2007-25. Des Saints et des animaux (1ère partie).

« Gaudeamus omnes in Domino! Réjouissons nous tous dans le Seigneur! »

Saints (Fra Angelico)

Jeudi 1er Novembre 2007.

Toute la Sainte Eglise est dans une jubilation incomparable aujourd’hui en contemplant la gloire dont est revêtue la multitude de ses enfants (« une foule immense que nul ne pouvait dénombrer », comme le disait l’épître de la Messe – Apoc. VII,9) qui sont parvenus dans la Patrie céleste.

Frère Maximilien-Marie m’a expliqué qu’aucune représentation n’était véritablement apte à donner une idée juste du Ciel et de la béatitude dans laquelle sont plongés ceux qui y ont été introduits après leur passage sur cette terre.

Mais moi, je me demandais si les petits chats pourront aussi aller au Ciel et être heureux avec le Bon Dieu (car le Dieu qui a créé les hommes est aussi le Dieu qui a créé les chats, ainsi d’ailleurs que tous les autres animaux…) et j’ai donc interrogé mon papa à ce sujet. Comme toujours, il ne m’a pas répondu directement, mais il m’a raconté une belle histoire comme j’aime beaucoup les entendre. Je vais la retranscrire pour vous, mais je vous préviens tout de suite: je ne le ferai pas en une seule fois. Cela fera un peu comme un feuilleton pendant l’octave de la Toussaint…

* * * * * * *

Cette histoire commence le 16 août 1378, jour où s’éteignit – méconnu et méprisé – dans un cachot obscur, le glorieux Saint Roch. Son âme était si belle et si pure que Roch monta directement au Ciel…

- Toc, toc, toc!
Il frappa avec beaucoup de douceur et d’humilité à la grande porte du Paradis. Saint Pierre entrouvrit l’huis avec prudence et jeta un oeil sourcilleux ; parce qu’en effet il y a beaucoup de personnes qui voudraient entrer au Ciel sans être vraiment prêtes, il lui faut être très vigilant. Mais, reconnaissant Saint Roch, son visage s’illumina et il ouvrit la porte toute grande :
- Entrez, entrez, cher saint Roch! On m’avait annoncé votre arrivée. Je vous attendais : j’étais justement en train d’achever la page de mon grand registre qui attestera de votre arrivée. Voilà, voilà : vous n’avez plus qu’à signer ici… Très bien! Et maintenant, je vais vous conduire moi-même jusqu’à votre appartement. Avez-vous des bagages? Oh! Mais, heu… heu…

Saint Pierre n’acheva pas sa phrase. Il était bouche bée et roulait des yeux hallucinés car en jetant un oeil machinal auprès de Saint Roch pour voir s’il y avait quelque bagage à faire prendre par un ange-groom, il venait d’apercevoir aux pieds du Saint – oh, stupéfaction! – un ravissant petit chien. Il toussota et se gratta le sommet du crâne avec sa grande clef, ce qui était chez lui le signe d’une grande perplexité. Enfin il articula :
- Heu, heu! Je ne voudrais pas vous faire de la peine, cher Saint Roch, mais il est absolument impossible, je dis bien im-pos-si-ble, de faire entrer un chien dans le Paradis… Le Paradis est fait pour les anges, qui sont de purs esprits, et pour les hommes, qui ont une âme immortelle… Les anges et les hommes peuvent donc, en raison de cela, contempler Dieu et participer à sa béatitude, ce qui est l’essence même de la vie du Paradis… Heu, heu! Mais un chien… un chien, fut-ce le vôtre, cher Saint Roch! Un chien, dis-je, n’a pas d’âme spirituelle qui puisse revêtir l’immortalité… Tous les enfants qui apprennent bien leur catéchisme le savent ; et vous aussi, vous le savez...

Saint Pierre s’interrompit en remarquant une détermination inébranlable dans les yeux de Saint Roch :
- Mais enfin, grand Saint Pierre, dit le saint pèlerin avec une voix pénétrée d’une irrésistible humilité, vous connaissez ma vie : vous savez bien quel rôle a joué ce chien auprès de moi, et vous savez très bien aussi que cet animal m’a été envoyé par Dieu Lui-même pour m’assister lorsque j’étais souffrant de la peste, seul au fond des bois. D’ailleurs cet aimable compagnon n’est-il pas désormais, pour tous les fidèles qui cherchent ma statue ou mon image dans les églises, le moyen voulu par la divine Providence pour m’identifier? N’est-ce pas la volonté de Dieu Notre-Seigneur que je sois à jamais accompagné par mon chien? Réfléchissez bien : si la Sainte Eglise militante, dont vous fûtes le premier Pape, autorise que mon image soit figurée avec ce chien à l’intérieur de ses temples, il n’est pas possible que dans la réalité de l’Eglise triomphante je sois privé de sa compagnie, ce serait sinon une incohérence, voire une injustice… et cela ne se peut! Si Saint Roch est représenté avec son petit chien sur toutes les images et statues que l’Eglise de la terre propose à la vénération des fidèles, il faut nécessairement que ce même chien, vivant, accompagne Saint Roch, vivant de la vie céleste!

