2007-7. Où l’on se rend compte que les jours ordinaires on peut faire des choses très importantes.

Que vous écrirai-je ce soir du 27 septembre 2007?

Les jours « ordinaires » qui font le tissu de nos existences sont ceux pour lesquels il n’y a pas vraiment beaucoup de choses à dire, même s’ils sont remplis d’une quantité impressionnante de petites choses sans intérêt.

Aujourd’hui notre Frère, comme les autres jours, a vaqué à ses occupations : prière, lecture, courrier, cuisine, bois à couper, fruits à cueillir et à préparer, courses, répétition de chant, préparatifs de son prochain pèlerinage à Rome (la semaine prochaine), interrompus parfois par quelque appel téléphonique…

Moi aussi, j’ai vaqué à mes occupations ordinaires, c’est-à-dire que j’ai regardé le Frère travailler, j’ai demandé des câlins, et je suis sorti pour jouer et chasser en compagnie de mon ami Locky ; ce soir, j’ose dire que je ne suis pas mécontent de mes prises d’aujourd’hui.

A ce sujet, l’autre jour, pendant le cours de maths que me donne mon papa, nous nous sommes livrés à un petit calcul. Sachant qu’il y a à proximité immédiate du « Mesnil-Marie » quatre autres chats, tous très bons chasseurs, et que nous attrapons chacun une à cinq souris par jour (nous ne comptons pas les oiseaux parce que je me fais gronder lorsque j’en ramène dans ma gueule!) nous avons essayé d’établir un calcul moyen du tableau des chasses des trois mois d’été.

C’est finalement très simple, j’ai vite compris et ensuite j’ai même fais refaire le calcul à Locky : nous avons compté une moyenne de 3 souris (ou mulots, campagnols, rats des moissons… etc.) par chat ; puis nous avons multiplié par le nombre de chats :

3 x 5 = 15 , que nous pouvons considérer comme la moyenne quotidienne des rongeurs pris dans les environs immédiats.

Nous avons ensuite multiplié cette moyenne par le nombre de jours d’été, qui est – du 21 juin au 21 septembre – de 92. Donc :

15 x 92 = 1380 !

Vous rendez-vous compte?
Rien que pour cinq maisons voisines, ici dans notre rue, nous pouvons affirmer qu’en trois mois, à nous cinq, nous vous avons épargné les méfaits de 1380 rongeurs!

Avez-vous imaginé ces 1380 petits prédateurs, experts en dévastation de provisions et en larcins domestiques, oeuvrant en toute impunité autour de chez vous? Vous représentez-vous ce que formerait exactement un tas de 1380 rongeurs sur la pelouse de votre jardin?

Mon papa m’a dit aussi que plus tard peut-être quand nous étudierons les probabilités, nous ferions un calcul bien plus savant encore : à savoir le nombre de rongeurs que nos chasses salutaires a empêché de naître, et donc aussi de ravager vos greniers, caves et celliers… Mais je encore trop jeune pour maîtriser ce genre de calculs.

Chat & souris

Ce simple exercice mathématique m’a fait réaliser à quel point les jours sans évènements exceptionnels et simplement remplis par de petites choses très habituelles ne sont ordinaires qu’en apparence.

En effet la répétition et l’accumulation des petites choses finit par faire des totaux impressionnants dont on n’a pas toujours conscience, en raison même de la routine. Les hommes disent : « Les petits ruisseaux font les grandes rivières », mais en disant cela ils pensent presque uniquement à leur porte-monnaie… Petites causes, grands effets! Les chats le savent bien, eux, qui disent : « S’il y a parfois des montagnes qui accouchent d’une souris, il y a bien plus souvent de petites souris – si mignonettes, tendrelettes et insignifiantes en apparence – qui produisent des montagnes de dégâts »…

Frère Maximilien-Marie m’a souvent répété: « La perfection est faite de détails, mais la perfection n’est pas un détail! » J’ai bien retenu la leçon, et je l’ai aussi enseignée à mes frères chats du quartier.

Maintenant je suis fermement résolu à ne laisser passer aucune petite chose, souris ou autre, parce que c’est dans les toutes petites choses de chaque jour qu’on en construit de grandes pour l’avenir! Malheureusement, il y a beaucoup d’hommes qui n’ont pas encore saisi cela et qui négligent les petites choses quotidiennes en rêvant de grands exploits… qu’ils n’accompliront jamais quand l’occasion s’en présentera, parce que justement ils n’auront pas la préparation idoine qui se fait dans la banalité de l’ordinaire, dans la persévérance et la patience, inlassablement, comme nous, lorsque nous chassons les souris!

Et vous comprenez aussi maintenant pourquoi nous, les chats, après de tels palmarès, nous sommes obligés de nous reposer longuement! Entre deux affûts, je suis donc revenu faire de petites siestes, tantôt en en rond le ventre en l’air sur le lit de Frère Maximilien-Marie, tantôt en sphinx sur une chaise, tantôt en boule dans mon panier, tantôt étiré de tout mon long sur le tapis de l’oratoire devant la cheminée où les bûches se consument doucement.

Lully.

Publié dans : Chronique de Lully |le 27 septembre, 2007 |Pas de Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

A tempo di Blog |
Cehl Meeah |
le monde selon Darwicha |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | mythologie
| jamaa
| iletaitunefoi