon et fervent temps de l’Avent.

    Lully

Laisser un commentaire

A tempo di Blog |
Cehl Meeah |
le monde selon Darwicha |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | mythologie
| jamaa
| iletaitunefoi