Saint Pierre était de plus en plus perplexe et ne savait plus que dire. Il planta là le bon Saint Roch et s’en fut à toutes jambes vers le bureau du Bon Dieu… Il frappa avec fébrilité à la porte de la salle du trône divin, se précipita en entendant les Trois Personnes de la Sainte Trinité répondre « Entrez! » d’une seule voix, bouscula deux ou trois chérubins qui voletaient devant lui, se prit les pieds dans une ondulation du tapis de nuages, se redressa in extremis, mais finalement trébucha en faisant sa triple génuflexion. Il lui fallut donc reprendre son souffle en haletant avant de pouvoir exposer au Dieu trois fois saint le problème inédit que provoquait l’arrivée de Saint Roch.

Le Bon Dieu écouta avec beaucoup d’attention ; il souriait avec un sourire que Saint Pierre ne lui avait encore jamais vu. Il ne prit même pas le temps de réflexion, puisqu’il déclara aussitôt la fin de l’exposé de Saint Pierre :
- Hé bien, il me semble qu’en effet l’argumentation de notre cher Saint Roch est tout à fait valable. Point n’est donc besoin d’aller chercher l’avis de Saint Thomas d’Aquin. Je l’avais fait comprendre déjà aux rédacteurs inspirés de l’Ancien Testament : Je n’ai de mépris pour aucune de mes créatures et Je suis glorifié en chacune d’entre elles, lors même qu’elles sont des êtres inanimés, des phénomènes météorologiques ou des animaux. Il me plaît donc que Saint Roch entre au Ciel avec son ravissant petit chien… Va vite les faire entrer tous les deux et n’oublie pas de demander aux anges de la cuisine de lui préparer un bel os à moëlle!…

St Roch

Et c’est ainsi que le glorieux Saint Roch entra au Ciel avec son chien, et tous les choeurs des anges chantèrent :

Oeuvres du Seigneur, bénissez toutes le Seigneur :
Louez-Le et exaltez-Le à jamais!

Anges du Seigneur, bénissez le Seigneur :
Louez-Le et exaltez-Le à jamais!

Que la terre bénisse le Seigneur :
Qu’elle Le loue et L’exalte à jamais!

Monstres marins et tout ce qui s’agite dans les eaux,
Bénissez le Seigneur!
Louez-Le et exaltez-Le à jamais!

Oiseaux du Ciel, bénissez le Seigneur!
Louez-Le et exaltez-Le à jamais!

Bêtes sauvages et troupeaux, bénissez le Seigneur!
Louez-Le et exaltez-Le à jamais!

Enfants des hommes, bénissez le Seigneur!
Louez-Le et exaltez-Le à jamais!

(d’après Daniel III, 57 & sq)

(à suivre, ici > www)

Publié dans : Chronique de Lully, Nos amis les Saints |le 1 novembre, 2007 |3 Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

3 Commentaires Commenter.

  1. le 4 novembre 2013 à 22 h 15 min Luciani écrit:

    Cher Lully, le papa de Nielluccia sait maintenant que sa fille est au paradis des chats et qu’elle y goûte le bonheur des chats. Merci de me l’avoir fait savoir. Je m’inquiétais à la pensée qu’elle pouvait ne plus exister du tout. Allelluia!

  2. le 1 novembre 2011 à 18 h 42 min Michèle écrit:

    Merci, cher Lully, je vais de ce pas lire ce beau conte à mes garçons, car ce soir nous sommes dans la peine, notre cher Ti’Punch s’est fait écraser par une voiture, il avait 5ans et nous comblait de joie et de tendresse, il va beaucoup nous manquer.
    C’était un chat bavard! Il nous racontait toutes ses aventures et avait un ronronnement hors normes, il avait trouvé tout seul comment ouvrir la porte d’entrée et même à la pousser suffisamment fort pour qu’elle se referme toute seule! Il nous suivait partout quand nous partions en promenade le jour comme la nuit et c’est en sortant Gizzo qu’il a suivi Colin et s’est fait écraser…Colin est inconsolable, il est convaincu que c’est de sa faute. J’espère que ce conte apportera un peu de consolation à mes fils comme il vient de le faire pour moi, tendres caresses ♥

  3. le 27 octobre 2010 à 12 h 47 min Béatrice écrit:

    Bonjour Maître Chat,
    Je suis heureuse d’avoir lu ces quelques lignes!!
    Elles me rassurent, mes chers amis, mes compagnons de route, sont heureux aussi après leur départ!!
    Ils me manquent tellement, je vais vous dire leur prénoms, alors, il y a eu Belle, Lady, Vanille pour mes fifilles chiens!!!
    Et pour les chats, il y en a eu beaucou, Noirette, (13 ans elle a vécu), grisougrisette, zépy, peuche, et tellement d’autres, mais se serait trop long a les nommer, ils sont encore dans nos coeurs!!!!
    Mille bizoux sur votre museau, Maitre Chat Lully
    Béa

Laisser un commentaire

A tempo di Blog |
Cehl Meeah |
le monde selon Darwicha |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | mythologie
| jamaa
| iletaitunefoi