2007-30. Des Saints et des animaux (3ème partie).

Le Ciel avait donc déjà vu l’arrivée du chien de Saint Roch, des Saint-Bernard qui portent le nom de Saint Bernard de Menthon, des oiseaux qui avaient été attentifs à la prédication de Saint François d’Assise, des moutons, brebis et agneaux des Saintes Solange et Germaine, dont les revendications avaient été soutenues par Saint Jean-Baptiste, de la mule de Saint Antoine de Padoue, des cerfs de Saint Hubert et de Saint Eustache, de la biche de Saint Gilles…

Mais vous pensez bien que les choses n’allaient pas en rester là.

On vit donc Sainte Scholastique et Saint Grégoire le Grand venir demander l’introduction des colombes avec lesquelles ils sont toujours représentés ; et le Bon Dieu les prit dans son Paradis.
Saint Benoît de Nursie, Saint Paul ermite et le Saint Prophète Elie vinrent tout de suite après pour plaider la cause des corbeaux qui les avaient nourris dans leurs déserts ; et le Bon Dieu les prit dans son Paradis.
Puis Saint Antoine le Grand, qui avait suivi Saint Paul ermite avec lequel il était ami, demanda bien sûr qu’on reçoive son célèbre cochon ; Balaam, revenu de son aveuglement et voulant réparer l’injustice avec laquelle il l’avait traitée, sollicita l’admission de son ânesse ; Saint Jérôme intercéda en faveur de son lion et Saint Martin de Porrès pour ses souris ; Saint Jean l’Evangéliste proposa son aigle et Sainte Oringa le lièvre qui la guidait la nuit ; Saint Joseph suggéra l’introduction du Saint Âne et du Saint Boeuf de Bethléem – ce n’était que justice! – , ce que voyant les Saints Rois Gaspard, Melchior et Balthazar obtinrent de faire entrer leurs caravanes de chameaux et de dromadaires que les Saintes Ecritures avaient magnifiquement prophétisées comme signe de la Jérusalem messiannique…
Et le Bon Dieu les prit tous dans son paradis.
Saint Corbinien fit accepter l’ours qui avait tué sa monture et l’avait ensuite remplacée, en arguant du fait que cet ours figurerait un jour dans les armoiries d’un Souverain Pontife ; et le Bon Dieu le prit donc lui aussi dans son Paradis.

Armoiries de Benoît XVI

Le vieux Noé se frottait les mains d’enthousiasme. Vraiment, il semblait avoir pris une nouvelle jeunesse et, pour l’organisation et l’entretien de toute cette ménagerie, il avait formé une joyeuse cohorte d’angelots.

Saint François d’Assise et Saint Antoine de Padoue tentèrent alors une seconde chance : le premier pour faire admettre le fameux loup de Gubbio (n’a-t-il pas une place de choix dans le scoutisme catholique puisqu’il est le « saint patron » de tous les louveteaux et louvettes?), et le second pour demander si – après tout – on ne pourrait pas creuser un grand étang céleste pour y placer les poissons du littoral de Rimini qui étaient accourus afin d’entendre sa prédication…
Et le Bon Dieu, bien sûr, acquiesça et les prit dans son Paradis.

Le bon Saint Pierre avait alors senti vibrer sa fibre professionnelle et il se voyait déjà, pendant ses RTT, au bord de l’étang une canne à pêche à la main et un grand chapeau de paille sur la tête…

Mais l’arrivée de Saint Brendan et de Saint Malo jeta le trouble dans sa paisible rêverie : vous savez peut-être (mais peut-être aussi ne le savez-vous pas?) que Saint Brendan est l’un de ces intrépides moines irlandais qui vécut à la fin du Vème siècle et au début du VIème siècle ; avec son disciple et ami, Saint Malo – appelé aussi Maclou ou Machut – , il parcourut les mers (certains historiens très sérieux pensent même qu’il découvrit l’Amérique) et il lui arriva une aventure véritablement… formidable!

En effet, étant en mer avec quelques autres moines, Saint Brendan et Saint Malo, parce que c’était le Saint Jour de Pâques souhaitaient pouvoir célébrer la Sainte Messe : mais l’exigüité de leur fragile esquif ballotté sur les flots ne permettait évidemment pas de le faire à bord. Ils cherchaient donc une terre pour accoster… et virent justement un îlot dénudé sur lequel ils descendirent, dressèrent un autel et chantèrent joyeusement la Messe de la Résurrection : « Haes dies quam fecit Dominus, exultemus et laetemur in ea, alleluia! » Toutefois, vers la fin de l’office, les bons moines furent effrayés en constatant que l’îlot bougeait. Regagnant à la hâte leur embarcation, ils n’eurent que le temps de dire « ouf! » car ce qu’ils avaient pris pour une petite île n’était rien d’autre qu’une baleine qui faisait la sieste et que l’allégresse pascale avait réveillée!
Bref, Saint Brendan et Saint Malo demandaient que le mammifère marin qui leur avait permis de célébrer la Sainte Messe de Pâques, soit à son tour admis au Ciel : il suffirait juste d’agrandir un peu le bassin creusé pour les poissons de Saint Antoine, et la baleine serait très justement récompensée d’avoir prêté non pas le flanc mais un dos hospitalier à la célébration du plus auguste des mystères!
Le prophète Jonas, toujours un peu porté à la ralerie, n’était pas des plus enthousiastes à la pensée de l’arrivée d’une baleine, mais le Bon Dieu n’en fit pas cas et il la prit aussi dans son Paradis.

Saint Malo

(à suivre > ici)

Publié dans : Chronique de Lully, Nos amis les Saints |le 6 novembre, 2007 |1 Commentaire »

Vous pouvez laisser une réponse.

1 Commentaire Commenter.

  1. le 9 novembre 2007 à 9 h 30 min Sophie écrit:

    Ah je ne passe pas ma vie à consulter ton blog, mon cher Lully, mais je m’aperçois ce matin que j’ai grand tort. Cette 3ème partie sur les saints et les animaux – j’ai raté les deux premières, pauvre de moi, je suis bonne pour faire des recherches maintenant… cette 3ème partie donc m’a ravie-enchantée ! Un petit air de paradis, ça fait du bien tôt matin, surtout avec ce ciel blanc sale de novembre… que vient tout de même de traverser un corbeau, cette noire graine de saint dont j’aime tant le cri un peu sauvage, un peu impertinent. Dans un genre différent (quoiqu’ils aient en commun de porter le noir avec élégance, comme tous les animaux d’ailleurs – qu’entends-je ? tu ronronnes ?), j’ai une affection particulière pour les baleines, depuis aussi loin (…) que mon enfance. Je connaissais l’histoire de saint Brendan et de sa Messe à dos de baleine, je l’aime tant que je veux en faire un conte, merci de me le rappeler (il y a tellement de choses que je veux faire que j’en oublie à chaque instant la moitié). Sur ce, je m’y mets : à faire des choses, la journée commence, je te salue cher Lully et te souhaite une heureuse journée au coin du feu (ô doux hiver, clément aux petites graines de saintes grises qui vivent sur tes terres…)
    Sophie, ta fidèle fan à deux pattes (nul n’est parfait)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

A tempo di Blog |
Cehl Meeah |
le monde selon Darwicha |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | mythologie
| jamaa
| iletaitunefoi